Recherche dans la base PFC - Transcriptions
PFC database transcription search

[Enquêtes] [Transcriptions] [Liaisons] [Schwas]


Début First Aide Help

La recherche pour @locuteur 50aid1 a trouvé 511 réponses

Exporter toutes les réponses au format CSV
Info Locuteur Enquête TranscriptionEcoute
514150aid1BréceyE : donc vous êtes de Brécey et vos parents sont de Brécey aussi peut-être de la région ou ?
514250aid1BréceyID : Euh, moi je suis de Brécey mais mes parents étaient pas de Brécey.
514350aid1BréceyE : Ils étaient normands ou ?
514450aid1BréceyID : Normands oui. Hum
514550aid1BréceyID : Nlieu et puis Nlieu.
514650aid1BréceyE : Nlieu c'est de la région quand même c'est pas très loin.
514750aid1BréceyE : Euh
514850aid1BréceyE : Est-ce que vous avez gardé de votre euh passage à l'école des bons ou des mauvais souvenirs ?
514950aid1BréceyID : Euh c'est parti loin aussi tout ça encore plus loin
515050aid1BréceyID : Je me rappelle de Madame Npers qui était euh.
515150aid1BréceyID : Enfin moi je n'ai jamais eu de problèmes avec elle mais les autres élèves quand ça n'allait pas c'était vraiment dramatique
515250aid1BréceyE : Il paraît, j'en ai entendu parler
515350aid1BréceyID : Mais moi je peux pas dire quoi que ce soit parce que je mentirai.
515450aid1BréceyID : Elle a été super avec nous enfin que ce soient mes frères ou quoi
515550aid1BréceyE : Ouais.
515650aid1BréceyID : Fallait mieux être bien quoi.
515750aid1BréceyE : Il parait qu'elle était dure.
515850aid1BréceyID : Autrement c'était une superbe, euh, une superbe instit, hein.
515950aid1BréceyE : C'est vrai ?
516050aid1BréceyID : Ouais.
516150aid1BréceyE : Moi je l'ai connue très très vaguement quand je suis arrivé ici, il y a
516250aid1BréceyID : Hum.
516350aid1BréceyE : Mais non je ne l'ai jamais connue en tant qu'instit, euh.
516450aid1BréceyID : Ben de toute façon, on avait peur quelque part.
516550aid1BréceyE : Ca ne m'étonne pas.
516650aid1BréceyE : C'est pas le même genre que son mari je crois.
516750aid1BréceyID : Ah non Monsieur Npers était très, euh.
516850aid1BréceyID : Ben lui il criait pas, il / il faisait pas, euh, il tapait pas, enfin, je veux dire alors elle c'était vraiment tout quoi.
516950aid1BréceyID : Elle nous emmenait par les oreilles au tableau, les oreilles décollées par les cheveux, ouais les coups de règles.
517050aid1BréceyID : Ben.
517150aid1BréceyE : C'est ce qu'on appelait l'éducation autoritaire.
517250aid1BréceyID : (rires) je sais pas si c'était bien, hein (rires)
517350aid1BréceyE : Je sais pas peut-être
517450aid1BréceyE : Peut-être avec certains c'était utile je sais pas.
517550aid1BréceyID : Oui certainement mais avec d'autres je ne pense pas que
517650aid1BréceyID : Pas trop peut-être.
517750aid1BréceyE : Peut-être pas trop.
517850aid1BréceyE : Donc est-ce que vous avez gardé des, des, pas de souvenirs précis, des, euh, anecdotes particulières des choses qui se sont passées, euh non.
517950aid1BréceyID : Non. Oui.
518050aid1BréceyID : Si la dernière journée que j'ai fait au collège, euh, j'étais partie, euh
518150aid1BréceyID : Parce que c'était la dernière journée, donc il y avait toujours la/ le prof élèves, euh, au niveau de.
518250aid1BréceyID : Du dernier jour de l'école.
518350aid1BréceyID : Et donc moi j'avais inscrit mon nom parce que j'avais le cahier de texte et j'avais inscrit oui (rires).
518450aid1BréceyID : En fait, j'étais pas là-bas j'étais partie et Monsieur Npers a fait le tour de la ville.
518550aid1BréceyID : Si on peut appeler ça comme ça.
518650aid1BréceyID : Il m'a récupérée en voiture, euh, pour me ramener au collège quoi.
518750aid1BréceyID : Et, j'ai très, il a voulu me mettre un coup de pied aux/ aux fesses.
518850aid1BréceyID : Et moi j'ai fait ça et donc il a tapé dans la porte donc ça, ça m'a.
518950aid1BréceyID : Ca vraiment, ça m'a plu la dernière journée (rires)
519050aid1BréceyE : Dernière dernière minute
519150aid1BréceyE : Bon.
519250aid1BréceyID : Mais moi dès que je suis rentrée j'ai dit à maman ' t'inquiète pas demain t'auras une lettre du collège ' voilà donc j'ai expliqué, et puis c'est tout, quoi mais vraiment ça m'a.
519350aid1BréceyID : C'était ma dernière journée (rires)
519450aid1BréceyE : Ca s'est terminé en (X) (rires)
519550aid1BréceyID : Mais j'ai / j'ai bien rigolé.
519650aid1BréceyE : D'accord
519750aid1BréceyE : Euh, donc après vous avez fait un B.E.P ?
519850aid1BréceyID : Oui sanitaire et social.
519950aid1BréceyE : Où ça ? A Saint-Lô.
520050aid1BréceyE : Donc la fille finalement suit le, euh
520150aid1BréceyID : Oui ben oui
520250aid1BréceyE : Euh, qu'est-ce que je voulais dire oui.
520350aid1BréceyE : Pour des raisons matérielles sans doute
520450aid1BréceyID : Ouais, en plus, oui ben oui de façon, ben, au niveau des études, euh.
520550aid1BréceyID : C'était pas possible, déjà moi je revenais en stop tous les, je couchais chez mon frère/ c'est pour ça que j'étais à Saint-lô, c'était pour éviter un internat
520650aid1BréceyID : Et, euh, je revenais en stop tous les vendredi soirs, pour euh.
520750aid1BréceyID : Moi j'avais personne à venir me chercher, donc euh
520850aid1BréceyE : Donc c'est pas simple quand même c'est pas simple
520950aid1BréceyE : Et ça vous plaisait sinon vos études, ou ?
521050aid1BréceyID : Oui ça m'a plu quand même sanitaire et social, euh oui quand même oui.
521150aid1BréceyID : Oui, si j'avais eu l'opportunité certainement que j'aurai pu, et puis la facilité, continuer certainement.
521250aid1BréceyE : Vous auriez
521350aid1BréceyID : Au niveau comme ça quoi
521450aid1BréceyE : Puéricultrice aussi ou ?
521550aid1BréceyID : Oui dans les choses maternité ou des choses comme ça quoi.
521650aid1BréceyE : Euh
521750aid1BréceyE : Donc vous avez, euh.
521850aid1BréceyE : Pardon vous avez étudié l'anglais donc un petit peu et puis c'était la seule langue hum.
521950aid1BréceyE : Donc maintenant vous travaillez au collège ?
522050aid1BréceyE : Et ça se passe bien ou euh vous aimez bien ou euh ?
522150aid1BréceyID : Oh ben aimer/aimer bien euh, oui, c'est, faut le faire quoi
522250aid1BréceyE : L'ambiance est bonne ou ?
522350aid1BréceyID : Ouais ça/ ça peut aller.
522450aid1BréceyE : Il y a eu des changements depuis deux ans, là non, ou c'est sensiblement la même chose ?
522550aid1BréceyID : Ah non il y a quand même des changements, bon ben, euh.
522650aid1BréceyID : Il y a eu deux/ deux principals déjà en peu de temps, donc euh.
522750aid1BréceyID : Mais bon nous, on a pas tellement affaire avec eux avec eux hein.
522850aid1BréceyID : Si il y a un gros souci, euh.
522950aid1BréceyID : Nous on reste là hein.
523050aid1BréceyE : D'accord.
523150aid1BréceyE : Donc maintenant vous êtes fixés à Brécey, vous ne bougerez plus ?
523250aid1BréceyID : Oh non ben maintenant non.
523350aid1BréceyE : Et vous êtes attachée à Brécey ou en particulier ou aux zones ?
523450aid1BréceyID : Ben l'opportunité s'est fait comme ça, hein en fait hein.
523550aid1BréceyID : Donc on a toujours habité à Brécey, moi j'ai fait des remplacements au niveau de l'éducation nationale donc euh ben.
523650aid1BréceyID : On est, on habitait à/ à Brécey parce que c'était le cent/ enfin Npers, euh, travaillait chez Npers à l'époque donc euh.
523750aid1BréceyID : Et puis bon ben maintenant on est là, voilà.
523850aid1BréceyID : Même s'il avait un des deux à faire la route de toute façon on resterait là il y en a un des deux qui resterait de toute façon au niveau boulot (bruit)
523950aid1BréceyE : Et donc votre fils, euh, votre fils, il est en ?
524050aid1BréceyID : Cinquième

PFC: Base de données sur le français oral contemporain dans l’espace francophone

Base de données sur le français oral contemporain dans l’espace francophone Le projet international PFC (Phonologie du Français Contemporain), codirigé par Marie-Hélène Côté (Université Laval), Jacques Durand (ERSS, Université de Toulouse-Le Mirail), Bernard Laks (MoDyCo, Université de Paris Ouest) et Chantal Lyche (Universités d'Oslo et de Tromsø), s’adresse à un triple public, susceptible de s’intéresser au français oral dans ses usages attestés et dans sa variation au sein de l’espace francophone : chercheurs, enseignants/apprenants de français et grand public.

Il offre une base de données qui, à terme, constituera la plus grosse base de données orales portant sur le français et l'une des plus grosses bases toutes langues confondues. Cette base peut être utilisée dans le cadre de la recherche (phonétique, phonologie, syntaxe, pragmatique, sociolinguistique, analyse conversationnelle, etc.), de l’enseignement / apprentissage du français (langue étrangère, maternelle ou seconde) et de la diffusion des savoirs (conservation du patrimoine linguistique francophone et présentation générale du français oral contemporain pour les non-spécialistes).

Il se pose comme projet-pilote, suivi par un projet similaire pour l’anglais, Phonologie de l’Anglais Contemporain (PAC), codirigé par Philip Carr (Université de Montpellier III) et Jacques Durand.

AVERTISSEMENT: Les données présentées sur ce site sont issues du projet PFC et restent la propriété exclusive des auteurs représentés par les directeurs du projet . Elles peuvent être reprises et utilisées dans le cadre de travaux scientifiques à visée strictement non commerciale. Toute utilisation des données PFC dans une publication doit obligatoirement faire référence au projet et à son site : http://www.projet-pfc.net et s'accompagner de la citation des deux publications suivantes:

Durand, Jacques, Bernard Laks & Chantal Lyche (2002). La phonologie du français contemporain: usages, variétés et structure. In: C. Pusch & W. Raible (eds.) Romanistische Korpuslinguistik- Korpora und gesprochene Sprache/Romance Corpus Linguistics - Corpora and Spoken Language. Tübingen: Gunter Narr Verlag, pp. 93-106.

Durand, Jacques, Bernard Laks & Chantal Lyche (2009).Le projet PFC: une source de données primaires structurées. In J. Durand, B. Laks et C. Lyche (eds)(2009) Phonologie, variation et accents du français. Paris: Hermès. pp. 19-61. Développement: Atanas Tchobanov Ingénieur de recherche CNRS

PFC Phonology of Contemporary French Corpus

Base de données sur le français oral contemporain dans l’espace francophone Le projet international PFC (Phonologie du Français Contemporain), codirigé par Marie-Hélène Côté (Université Laval), Jacques Durand (ERSS, Université de Toulouse-Le Mirail), Bernard Laks (MoDyCo, Université de Paris Ouest) et Chantal Lyche (Universités d'Oslo et de Tromsø), s’adresse à un triple public, susceptible de s’intéresser au français oral dans ses usages attestés et dans sa variation au sein de l’espace francophone : chercheurs, enseignants/apprenants de français et grand public.

Il offre une base de données qui, à terme, constituera la plus grosse base de données orales portant sur le français et l'une des plus grosses bases toutes langues confondues. Cette base peut être utilisée dans le cadre de la recherche (phonétique, phonologie, syntaxe, pragmatique, sociolinguistique, analyse conversationnelle, etc.), de l’enseignement / apprentissage du français (langue étrangère, maternelle ou seconde) et de la diffusion des savoirs (conservation du patrimoine linguistique francophone et présentation générale du français oral contemporain pour les non-spécialistes).

Il se pose comme projet-pilote, suivi par un projet similaire pour l’anglais, Phonologie de l’Anglais Contemporain (PAC), codirigé par Philip Carr (Université de Montpellier III) et Jacques Durand.

AVERTISSEMENT: Les données présentées sur ce site sont issues du projet PFC et restent la propriété exclusive des auteurs représentés par les directeurs du projet . Elles peuvent être reprises et utilisées dans le cadre de travaux scientifiques à visée strictement non commerciale. Toute utilisation des données PFC dans une publication doit obligatoirement faire référence au projet et à son site : http://www.projet-pfc.net et s'accompagner de la citation des deux publications suivantes:

Durand, Jacques, Bernard Laks & Chantal Lyche (2002). La phonologie du français contemporain: usages, variétés et structure. In: C. Pusch & W. Raible (eds.) Romanistische Korpuslinguistik- Korpora und gesprochene Sprache/Romance Corpus Linguistics - Corpora and Spoken Language. Tübingen: Gunter Narr Verlag, pp. 93-106.

Durand, Jacques, Bernard Laks & Chantal Lyche (2009).Le projet PFC: une source de données primaires structurées. In J. Durand, B. Laks et C. Lyche (eds)(2009) Phonologie, variation et accents du français. Paris: Hermès. pp. 19-61. Développement: Atanas Tchobanov Ingénieur de recherche CNRS