Recherche dans la base PFC - Transcriptions
PFC database transcription search

[Enquêtes] [Transcriptions] [Liaisons] [Schwas]


Début First Aide Help

La recherche pour @locuteur 44ajs1 a trouvé 286 réponses

Exporter toutes les réponses au format CSV
Info Locuteur Enquête TranscriptionEcoute
3026244ajs1NantesLe Premier Ministre ira-t-il à Beaulieu ?
3026344ajs1NantesLe village de Beaulieu est en grand émoi.
3026444ajs1NantesLe Premier ministre a en effet décidé de faire étape dans cette commune,
3026544ajs1Nantesau cours de sa tournée de la région en fin d'année.
3026644ajs1NantesJusqu'ici les seuls titres de gloire de Beaulieu étaient son vin blanc sec,
3026744ajs1Nantesses chemises en soie, un champion local de course à pied (Louis Garret),
3026844ajs1Nantesquatrième aux jeux olympiques de Berlin en mille neuf cent trente-six,
3026944ajs1Nanteset plus récemment, son usine de pâtes italiennes.
3027044ajs1NantesQu'est-ce qui a donc valu à Beaulieu ce grand honneur ? Le hasard, tout bêtement,
3027144ajs1Nantescar le Premier Ministre, lassé des circuits habituels qui tournaient toujours autour des mêmes villes,
3027244ajs1Nantesveut découvrir ce qu'il appelle ' la campagne profonde '.
3027344ajs1NantesLe maire de Beaulieu -Marc Blanc- est en revanche très inquiet.
3027444ajs1NantesLa cote, la cote du Premier ministre ne cesse de baisser depuis les élections.
3027544ajs1NantesComment, en plus, éviter les manifestations qui ont eu tendance à se multiplier lors des visites officielles ?
3027644ajs1NantesLa côte escarpée du Mont Saint-Pierre qui mène au village connaît des barrages,
3027744ajs1Nanteschaque fois que les opposants de tous les bords manifestent leur colère.
3027844ajs1NantesD'un autre coté, à chaque voyage du Premier Ministre,.
3027944ajs1Nantesle gouvernement prend contact avec la préfecture la plus proche,
3028044ajs1Nanteset s'assure que tout est fait pour le protéger.
3028144ajs1NantesOr, un gros détachement de police, comme on a vu, comme on en a vu à la Jonquière,
3028244ajs1Nanteset des vérifications d'identité risquent de provoquer une explosion.
3028344ajs1NantesUn jeune membre de l'opposition aurait déclaré :
3028444ajs1Nantes' Dans le coin, on est jaloux de notre liberté.
3028544ajs1NantesS'il faut montrer patte blanche pour circuler, nous ne répondons pas de la réaction des gens du pays.
3028644ajs1NantesNous avons le soutien du village entier. '
3028744ajs1NantesDe plus, quelques articles parus dans La Dépêche du Centre, L'Express,
3028844ajs1NantesOuest Liberté et Le Nouvel Observateur,
3028944ajs1Nantesindiqueraient que des activistes des communes voisines,
3029044ajs1Nantespréparent une journée chaude au Premier Ministre.
3029144ajs1NantesQuelques fanatiques auraient même entamé un jeûne prolongé dans l'église de Saint Martinville.
3029244ajs1NantesLe sympathique maire de Beaulieu ne sait plus à quel saint se vouer.
3029344ajs1NantesIl a le sentiment de se trouver dans une impasse stupide.
3029444ajs1NantesIl s'est en désespoir de cause, décidé à écrire au Premier Ministre,
3029544ajs1Nantespour vérifier si son village était vraiment une étape nécessaire dans la tournée prévue.
3397244ajs1NantesE : Comment vous avez euh, été à Noirmoutier en fait ?
3397344ajs1NantesJS : Bah pourquoi ? Parce que, en fait.Oh bah si c'est simple. Non, tu vas voir.
3397444ajs1NantesJS : Euh, on avait envisagé, on allait passé nos vacances sur la côte.
3397544ajs1NantesJS : La Baule, Pornichet.
3397644ajs1NantesJS : Puis, moi j'avais envisagé d'acheter quelque chose là-bas.
3397744ajs1NantesJS : Et quand on a vu le prix des terrains à l'époque, déjà à l'époque, hein.
3397844ajs1NantesJS : On sait dit ' Zut hein', on pouvait pas. C'est qu'il y avait quand même les quatre gars qui, euh, bon.
3397944ajs1NantesJS : On dit 'on peut pas acheter le terrain pour construire après', on, on dit 'on va s'embarquer trop loin'.
3398044ajs1NantesJS : Et, nous avions, euh, dans l'entreprise où euh.
3398144ajs1NantesJS : Il va être là vendredi d'ailleurs, dans l'entreprise, où nous euh, où je travaillais.
3398244ajs1NantesJS : Le chef d'atelier qui avait une petite maison.
3398344ajs1NantesJS : A La Guérinière, dans l'île de Noimoutier.
3398444ajs1NantesJS : Euh, sa fille était d'un euh, d'une santé un peu délicate, et le docteur lui avait dit.
3398544ajs1NantesJS : 'Faut l'emmener au, euh, à l'air de la mer, allez donc, allez donc à Noirmoutier' . C'est comme ça qu'ils sont partis là-bas.
3398644ajs1NantesJS : Ils étaient en location d'abord puis ensuite ils ont acheté la petite maison qu'ils avaient, bref.
3398744ajs1NantesJS : Et il m'a dit 'écoute si tu veux' non, on se disait vous à ce moment-là.
3398844ajs1NantesJS : Maintenant on se tutoie, on s'appelle par le prénom, mais à l'époque, c'était vous, mais bon.
3398944ajs1NantesJS : Alors il me dit 'bah écoutez, si vous voulez venez donc faire un tour à Noirmoutier, je sais qu'il y a des terrains qui sont à vendre', c'est comme ça que nous avons acheté le terrain.
3399044ajs1NantesJS : Hein, et deux années après on a fait construire.
3399144ajs1NantesJS : Puis nous étions très bien depuis cinq/soixan/cinquante ans.
3399244ajs1NantesJS : En soixante-six, on l'a construit la maison.
3399344ajs1NantesJS : Et puis voilà com/ pourquoi on est parti là-bas.
3399444ajs1NantesJS : Euh, ç'aurait été, euh, des prix plus abordables pour nous, vraisemblablement on, on aurait été à La Baule, mais euh, pour nous c'était déjà beaucoup trop cher.
3399544ajs1NantesE : Oui, puisque déjà à lépoque, euh.
3399644ajs1NantesJS : A Noirmoutier.Mais attention, hein, c'était en soixante-quatre hein.
3399744ajs1NantesJS : Puis même le euh, même le euh, bah tu as connu la maison à Noirmoutier, on avait quand même une jolie maison.
3399844ajs1NantesJS : Hein, qui nous a coûté pas tellement, tellement cher mais bien faite, avec des.
3399944ajs1NantesJS : Avec des, des, des artisans, des professionnels.
3400044ajs1NantesJS : Qui connaissaient et qui aimaient leur travail, qui ont fait quelque chose de très bien, hein.
3400144ajs1NantesJS : Ah bah plutôt maintenant c'est (XXX), c'est plus fa, c'est moins facile c'est sûr.
3400244ajs1NantesJS : Voilà pourquoi nous sommes, nous sommes allés à Noirmoutier.
3400344ajs1NantesE : D'accord, (XX) parce que je me suis toujours posée la question.
3400444ajs1NantesJS : Pour être au près de Npers qui venait de perdre sa femme, pour ne pas le lacher, il habitait à trois cents mètres d'ici.
3400544ajs1NantesJS : Il a changé maintenant il est parti sur Nantes, mais il était tout seul.
3400644ajs1NantesE : Mais ah, euh, parce que papa me parlait de La Baule et, euh.
3400744ajs1NantesE : Et de ton attachement à La Baule, et c'est vrai que je me suis.
3400844ajs1NantesJS: Ah bah La Baule j'ai commencé à travailler à La Baule, (XXX) à l'agence Npers.
3400944ajs1NantesJS : Ah bah dame oui.Avenue du général de Gaulle si. C'a été mon premier travail provisoire parce que j'étais pas fait pour faire, euh.
3401044ajs1NantesJS : Du commercial.
3401144ajs1NantesJS : Et comme à ce moment.Bah je faisais du démarche pour voir si il y avait des appartements, des maisons à vendre.Si.
3401244ajs1NantesJS : Si, si, j'ai commencé comme ça, puis j'ai senti que, j'étais pas fait pour faire ça.
3401344ajs1NantesJS : Alors je suis parti.
3401444ajs1NantesJS : Ah bah j'étais, j'avais une chambre chez un ami, un copain avenue de l'Hallali.
3401544ajs1NantesJS : Pas loin.ouais, c'est là.
3401644ajs1NantesE : C'est sympa comme coin.
3401744ajs1NantesJS : C'est là que je l'ai passé mon permis de conduire. Bah, c'est l'avenue du général de Gaulle celle-là.
3401844ajs1NantesJS : Avenue du général de Gaulle, qui va vers la mer.La place ?
3401944ajs1NantesE : La pla/on dit la place du Kédhive à cause du café et de, du bar-tabac.
3402044ajs1NantesJS : Quoi, maintenant.C'est ça, c'est là que j'ai passé mon permis.
3402144ajs1NantesJS : Ah ouais, en euh, août, quarante-six.
3402244ajs1NantesJS : Ca me fait donc, ça va donc me faire cinquante-neuf ans cette année de permis.
3402344ajs1NantesJS : Et l'année prochaine, ça me fera soixante ans de permis de conduire. Oui.
3402444ajs1NantesJS : A l'époque, je me souviens, quand je l'ai eu passé.
3402544ajs1NantesJS : Euh, j'étais parti avenue de l'Hallali donc tu vois dans euh, à cette place comme tu l'appelles, moi je l'appelle la place de la chapelle.
3402644ajs1NantesJS : Mon père était venu avec la deux cent deux,
3402744ajs1NantesJS : Peugeot de mon frère, c'est là-dessus que j'ai passé mon permis.
3402844ajs1NantesJS : Et, euh, j'ai été recherché mon linge sale.
3402944ajs1NantesJS : Dans ma piaule, chez le euh, le copain avenue de l'Hallali.
3403044ajs1NantesJS : Sur le remblais, à midi, il y avait personne.
3403144ajs1NantesJS : On roulait pratiquement, tu penses en quarante-six, on roulait comme.
3403244ajs1NantesJS : Je marchais à quatre-vingt, quatre-vingt-dix, à l'époque c'était beau pour une deux cent deux Peugeot.
3403344ajs1NantesJS : Mais alors, euh.
3403444ajs1NantesJS : Tu roulais, t'avais pas, t'avais pas de voiture autour de toi, c'était formidable, il y avait rien.
3403544ajs1NantesE : Ca devait être beau La Baule, à (X), à cette époque-là.
3403644ajs1NantesJS : Bah, oui et non. Parce que il y a eu quand même, les dégats occasionnés par les occup/, l'occupation allemande, hein.
3403744ajs1NantesJS : Il y avait.Tout, tout le remblai que tu vois là, c'était un mur, ce qu'on a appelé le Mur de l'Atlantique.

PFC: Base de données sur le français oral contemporain dans l’espace francophone

Base de données sur le français oral contemporain dans l’espace francophone Le projet international PFC (Phonologie du Français Contemporain), codirigé par Marie-Hélène Côté (Université Laval), Jacques Durand (ERSS, Université de Toulouse-Le Mirail), Bernard Laks (MoDyCo, Université de Paris Ouest) et Chantal Lyche (Universités d'Oslo et de Tromsø), s’adresse à un triple public, susceptible de s’intéresser au français oral dans ses usages attestés et dans sa variation au sein de l’espace francophone : chercheurs, enseignants/apprenants de français et grand public.

Il offre une base de données qui, à terme, constituera la plus grosse base de données orales portant sur le français et l'une des plus grosses bases toutes langues confondues. Cette base peut être utilisée dans le cadre de la recherche (phonétique, phonologie, syntaxe, pragmatique, sociolinguistique, analyse conversationnelle, etc.), de l’enseignement / apprentissage du français (langue étrangère, maternelle ou seconde) et de la diffusion des savoirs (conservation du patrimoine linguistique francophone et présentation générale du français oral contemporain pour les non-spécialistes).

Il se pose comme projet-pilote, suivi par un projet similaire pour l’anglais, Phonologie de l’Anglais Contemporain (PAC), codirigé par Philip Carr (Université de Montpellier III) et Jacques Durand.

AVERTISSEMENT: Les données présentées sur ce site sont issues du projet PFC et restent la propriété exclusive des auteurs représentés par les directeurs du projet . Elles peuvent être reprises et utilisées dans le cadre de travaux scientifiques à visée strictement non commerciale. Toute utilisation des données PFC dans une publication doit obligatoirement faire référence au projet et à son site : http://www.projet-pfc.net et s'accompagner de la citation des deux publications suivantes:

Durand, Jacques, Bernard Laks & Chantal Lyche (2002). La phonologie du français contemporain: usages, variétés et structure. In: C. Pusch & W. Raible (eds.) Romanistische Korpuslinguistik- Korpora und gesprochene Sprache/Romance Corpus Linguistics - Corpora and Spoken Language. Tübingen: Gunter Narr Verlag, pp. 93-106.

Durand, Jacques, Bernard Laks & Chantal Lyche (2009).Le projet PFC: une source de données primaires structurées. In J. Durand, B. Laks et C. Lyche (eds)(2009) Phonologie, variation et accents du français. Paris: Hermès. pp. 19-61. Développement: Atanas Tchobanov Ingénieur de recherche CNRS

PFC Phonology of Contemporary French Corpus

Base de données sur le français oral contemporain dans l’espace francophone Le projet international PFC (Phonologie du Français Contemporain), codirigé par Marie-Hélène Côté (Université Laval), Jacques Durand (ERSS, Université de Toulouse-Le Mirail), Bernard Laks (MoDyCo, Université de Paris Ouest) et Chantal Lyche (Universités d'Oslo et de Tromsø), s’adresse à un triple public, susceptible de s’intéresser au français oral dans ses usages attestés et dans sa variation au sein de l’espace francophone : chercheurs, enseignants/apprenants de français et grand public.

Il offre une base de données qui, à terme, constituera la plus grosse base de données orales portant sur le français et l'une des plus grosses bases toutes langues confondues. Cette base peut être utilisée dans le cadre de la recherche (phonétique, phonologie, syntaxe, pragmatique, sociolinguistique, analyse conversationnelle, etc.), de l’enseignement / apprentissage du français (langue étrangère, maternelle ou seconde) et de la diffusion des savoirs (conservation du patrimoine linguistique francophone et présentation générale du français oral contemporain pour les non-spécialistes).

Il se pose comme projet-pilote, suivi par un projet similaire pour l’anglais, Phonologie de l’Anglais Contemporain (PAC), codirigé par Philip Carr (Université de Montpellier III) et Jacques Durand.

AVERTISSEMENT: Les données présentées sur ce site sont issues du projet PFC et restent la propriété exclusive des auteurs représentés par les directeurs du projet . Elles peuvent être reprises et utilisées dans le cadre de travaux scientifiques à visée strictement non commerciale. Toute utilisation des données PFC dans une publication doit obligatoirement faire référence au projet et à son site : http://www.projet-pfc.net et s'accompagner de la citation des deux publications suivantes:

Durand, Jacques, Bernard Laks & Chantal Lyche (2002). La phonologie du français contemporain: usages, variétés et structure. In: C. Pusch & W. Raible (eds.) Romanistische Korpuslinguistik- Korpora und gesprochene Sprache/Romance Corpus Linguistics - Corpora and Spoken Language. Tübingen: Gunter Narr Verlag, pp. 93-106.

Durand, Jacques, Bernard Laks & Chantal Lyche (2009).Le projet PFC: une source de données primaires structurées. In J. Durand, B. Laks et C. Lyche (eds)(2009) Phonologie, variation et accents du français. Paris: Hermès. pp. 19-61. Développement: Atanas Tchobanov Ingénieur de recherche CNRS