Recherche dans la base PFC - Transcriptions
PFC database transcription search

[Enquêtes] [Transcriptions] [Liaisons] [Schwas]


Début First Aide Help

La recherche pour @locuteur 44asc1 a trouvé 296 réponses

Exporter toutes les réponses au format CSV
Info Locuteur Enquête TranscriptionEcoute
894744asc1NantesE : Alors, euh.
894844asc1NantesE : Peux-tu te présenter en me donnant ton euh, nom euh, ta date de naissance,
894944asc1NantesE : et ton lieu actuel de euh, ton domicile actuel ?
895044asc1NantesSC : Alors, je suis euh, mademoiselle Npers.
895144asc1NantesSC : Née le sept juin mille neuf cent vingt-quatre, et j'habite,
895244asc1NantesSC : Npers,
895344asc1NantesSC : à euh, Vertou, Beautour en Vertou.
895444asc1NantesE : D'accord, et tu as toujours habité, euh, à Vertou ?
895544asc1NantesSC : Ah non, j'habite à Vertou depuis mille neuf cent quarante-neuf.
895644asc1NantesSC : A/avant j'habitais.
895744asc1NantesSC : A, ah, avenue de euh, Saint Clair qui est maintenant l'avenue du général de Torquoi.
895844asc1NantesSC : Alors dans le quartier de Saint Clair-Zola, à Nantes.
895944asc1NantesE : D'accord, et ta famille en fait, tu es née, à Nantes ?
896044asc1NantesSC : Je suis née à Nantes, euh, mon état civil, euh, est à Chantenay.
896144asc1NantesSC : Mairie annexe de Nantes.
896244asc1NantesE : Et donc, les domiciles que tu as faits depuis que tu es née,
896344asc1NantesE : en, en, enfin les domiciles, les maisons, ça a toujours été sur Nantes et la banlieue de Nantes ?
896444asc1NantesSC : Oui.Oui, oui, oui, oui.
896544asc1NantesE : Et est-ce que tu peux me euh, me dire, le euh.
896644asc1NantesE : Le nombre d'années que tu as vécu dans chaque domicile successifs.
896744asc1NantesE : A peu près, à peu près.
896844asc1NantesSC : J'ai vécu de euh, ma euh, plus tendre enfance,
896944asc1NantesSC : jusqu'en euh, mille neuf cent euh, quarante-neuf.
897044asc1NantesSC : A euh, dans le quartier de Zola, à Saint Clair.
897144asc1NantesSC : Et après, euh.
897244asc1NantesSC : Euh, de euh, quarante-neuf euh, à maintenant.
897344asc1NantesSC : Donc, euh, en deux mille cinq, euh, je suis toujours restée sur, euh,
897444asc1NantesSC : sur Vertou.
897544asc1NantesE : D'accord. Très bien.
897644asc1NantesE : Et, euh, peux-tu me parler de tes professions ?
897744asc1NantesE : De ta profession ou de tes professions ?
897844asc1NantesE : Et aujourd'hui, qu'est-ce que tu fais en f/, dans ta vie?
897944asc1NantesSC : Et bien, j'ai euh, fait des études de euh, pharmacien.
898044asc1NantesSC : Parce qu'on dit pas pharmacienne, on dit pharmacien.
898144asc1NantesSC : Donc, euh, je me suis installée, j'ai fait la création de euh.
898244asc1NantesSC : Alors j'ai créé mon officine, euh, à Nlieu.
898344asc1NantesSC : Puisqu'il n'y avait pas de pharmacie à l'époque, là.
898444asc1NantesSC : Et euh, maintenant, bien je suis retraitée,
898544asc1NantesSC : depuis mille neuf cent quatre-vingt-neuf.
898644asc1NantesE: D'accord.
898744asc1NantesE : Et donc, à l'époque, pour être pharmacien.
898844asc1NantesE : On faisait, on suivait quel parcours ?
898944asc1NantesSC : Alors, à l'époque on commençait après le secondaire, on commençait par un an.
899044asc1NantesSC : On, dans une officine, en stage.
899144asc1NantesSC : Un stage qui était d'ailleurs payant.
899244asc1NantesSC : Et euh, après, alors, on avait, euh, quatre années d'études.
899344asc1NantesE : D'accord.
899444asc1NantesSC : Les examens se passaient à Nantes.
899544asc1NantesSC : Qui était école de plein exercice, euh, mais pas faculté.
899644asc1NantesSC : Donc, il descendait un président de jury de Paris.
899744asc1NantesSC : Et euh.
899844asc1NantesSC : (XXX) La dernière année, on avait quatre définitifs.
899944asc1NantesSC : Euh qui étaient en (X), des parties révisions, d'autres parties, euh, de (X) des nouveaux programmes.
900044asc1NantesSC : Et les deux derniers définitifs, il fallait absolument qu'on monte,
900144asc1NantesSC : Euh, euh, dans, euh.
900244asc1NantesSC : (XX) On ne pouvait pas les passer sur Nantes, je suis allée,
900344asc1NantesSC : à Paris finir mes examens.
900444asc1NantesE : D'accord, et donc, euh, tu avais quel âge quand tu as fait ces études-là ?
900544asc1NantesSC : Alors.
900644asc1NantesSC : Ouais, alors, le commencement de la fin. Euh, attends voir.
900744asc1NantesSC : Euh, et bien, euh.
900844asc1NantesSC : C'était en, mille neuf cent quarante-deux que je suis rentrée en stage, à Nantes.
900944asc1NantesSC : Et euh, et ap/.
901044asc1NantesSC : En euh, mille neuf cent euh.
901144asc1NantesSC : Quarante-deux, la euh, en, en mille neuf cent quarante-trois.
901244asc1NantesSC : La pharmacie où je, (XX) j'avais commencé mon stage a été sinistrée.
901344asc1NantesSC : Mais, j'ai continué quand même mes études sur Nantes.
901444asc1NantesE : Donc, tu as commencé à dix-huit ans.
901544asc1NantesE : A vingt-trois ans, d'accord.
901644asc1NantesSC : Parce qu'on avait pas le droit de s'installer avant vingt-trois ans.
901744asc1NantesE : D'accord.
901844asc1NantesSC : A droite et à gauche, euh, la première année.
901944asc1NantesSC : J'allais aider euh, pour une foire, un mar/.
902044asc1NantesSC : Un marché, ou alors, euh.
902144asc1NantesSC : Euh, pour les absentes, euh, des pharmaciens.
902244asc1NantesSC : Puisque j'avais droit aux remplacements, même seule, hein.
902344asc1NantesSC : D'ailleurs, la deuxième année, j'ai eu une gérance, sur Nantes.
1464144asc1NantesAlors, le Premier Ministre ira-t-il à Beaulieu ?
1464244asc1NantesLe village de Beaulieu est en grand émoi.
1464344asc1NantesLe Premier ministre a en effet décidé de faire étape dans cette commune
1464444asc1Nantesau cours de sa tournée de la région en fin d'année.
1464544asc1NantesJusqu'ici les seuls titres de gloire de Beaulieu
1464644asc1Nantesétaient son vin blanc sec, ses chemises en soie,
1464744asc1Nantesun champion local de course à pied (Louis Garret),
1464844asc1Nantesquatrième aux jeux olympiques de Berlin en mille neuf cent trente-six,
1464944asc1Nanteset plus récemment, son usine de pâtes italiennes.
1465044asc1NantesQu'est-ce qui a donc valu à Beaulieu ce grand honneur ?
1465144asc1NantesLe hasard, tout bêtement,
1465244asc1Nantescar le Premier Ministre, lassé des circuits habituels,
1465344asc1Nantesqui tournaient toujours autour des mêmes villes, veut découvrir ce qu'il appelle,
1465444asc1Nantes' la campagne profonde '.
1465544asc1NantesLe maire de Beaulieu -Marc Blanc-
1465644asc1Nantesest en revanche très inquiet.
1465744asc1NantesLa cote du Premier ministre ne cesse de baisser depuis les élections.
1465844asc1NantesComment, en plus, éviter les manifestations
1465944asc1Nantesqui ont eu tendance à se multiplier lors des visites officielles ?
1466044asc1NantesLa côte escarpée du Mont Saint-Pierre, qui mène au village
1466144asc1Nantesconnaît des barrages chaque fois que les opposants de tous les bords manifestent leur colère.
1466244asc1NantesD'un autre coté, à chaque voyage du Premier Ministre,
1466344asc1Nantesle gouvernement prend contact avec la préfecture la plus proche,

PFC: Base de données sur le français oral contemporain dans l’espace francophone

Base de données sur le français oral contemporain dans l’espace francophone Le projet international PFC (Phonologie du Français Contemporain), codirigé par Marie-Hélène Côté (Université Laval), Jacques Durand (ERSS, Université de Toulouse-Le Mirail), Bernard Laks (MoDyCo, Université de Paris Ouest) et Chantal Lyche (Universités d'Oslo et de Tromsø), s’adresse à un triple public, susceptible de s’intéresser au français oral dans ses usages attestés et dans sa variation au sein de l’espace francophone : chercheurs, enseignants/apprenants de français et grand public.

Il offre une base de données qui, à terme, constituera la plus grosse base de données orales portant sur le français et l'une des plus grosses bases toutes langues confondues. Cette base peut être utilisée dans le cadre de la recherche (phonétique, phonologie, syntaxe, pragmatique, sociolinguistique, analyse conversationnelle, etc.), de l’enseignement / apprentissage du français (langue étrangère, maternelle ou seconde) et de la diffusion des savoirs (conservation du patrimoine linguistique francophone et présentation générale du français oral contemporain pour les non-spécialistes).

Il se pose comme projet-pilote, suivi par un projet similaire pour l’anglais, Phonologie de l’Anglais Contemporain (PAC), codirigé par Philip Carr (Université de Montpellier III) et Jacques Durand.

AVERTISSEMENT: Les données présentées sur ce site sont issues du projet PFC et restent la propriété exclusive des auteurs représentés par les directeurs du projet . Elles peuvent être reprises et utilisées dans le cadre de travaux scientifiques à visée strictement non commerciale. Toute utilisation des données PFC dans une publication doit obligatoirement faire référence au projet et à son site : http://www.projet-pfc.net et s'accompagner de la citation des deux publications suivantes:

Durand, Jacques, Bernard Laks & Chantal Lyche (2002). La phonologie du français contemporain: usages, variétés et structure. In: C. Pusch & W. Raible (eds.) Romanistische Korpuslinguistik- Korpora und gesprochene Sprache/Romance Corpus Linguistics - Corpora and Spoken Language. Tübingen: Gunter Narr Verlag, pp. 93-106.

Durand, Jacques, Bernard Laks & Chantal Lyche (2009).Le projet PFC: une source de données primaires structurées. In J. Durand, B. Laks et C. Lyche (eds)(2009) Phonologie, variation et accents du français. Paris: Hermès. pp. 19-61. Développement: Atanas Tchobanov Ingénieur de recherche CNRS

PFC Phonology of Contemporary French Corpus

Base de données sur le français oral contemporain dans l’espace francophone Le projet international PFC (Phonologie du Français Contemporain), codirigé par Marie-Hélène Côté (Université Laval), Jacques Durand (ERSS, Université de Toulouse-Le Mirail), Bernard Laks (MoDyCo, Université de Paris Ouest) et Chantal Lyche (Universités d'Oslo et de Tromsø), s’adresse à un triple public, susceptible de s’intéresser au français oral dans ses usages attestés et dans sa variation au sein de l’espace francophone : chercheurs, enseignants/apprenants de français et grand public.

Il offre une base de données qui, à terme, constituera la plus grosse base de données orales portant sur le français et l'une des plus grosses bases toutes langues confondues. Cette base peut être utilisée dans le cadre de la recherche (phonétique, phonologie, syntaxe, pragmatique, sociolinguistique, analyse conversationnelle, etc.), de l’enseignement / apprentissage du français (langue étrangère, maternelle ou seconde) et de la diffusion des savoirs (conservation du patrimoine linguistique francophone et présentation générale du français oral contemporain pour les non-spécialistes).

Il se pose comme projet-pilote, suivi par un projet similaire pour l’anglais, Phonologie de l’Anglais Contemporain (PAC), codirigé par Philip Carr (Université de Montpellier III) et Jacques Durand.

AVERTISSEMENT: Les données présentées sur ce site sont issues du projet PFC et restent la propriété exclusive des auteurs représentés par les directeurs du projet . Elles peuvent être reprises et utilisées dans le cadre de travaux scientifiques à visée strictement non commerciale. Toute utilisation des données PFC dans une publication doit obligatoirement faire référence au projet et à son site : http://www.projet-pfc.net et s'accompagner de la citation des deux publications suivantes:

Durand, Jacques, Bernard Laks & Chantal Lyche (2002). La phonologie du français contemporain: usages, variétés et structure. In: C. Pusch & W. Raible (eds.) Romanistische Korpuslinguistik- Korpora und gesprochene Sprache/Romance Corpus Linguistics - Corpora and Spoken Language. Tübingen: Gunter Narr Verlag, pp. 93-106.

Durand, Jacques, Bernard Laks & Chantal Lyche (2009).Le projet PFC: une source de données primaires structurées. In J. Durand, B. Laks et C. Lyche (eds)(2009) Phonologie, variation et accents du français. Paris: Hermès. pp. 19-61. Développement: Atanas Tchobanov Ingénieur de recherche CNRS