Recherche dans la base PFC - Transcriptions
PFC database transcription search

[Enquêtes] [Transcriptions] [Liaisons] [Schwas]


Début First Aide Help

La recherche pour @locuteur 44asr1 a trouvé 265 réponses

Exporter toutes les réponses au format CSV
Info Locuteur Enquête TranscriptionEcoute
388644asr1NantesE: Donc, maintenant, on va faire, euh, l'entretien guidé, et puis après on pourra, euh, on pourra discuter tranquillement.
388744asr1NantesE: Alors, je euh, vais te demander de te présenter.
388844asr1NantesE: Comment ça s'écrit, Npers ? D'accord.
388944asr1NantesE: Oui.
389044asr1NantesE: Ta date de naissance exactement.Onze janvier Ndate, d'accord.
389144asr1NantesE: Et, euh, tu habites aujourd'hui ?
389244asr1NantesSR: J'habite à Saint-Herblain. Oui. Une petite commune près de Nantes .
389344asr1NantesE: Et tu as toujours habité à Nantes ?
389444asr1NantesSR: Euh, j'ai fait du côté de Nozay, Chateaubriand.
389544asr1NantesSR: Et euh, je suis depuis la, euh, seconde, sur Nantes.
389644asr1NantesE: Et euh, donc tu es née à Nantes ou euh, à Angers ?
389744asr1Nantes E: D'accord, très bien.
389844asr1NantesE: Et euh, combien de, donc, pourquoi es-tu venue habiter sur Nantes à partir de la seconde ?
389944asr1NantesSR: Euh, parce qu'en fait mes parents habitaient euh, l/ enfin en campagne. Je voulais intégrer un euh,
390044asr1NantesSR: lycée de ville, de centre ville donc on m'a, ma mère avait un appartement sur Nantes donc je, euh, je suis partie, euh, étudier sur Nantes.
390144asr1NantesSR: C'était pour des raisons en fait euh, bah d'études quoi.
390244asr1NantesE: D'accord, et donc tes études, qu'est-ce que tu as fait comme, euh ?
390344asr1NantesSR: J'ai eu un bac, euh, bac économique, enfin bac B à l'époque. Ensuite, euh, je suis entrée en DEUG de, euh, d'anglais-allemand.
390444asr1NantesE: Ouais.
390544asr1NantesSR: Ensuite j'ai fait une licence d'anglais, j'ai fait une pause,
390644asr1NantesSR: et je suis entrée en maîtrise de FLE.
390744asr1NantesSR: Et j'ai re/, j'ai travaillé après.
390844asr1NantesSR: Pendant euh, trois ans.
390944asr1NantesSR: Et là je viens d'intégrer, euh, la première année d'I.U.F.M.
391044asr1NantesE: D'accord, et ta pause après ta licence, c'était dû, euh ?
391144asr1NantesSR: Parce que j'avais plus, j'avais pas envie de, euh, j'avais pas envie de faire une maîtrise d'anglais.
391244asr1NantesSR: Parce que, euh, c'était, euh, me spécialiser et puis finalement, euh, devenir prof d'anglais, j'avais pas ét/, j'avais pas envie d'être prof d'anglais.
391344asr1NantesE: D'accord.
391444asr1NantesSR: Donc je suis partie sur une autre, euh, une autre filière qui me permettait d'enseigner mais, euh.
391544asr1NantesSR: Ma propre langue .
391644asr1NantesSR: Euh, non, j'ai eu un an de passage à vide et euh, j'ai euh, commencé après.
391744asr1NantesE: D'accord. Et tu as, donc tu as fait une maîtrise FLE, et après donc tu es partie travailler, euh, tu as travaillé mais tu as, tu as travaillé, euh, en France ?
391844asr1NantesSR: Non, j'ai travaillé à l'étranger. Je suis partie, euh, faire mon année de stage de maîtrise, euh, en Roumanie.
391944asr1NantesSR: Après je suis, euh, donc revenue valider ma maîtrise avec soutenance de mémoire, et après je suis repartie en Hongrie pendant un an.
392044asr1NantesSR: Dans une association, et après, euh, je suis repartie en tant qu' assistante, euh, en Létonie.
392144asr1NantesE: En Létonie, hein, et donc tu étais toujours prof de français dans ces cas-là.
392244asr1NantesSR: Voilà, prof de français.
392344asr1NantesE: Et ta euh ta maîtrise, donc tu disais qu'il fallait faire un stage dedans, ça prend combien de temps un stage en maîtrise FLE ?
392444asr1NantesSR: Mais ça dépend, il y a des personnes qui faisaient leur stage, euh.
392544asr1NantesSR: Pendant les cours, c'est-à-dire qu'ils avaient une période de stage, enfin c'était tout au long de la scolarité,
392644asr1NantesSR: et puis il y a d'autres per/, il y a des personnes qui choissisaient de, euh, valider les enseignements théoriques, et de partir en stage, après.
392744asr1NantesSR: C'est ce que j'ai fait.
392844asr1NantesE: D'accord .
392944asr1NantesSR: je suis restée plusieurs mois en Roumanie, je suis revenue, j'ai fait mon mémoire et je l'ai validé en fin d'année.
393044asr1NantesE: D'accord, et donc après tu es partie travailler trois, deux ans, trois ans ?
393144asr1NantesSR: Deux ans.
393244asr1NantesE: Deux ans.
393344asr1NantesSR: et puis après je suis repartie sur, euh, un poste de, euh, V.I.
393444asr1NantesSR: Volontaire international, euh, en Létonie.
393544asr1NantesE: Et donc, et c'est après la Létonie que tu as passé le concours de l'I.U.F.M. ?
393644asr1NantesSR: C'est après la Létonie ouais, que, euh, je suis revenue, je non, je me suis posée, euh,
393744asr1NantesSR: Deux ans. Un peu moins de deux ans, et je, euh, je, euh, viens d'entamer la, la, la formation à I.U.F.M.
393844asr1NantesE: Et pendant ces deux ans de pause ?
393944asr1NantesSR: Donc, dans des écoles de langues privées, dans des associations, euh, qui, euh.
394044asr1NantesSR: Qui donnent des cours d'alphabétisation, j'ai rien trouvé.
394144asr1NantesSR: Donc, ça été une année de recherches, et puis, euh, recherches vaines.
394244asr1NantesSR: Et puis, l'année d'après, j'ai réussi à intégrer une association.
394344asr1NantesSR: Dans laquelle, euh, je donnais à mi-temps des cours de français langue étrangère, et des cours d'alphabétisation.
394444asr1NantesSR: Sur un autre mi-temps, j'avais un poste d'assistante d'éducation dans une école primaire,
394544asr1NantesSR: près de chez moi.
394644asr1NantesE: D'accord. Et qu'est-ce que c'est alors des cours d'al/, d'alphabétisation ?
394744asr1NantesSR: Et bah en fait, c'est donner, euh, (XX) c'est essayer de, euh.
394844asr1NantesSR: D'a/, euh, de mener les gens à qui j'ai affaire vers un apprentissage de la lecture.
394944asr1NantesSR: Sachant que la plupart du temps, ce sont des gens qui n'ont pas été scolarisés,
395044asr1NantesSR: qui sont euh, qui ont en moyenne, une trentaine d'années, et qui n'ont aucun repère, euh.
395144asr1NantesSR: Ni, euh, ni spatial, ni temporel, enfin, c'est très, très, euh.
395244asr1NantesSR: Et on essaye de leur apporter, vraiment les bases, pour qu'ils puissent, euh,
395344asr1NantesSR: dans la vie au quotidien, se débrouiller. Mais c'est vraiment des, euh.
477944asr1Nantes1 roc
478044asr1Nantes2 rat
478144asr1Nantes3 jeune
478244asr1Nantes4 mal
478344asr1Nantes5 ras
478444asr1Nantes6 fou à lier
478544asr1Nantes7 des jeunets
478644asr1Nantes8 intact
478744asr1Nantes9 nous prendrions
478844asr1Nantes10 fêtard
478944asr1Nantes11 nièce
479044asr1Nantes12 pâte
479144asr1Nantes13 piquet
479244asr1Nantes14 épée
479344asr1Nantes15 compagnie
479444asr1Nantes16 fête
479544asr1Nantes17 islamique
479644asr1Nantes18 agneau
479744asr1Nantes19 pêcheur
479844asr1Nantes20 médecin
479944asr1Nantes21 paume
480044asr1Nantes22 infect
480144asr1Nantes23 dégeler
480244asr1Nantes24 bêtement
480344asr1Nantes25 épier
480444asr1Nantes26 millionnaire
480544asr1Nantes27 brun
480644asr1Nantes28 scier
480744asr1Nantes29 fêter
480844asr1Nantes30 mouette
480944asr1Nantes31 déjeuner
481044asr1Nantes32 ex-femme

PFC: Base de données sur le français oral contemporain dans l’espace francophone

Base de données sur le français oral contemporain dans l’espace francophone Le projet international PFC (Phonologie du Français Contemporain), codirigé par Marie-Hélène Côté (Université Laval), Jacques Durand (ERSS, Université de Toulouse-Le Mirail), Bernard Laks (MoDyCo, Université de Paris Ouest) et Chantal Lyche (Universités d'Oslo et de Tromsø), s’adresse à un triple public, susceptible de s’intéresser au français oral dans ses usages attestés et dans sa variation au sein de l’espace francophone : chercheurs, enseignants/apprenants de français et grand public.

Il offre une base de données qui, à terme, constituera la plus grosse base de données orales portant sur le français et l'une des plus grosses bases toutes langues confondues. Cette base peut être utilisée dans le cadre de la recherche (phonétique, phonologie, syntaxe, pragmatique, sociolinguistique, analyse conversationnelle, etc.), de l’enseignement / apprentissage du français (langue étrangère, maternelle ou seconde) et de la diffusion des savoirs (conservation du patrimoine linguistique francophone et présentation générale du français oral contemporain pour les non-spécialistes).

Il se pose comme projet-pilote, suivi par un projet similaire pour l’anglais, Phonologie de l’Anglais Contemporain (PAC), codirigé par Philip Carr (Université de Montpellier III) et Jacques Durand.

AVERTISSEMENT: Les données présentées sur ce site sont issues du projet PFC et restent la propriété exclusive des auteurs représentés par les directeurs du projet . Elles peuvent être reprises et utilisées dans le cadre de travaux scientifiques à visée strictement non commerciale. Toute utilisation des données PFC dans une publication doit obligatoirement faire référence au projet et à son site : http://www.projet-pfc.net et s'accompagner de la citation des deux publications suivantes:

Durand, Jacques, Bernard Laks & Chantal Lyche (2002). La phonologie du français contemporain: usages, variétés et structure. In: C. Pusch & W. Raible (eds.) Romanistische Korpuslinguistik- Korpora und gesprochene Sprache/Romance Corpus Linguistics - Corpora and Spoken Language. Tübingen: Gunter Narr Verlag, pp. 93-106.

Durand, Jacques, Bernard Laks & Chantal Lyche (2009).Le projet PFC: une source de données primaires structurées. In J. Durand, B. Laks et C. Lyche (eds)(2009) Phonologie, variation et accents du français. Paris: Hermès. pp. 19-61. Développement: Atanas Tchobanov Ingénieur de recherche CNRS

PFC Phonology of Contemporary French Corpus

Base de données sur le français oral contemporain dans l’espace francophone Le projet international PFC (Phonologie du Français Contemporain), codirigé par Marie-Hélène Côté (Université Laval), Jacques Durand (ERSS, Université de Toulouse-Le Mirail), Bernard Laks (MoDyCo, Université de Paris Ouest) et Chantal Lyche (Universités d'Oslo et de Tromsø), s’adresse à un triple public, susceptible de s’intéresser au français oral dans ses usages attestés et dans sa variation au sein de l’espace francophone : chercheurs, enseignants/apprenants de français et grand public.

Il offre une base de données qui, à terme, constituera la plus grosse base de données orales portant sur le français et l'une des plus grosses bases toutes langues confondues. Cette base peut être utilisée dans le cadre de la recherche (phonétique, phonologie, syntaxe, pragmatique, sociolinguistique, analyse conversationnelle, etc.), de l’enseignement / apprentissage du français (langue étrangère, maternelle ou seconde) et de la diffusion des savoirs (conservation du patrimoine linguistique francophone et présentation générale du français oral contemporain pour les non-spécialistes).

Il se pose comme projet-pilote, suivi par un projet similaire pour l’anglais, Phonologie de l’Anglais Contemporain (PAC), codirigé par Philip Carr (Université de Montpellier III) et Jacques Durand.

AVERTISSEMENT: Les données présentées sur ce site sont issues du projet PFC et restent la propriété exclusive des auteurs représentés par les directeurs du projet . Elles peuvent être reprises et utilisées dans le cadre de travaux scientifiques à visée strictement non commerciale. Toute utilisation des données PFC dans une publication doit obligatoirement faire référence au projet et à son site : http://www.projet-pfc.net et s'accompagner de la citation des deux publications suivantes:

Durand, Jacques, Bernard Laks & Chantal Lyche (2002). La phonologie du français contemporain: usages, variétés et structure. In: C. Pusch & W. Raible (eds.) Romanistische Korpuslinguistik- Korpora und gesprochene Sprache/Romance Corpus Linguistics - Corpora and Spoken Language. Tübingen: Gunter Narr Verlag, pp. 93-106.

Durand, Jacques, Bernard Laks & Chantal Lyche (2009).Le projet PFC: une source de données primaires structurées. In J. Durand, B. Laks et C. Lyche (eds)(2009) Phonologie, variation et accents du français. Paris: Hermès. pp. 19-61. Développement: Atanas Tchobanov Ingénieur de recherche CNRS