Recherche dans la base PFC - Transcriptions
PFC database transcription search

[Enquêtes] [Transcriptions] [Liaisons] [Schwas]


Début First Aide Help

La recherche pour @locuteur 50arm1 a trouvé 547 réponses

Exporter toutes les réponses au format CSV
Info Locuteur Enquête TranscriptionEcoute
2901250arm1BréceyRM : Je disais que ton voisin il va/ il va/ il va renifler le purin parce que.
2901350arm1BréceyRM : Euh comment qui s'appelle son neveu là et en train d'épandre son fumier.
2901450arm1BréceyJM : C'est vrai que ça pue. Ouais Je pensais que c'était que c'était du purin moi
2901550arm1BréceyJM : Du fumier qu'est très pourri hein
2901650arm1BréceyRM : Ben cet après-midi j'ai.
2901750arm1BréceyRM : J'ai coupé du bois auprès de (X).
2901850arm1BréceyRM : Et puis on a/ on a tout brûlé c'est net et propre.
2901950arm1BréceyJM : Ouais ça tu m'as encore dit tu vas remonter ou sinon ?
2902050arm1BréceyRM : Non je l'ai pas (X) non.
2902150arm1BréceyJM : Non non mais là-bas là-bas parce que je voyais
2902250arm1BréceyJM : D'accord.
2902350arm1BréceyJM : Et il y a plus de vent parce que le/ la fumée monte/ monte droit.
2902450arm1BréceyRM : Il annonce de l'eau pour demain.
2902550arm1BréceyJM : (X)
2902650arm1BréceyJM : (rires) Ils annoncent de l'eau pour demain
2902750arm1BréceyJM : (rires) Pourquoi tu patoises comme ça ? (X) c'est pas.
2902850arm1BréceyJM : T'as plus comment dirais-je le/ le.
2902950arm1BréceyJM : (X) nôtre objet et l'objet n'était pas le patois je pense pas que c'était ça. Mais tu ne parles pas comme ça.
2903050arm1BréceyRM : Mais non je ne parle il y a plus c'est vrai qu'il y a peu de gens à parler comme ça
2903150arm1BréceyJM : On disait ça l'autre jour quand les gens euh (X)
2903250arm1BréceyRM : Et qui vont euh au collège tout ça, les parents qui les.
2903350arm1BréceyRM : Les emmènent à droite et à gauche euh.
2903450arm1BréceyRM : Non non je pense qu'il y a une.
2903550arm1BréceyRM : Une bonne évolution là-dessus.
2903650arm1BréceyJM : Qu'est-ce que vous faites demain ?
2903750arm1BréceyRM : A Sainte-Mère Eglise euh au concours hippique.
2903850arm1BréceyRM : Ben oui c'est le concours hippique des/ nationale demain. Demain.
2903950arm1BréceyRM : Dimanche et la/ le lundi de Pâques c'est toujours le je/ le/ la semaine de Pâques.
2904050arm1BréceyRM : Oui. C'est/ ça vient derrière euh Saint-Hilaire.
2904150arm1BréceyJM : Et Saint-Hilaire est le dernier à Isor ?
2904250arm1BréceyJM : Ben non il est/ il est à l'intérieur ?
2904350arm1BréceyRM : Oui mais enfin de.
2904450arm1BréceyRM : Pour le juppement par exemple c'est là que ça commence le juppement.
2904550arm1BréceyJM : Ouais. Hum.
2904650arm1BréceyRM : Après c'est ben Auvers.
2904750arm1BréceyRM : Après c'est Avranches.
2904850arm1BréceyRM : Villedieu cette année et Moult.
2904950arm1BréceyJM : D'accord il y a/ il y a cinq concours alors
2905050arm1BréceyJM : Ah d'accord et la finale est à Saint-Lô d'accord.
2905150arm1BréceyRM : Mais c'est le hors-show quoi qu'ils appellent ça
2905250arm1BréceyRM : Et c'est de plus en plus vite parce que euh ils veulent que le.
2905350arm1BréceyRM : La finale sera faite avant Fontainebleau.
2905450arm1BréceyRM : Parce que Fontainebleau il est/ l'autre fois c'était.
2905550arm1BréceyRM : Septembre et puis ils voudraient le mettre maintenant au mois d'août.
2905650arm1BréceyJM : Et pourquoi ?
2905750arm1BréceyJM : Pour qu'y ait plus de monde non.
2905850arm1BréceyRM : Je sais que c'est comme ça. Après ils ont envie de le faire.
2905950arm1BréceyRM : Je sais pas si ils vont y réussir.
2906050arm1BréceyRM : Jean ? Si je vais le voir ? Quand ?
2906150arm1BréceyJM : Ben à l'avant (X)
2906250arm1BréceyRM : Ah non mais il a dit / il m'a dit qu'il venait Lundi là.
2906350arm1BréceyRM : Et pis qu'on irait à.
2906450arm1BréceyRM : Ils voulaient nous inviter à manger là-bas à Auvers/ pas Auvers mais à.
2906550arm1BréceyRM : Sainte-Mère Eglise.
2906650arm1BréceyRM : Je sais pas si ça va se faire j'en sais rien ben de toute façon nous on a l'habitude.
2906750arm1BréceyRM : Là mais même qu'on ait les Belges si on a les Belges qui doivent/ parce qu'ils doivent venir les Npers là.
2906850arm1BréceyRM : Le/ oui à Pâques là.
2906950arm1BréceyRM : Oui mais Npers est fatiguée un peu je crois elle voudrait et puis.
2907050arm1BréceyRM : Peut-être aussi qu'elle besoin de se.
2907150arm1BréceyJM : D'accord.
2907250arm1BréceyFR : Quand je le/ je lui ai dit ' écoute mais motus hein parce que '.
2907350arm1BréceyRM : Oui oui mais enfin bon c'est des choses qui ne me regardent pas.
2907450arm1BréceyFR : Ca ne nous regarde pas bien sûr mais disons quand on est/ quand on est à même/ quand on discute de choses.
2907550arm1BréceyFR : Euh alors je me suis excusée/ je m'étais excusée même au près de Npers
2907650arm1BréceyFR : Il m'a dit ' tu as bien fait parce que '
2907750arm1BréceyFR : 'O n en a/ on en a ' comment dire ' on en a plein le dos '
2907850arm1BréceyJM : Ah bon d'accord donc elle était tout à fait dans l'action militante
2907950arm1BréceyFR : Ben tu sais elle était
2908050arm1BréceyRM : Elle est déléguée de/ de sa boîte
2908150arm1BréceyJM : D'accord ça prenait trop d'importance
2908250arm1BréceyJM : Bon voilà mais c'est comme ça hein.
2908350arm1BréceyRM : Ouais c'est leur affaire et pas la notre. Non non
2908450arm1BréceyFR : Euh il a comment (bruit) ils sont quand même euh.
2908550arm1BréceyFR : Assez direct quoi
2908650arm1BréceyFR : Et très libres en plus.
2908750arm1BréceyRM : Enfin moi je veux pas parler politique euh.
2908850arm1BréceyJM : Bien sûr. ce qu'il veut c'est.
2908950arm1BréceyJM : Absolument.
2909050arm1BréceyJM : Très bien.
2909150arm1BréceyRM : Un feu rouge arrière gauche. Pour la Mercedes.
2909250arm1BréceyJM : Tu en trouves plus par là ?
2909350arm1BréceyRM : Ca coûte du pognon tu sais un machin comme ça peut-être ça coûte peut-être bien.
2909450arm1BréceyRM : Mille mille cinq cent francs. Ah oui oui oui.
2909550arm1BréceyJM : Ca va bientôt être une voiture de collection alors. (X) Mercedes
2909650arm1BréceyJM : Vingt-quatre ans ?
2909750arm1BréceyRM : Du trois avril.
2909850arm1BréceyJM : Ah oui ?
2909950arm1BréceyJM : Ben dis-donc. Tu te refuses rien/ tu te refusais rien
2910050arm1BréceyJM : Bien sûr (X)
2910150arm1BréceyRM : Vingt-cinq mille kilomètres tiens qu'est-ce que je dis quatre-cent vingt cinq mille.
2910250arm1BréceyJM : Quatre-cent vingt cinq mille. Ah oui c'est/ c'était vraiment une bonne charrette. Ah oui oui.
2910350arm1BréceyJM : C'est vrai.
2910450arm1BréceyJM : C'est bien
2910550arm1BréceyJM : Et comment dirais-je ils te l'avaient restaurée non ?
2910650arm1BréceyRM : Ah oui Npers.
2910750arm1BréceyJM : Ah oui avec ses gamins. C'est bien.
2910850arm1BréceyFR : Avec son copain qui est comment il s'appelle
2910950arm1BréceyRM : Il les fait travailler tous les deux.
2911050arm1BréceyJM : Ses élèves mamie. Ouais
2911150arm1BréceyJM : Puisqu'il bosse/ il forme des gamins qui ont des.

PFC: Base de données sur le français oral contemporain dans l’espace francophone

Base de données sur le français oral contemporain dans l’espace francophone Le projet international PFC (Phonologie du Français Contemporain), codirigé par Marie-Hélène Côté (Université Laval), Jacques Durand (ERSS, Université de Toulouse-Le Mirail), Bernard Laks (MoDyCo, Université de Paris Ouest) et Chantal Lyche (Universités d'Oslo et de Tromsø), s’adresse à un triple public, susceptible de s’intéresser au français oral dans ses usages attestés et dans sa variation au sein de l’espace francophone : chercheurs, enseignants/apprenants de français et grand public.

Il offre une base de données qui, à terme, constituera la plus grosse base de données orales portant sur le français et l'une des plus grosses bases toutes langues confondues. Cette base peut être utilisée dans le cadre de la recherche (phonétique, phonologie, syntaxe, pragmatique, sociolinguistique, analyse conversationnelle, etc.), de l’enseignement / apprentissage du français (langue étrangère, maternelle ou seconde) et de la diffusion des savoirs (conservation du patrimoine linguistique francophone et présentation générale du français oral contemporain pour les non-spécialistes).

Il se pose comme projet-pilote, suivi par un projet similaire pour l’anglais, Phonologie de l’Anglais Contemporain (PAC), codirigé par Philip Carr (Université de Montpellier III) et Jacques Durand.

AVERTISSEMENT: Les données présentées sur ce site sont issues du projet PFC et restent la propriété exclusive des auteurs représentés par les directeurs du projet . Elles peuvent être reprises et utilisées dans le cadre de travaux scientifiques à visée strictement non commerciale. Toute utilisation des données PFC dans une publication doit obligatoirement faire référence au projet et à son site : http://www.projet-pfc.net et s'accompagner de la citation des deux publications suivantes:

Durand, Jacques, Bernard Laks & Chantal Lyche (2002). La phonologie du français contemporain: usages, variétés et structure. In: C. Pusch & W. Raible (eds.) Romanistische Korpuslinguistik- Korpora und gesprochene Sprache/Romance Corpus Linguistics - Corpora and Spoken Language. Tübingen: Gunter Narr Verlag, pp. 93-106.

Durand, Jacques, Bernard Laks & Chantal Lyche (2009).Le projet PFC: une source de données primaires structurées. In J. Durand, B. Laks et C. Lyche (eds)(2009) Phonologie, variation et accents du français. Paris: Hermès. pp. 19-61. Développement: Atanas Tchobanov Ingénieur de recherche CNRS

PFC Phonology of Contemporary French Corpus

Base de données sur le français oral contemporain dans l’espace francophone Le projet international PFC (Phonologie du Français Contemporain), codirigé par Marie-Hélène Côté (Université Laval), Jacques Durand (ERSS, Université de Toulouse-Le Mirail), Bernard Laks (MoDyCo, Université de Paris Ouest) et Chantal Lyche (Universités d'Oslo et de Tromsø), s’adresse à un triple public, susceptible de s’intéresser au français oral dans ses usages attestés et dans sa variation au sein de l’espace francophone : chercheurs, enseignants/apprenants de français et grand public.

Il offre une base de données qui, à terme, constituera la plus grosse base de données orales portant sur le français et l'une des plus grosses bases toutes langues confondues. Cette base peut être utilisée dans le cadre de la recherche (phonétique, phonologie, syntaxe, pragmatique, sociolinguistique, analyse conversationnelle, etc.), de l’enseignement / apprentissage du français (langue étrangère, maternelle ou seconde) et de la diffusion des savoirs (conservation du patrimoine linguistique francophone et présentation générale du français oral contemporain pour les non-spécialistes).

Il se pose comme projet-pilote, suivi par un projet similaire pour l’anglais, Phonologie de l’Anglais Contemporain (PAC), codirigé par Philip Carr (Université de Montpellier III) et Jacques Durand.

AVERTISSEMENT: Les données présentées sur ce site sont issues du projet PFC et restent la propriété exclusive des auteurs représentés par les directeurs du projet . Elles peuvent être reprises et utilisées dans le cadre de travaux scientifiques à visée strictement non commerciale. Toute utilisation des données PFC dans une publication doit obligatoirement faire référence au projet et à son site : http://www.projet-pfc.net et s'accompagner de la citation des deux publications suivantes:

Durand, Jacques, Bernard Laks & Chantal Lyche (2002). La phonologie du français contemporain: usages, variétés et structure. In: C. Pusch & W. Raible (eds.) Romanistische Korpuslinguistik- Korpora und gesprochene Sprache/Romance Corpus Linguistics - Corpora and Spoken Language. Tübingen: Gunter Narr Verlag, pp. 93-106.

Durand, Jacques, Bernard Laks & Chantal Lyche (2009).Le projet PFC: une source de données primaires structurées. In J. Durand, B. Laks et C. Lyche (eds)(2009) Phonologie, variation et accents du français. Paris: Hermès. pp. 19-61. Développement: Atanas Tchobanov Ingénieur de recherche CNRS