Recherche dans la base PFC - Transcriptions
PFC database transcription search

[Enquêtes] [Transcriptions] [Liaisons] [Schwas]


Début First Aide Help

La recherche pour @locuteur 54bfl1 a trouvé 599 réponses

Exporter toutes les réponses au format CSV
Info Locuteur Enquête TranscriptionEcoute
2007354bfl1OgévillerE: Dans le boulot que tu fais,
2007454bfl1OgévillerE: pour être euh, pour rester dans la région, ou euh ?
2007554bfl1OgévillerE: Parce que c'était vraiment ce que tu voulais faire ?
2007654bfl1OgévillerFL: Ni l'un, ni l'autre.
2007754bfl1Ogéviller(silence)
2007854bfl1OgévillerFL: Je euh, je suis rentré dans la boîte là, par,
2007954bfl1OgévillerFL: on va pas dire par hasard,
2008054bfl1OgévillerFL: euh, j'étais en train de chercher du boulot dans ma branche,
2008154bfl1OgévillerFL: et puis, euh,
2008254bfl1OgévillerFL: n'en trouvant pas au bout de deux mois, on me dit, bien tiens, on euh, cherche des ouvriers. Du coup j'ai dit,
2008354bfl1OgévillerFL: de toute façon, bon, c'est de l'argent.
2008454bfl1OgévillerFL: Donc je vais y aller.
2008554bfl1OgévillerFL: Puis, puis là, je suis resté.
2008654bfl1OgévillerFL: Puis j'ai gravi les échelons au fur et à mesure.
2008754bfl1Ogéviller(silence)
2008854bfl1OgévillerFL: J'ai quand même co/, commencé co/, comme ouvrier, euh,
2008954bfl1OgévillerFL: ils m'ont dit, 'non, on prend pas des gens qui ont euh, des bacs plus deux, euh.'
2009054bfl1OgévillerFL: On euh, on peut pas les payer pour, euh.
2009154bfl1OgévillerFL : Je vous ai, jamais demandé de me payer pour mon B.T.S., hein, je vous ai demandé de euh, de travailler.
2009254bfl1OgévillerE: (onomatopée d'approbation :) Mm.
2009354bfl1OgévillerFL: Donc, euh, puis après, bien,
2009454bfl1Ogéviller(silence)
2009554bfl1OgévillerFL: de fil en aiguille, n'étant pas trop bête.
2009654bfl1Ogéviller(silence)
2009754bfl1OgévillerE: Non mais c'est bien en fait.
2009854bfl1OgévillerE: Là, en plus tu connais tous les niveaux, donc les gens,
2009954bfl1OgévillerE: dont tu t'occupes, tu sais ce qu'ils font comme boulot concrètement.
2010054bfl1OgévillerFL: Oui, mais c/, c'est aussi un désavantage.
2010154bfl1OgévillerFL: Parce que c'est les gens qui t'ont formé, en tant qu'ouvrier, que, tu diriges maintenant.
2010254bfl1OgévillerE: Ah oui, parce que toi tu es monté, et pas eux.
2010354bfl1OgévillerE: Voilà.
2010454bfl1OgévillerFL: Et, euh, bon, au début ça a créé des tensions.
2010554bfl1OgévillerE: (onomatopée d'approbation :) Mm.
2010654bfl1OgévillerFL: Puis euh.
2010754bfl1OgévillerFL: C'est pareil, on va pas dire que tu, tu attrapes la grosse tête, mais pas loin.
2010854bfl1OgévillerFL: Puis, tu as des.
2010954bfl1OgévillerFL: Tu sais pas trop comment te situer au début, au f/, au fur et à mesure que tu commences à monter, tu sais pas trop comment te situer par rapport à, aux gens.
2011054bfl1OgévillerFL: Puis après, c'est à force de te prendre des claques que tu sais.
2011154bfl1Ogéviller(silence)
2011254bfl1OgévillerE: Il faut que tu t'imposes même si tu es le plus jeune, même si tu es le dernier arrivé .
2011354bfl1Ogéviller(silence)
2011454bfl1OgévillerFL: Moi il faut que je m'impose par rapport à eux,
2011554bfl1OgévillerFL: et euh, il faut pas non plus que je les prenne pour mes cons.
2011654bfl1OgévillerFL: Entre les deux, euh.
2011754bfl1OgévillerFL: Et puis euh, j'ai aussi, euh, des, des objectifs à atteindre par rapport à mes chefs.
2011854bfl1OgévillerFL: Ma hiérarchie , quoi, mes chefs, j'en n'ai pas trente-six, mais.
2011954bfl1OgévillerE: (onomatopée d'approbation :) Mm.
2012054bfl1OgévillerE: Ca a pas dû être marrant tous les jours, quand même.
2012154bfl1OgévillerFL: Non.
2012254bfl1OgévillerFL: Mais il faut avoir le moral bien accroché, il y a, de temps en temps tu t'en prends plein la tête pour pas un rond, euh.
2012354bfl1OgévillerE: (onomatopée d'approbation:) Mm.
2012454bfl1OgévillerFL: Mais bon.
2012554bfl1OgévillerFL: Jamais boule/, baisser les bras.
2012654bfl1OgévillerE: Ouais.
2012754bfl1Ogéviller(silence)
2012854bfl1OgévillerFL: Pour le moment,
2012954bfl1OgévillerFL: ça dure.
2013054bfl1OgévillerE: Bien, il y a pas de raison.
2013154bfl1OgévillerFL: Non.
2013254bfl1OgévillerFL: C'est sûr .
2013354bfl1OgévillerFL: Non.
2013454bfl1OgévillerFL: Non, je euh.
2013554bfl1OgévillerFL: J'en ai encore à faire.
2013654bfl1OgévillerE: Ouais ?
2013754bfl1OgévillerFL: Ouais.
2013854bfl1OgévillerE: Tu as encore des perspectives d'évolution, euh
2013954bfl1OgévillerFL: Jamais satisfait.
2014054bfl1OgévillerE: Oh bien, tu as raison, hein.
2014154bfl1OgévillerFL: Non, non, c'est euh.
2014254bfl1OgévillerE: Faut pas s'ennuyer dans son job.
2014354bfl1OgévillerFL: Non.
2014454bfl1OgévillerFL: Bien, le jour où je m'ennuierai, je pense que je partirai.
2014554bfl1OgévillerE: (onomatopée d'approbation :) Mm.
2014654bfl1Ogéviller(silence)
2014754bfl1OgévillerE: Et là, tu as tout perdu, en électronique, du coup ?
2014854bfl1OgévillerFL: Oh, euh, j'avais déjà perdu après le ser/, service militaire.
2014954bfl1OgévillerE: Ah ouais .
2015054bfl1OgévillerFL: Et c'est, euh.
2015154bfl1OgévillerFL: (onomatopée:) Mm.
2015254bfl1OgévillerFL: Il aurait fallu, que je refasse une année de euh.
2015354bfl1OgévillerFL: De remise à niveau, ou euh.
2015454bfl1Ogéviller(silence)
2015554bfl1OgévillerFL: J'ai, euh, j'ai hésité à la faire,
2015654bfl1OgévillerFL: et je l'ai pas faite.
2015754bfl1OgévillerFL: Donc, euh.
2015854bfl1OgévillerE: De toute façon, là, tu aurais à nouveau reperdu.
2015954bfl1OgévillerFL: (onomatopée d'approbation:) Mm.
2016054bfl1OgévillerFL: (onomatopée:) Mm. Là j'aurais d/, à nouveau reperdu.
2016154bfl1OgévillerFL: Mais, bon.
2016254bfl1OgévillerFL: Le B.T.S. en électronique, c'est une chose, c'est tous les, euh.
2016354bfl1Ogéviller(bruit de fond)
2016454bfl1OgévillerFL: En électronique, c'est, euh.
2016554bfl1OgévillerFL: Mais tout ce que tu as euh, acquis en logique, et tout ça, tu t'en sers tous les jours, de toute façon , donc, euh.
2016654bfl1Ogéviller(silence)
2016754bfl1OgévillerFL: Ton n/, euh.
2016854bfl1OgévillerFL: Je pense que ton niveau d'études, ou, ton,
2016954bfl1OgévillerFL: le diplôme que tu as ne reflète pas, ce que tu vaux, mais, ouais.
2017054bfl1OgévillerFL: Reflète un, un niveau d'acquisition,
2017154bfl1OgévillerFL: qui permet d'évoluer plus tard, quoi.
2017254bfl1OgévillerFL: Voilà . Je, je le prends plutôt comme ça, moi, maintenant.

PFC: Base de données sur le français oral contemporain dans l’espace francophone

Base de données sur le français oral contemporain dans l’espace francophone Le projet international PFC (Phonologie du Français Contemporain), codirigé par Marie-Hélène Côté (Université Laval), Jacques Durand (ERSS, Université de Toulouse-Le Mirail), Bernard Laks (MoDyCo, Université de Paris Ouest) et Chantal Lyche (Universités d'Oslo et de Tromsø), s’adresse à un triple public, susceptible de s’intéresser au français oral dans ses usages attestés et dans sa variation au sein de l’espace francophone : chercheurs, enseignants/apprenants de français et grand public.

Il offre une base de données qui, à terme, constituera la plus grosse base de données orales portant sur le français et l'une des plus grosses bases toutes langues confondues. Cette base peut être utilisée dans le cadre de la recherche (phonétique, phonologie, syntaxe, pragmatique, sociolinguistique, analyse conversationnelle, etc.), de l’enseignement / apprentissage du français (langue étrangère, maternelle ou seconde) et de la diffusion des savoirs (conservation du patrimoine linguistique francophone et présentation générale du français oral contemporain pour les non-spécialistes).

Il se pose comme projet-pilote, suivi par un projet similaire pour l’anglais, Phonologie de l’Anglais Contemporain (PAC), codirigé par Philip Carr (Université de Montpellier III) et Jacques Durand.

AVERTISSEMENT: Les données présentées sur ce site sont issues du projet PFC et restent la propriété exclusive des auteurs représentés par les directeurs du projet . Elles peuvent être reprises et utilisées dans le cadre de travaux scientifiques à visée strictement non commerciale. Toute utilisation des données PFC dans une publication doit obligatoirement faire référence au projet et à son site : http://www.projet-pfc.net et s'accompagner de la citation des deux publications suivantes:

Durand, Jacques, Bernard Laks & Chantal Lyche (2002). La phonologie du français contemporain: usages, variétés et structure. In: C. Pusch & W. Raible (eds.) Romanistische Korpuslinguistik- Korpora und gesprochene Sprache/Romance Corpus Linguistics - Corpora and Spoken Language. Tübingen: Gunter Narr Verlag, pp. 93-106.

Durand, Jacques, Bernard Laks & Chantal Lyche (2009).Le projet PFC: une source de données primaires structurées. In J. Durand, B. Laks et C. Lyche (eds)(2009) Phonologie, variation et accents du français. Paris: Hermès. pp. 19-61. Développement: Atanas Tchobanov Ingénieur de recherche CNRS

PFC Phonology of Contemporary French Corpus

Base de données sur le français oral contemporain dans l’espace francophone Le projet international PFC (Phonologie du Français Contemporain), codirigé par Marie-Hélène Côté (Université Laval), Jacques Durand (ERSS, Université de Toulouse-Le Mirail), Bernard Laks (MoDyCo, Université de Paris Ouest) et Chantal Lyche (Universités d'Oslo et de Tromsø), s’adresse à un triple public, susceptible de s’intéresser au français oral dans ses usages attestés et dans sa variation au sein de l’espace francophone : chercheurs, enseignants/apprenants de français et grand public.

Il offre une base de données qui, à terme, constituera la plus grosse base de données orales portant sur le français et l'une des plus grosses bases toutes langues confondues. Cette base peut être utilisée dans le cadre de la recherche (phonétique, phonologie, syntaxe, pragmatique, sociolinguistique, analyse conversationnelle, etc.), de l’enseignement / apprentissage du français (langue étrangère, maternelle ou seconde) et de la diffusion des savoirs (conservation du patrimoine linguistique francophone et présentation générale du français oral contemporain pour les non-spécialistes).

Il se pose comme projet-pilote, suivi par un projet similaire pour l’anglais, Phonologie de l’Anglais Contemporain (PAC), codirigé par Philip Carr (Université de Montpellier III) et Jacques Durand.

AVERTISSEMENT: Les données présentées sur ce site sont issues du projet PFC et restent la propriété exclusive des auteurs représentés par les directeurs du projet . Elles peuvent être reprises et utilisées dans le cadre de travaux scientifiques à visée strictement non commerciale. Toute utilisation des données PFC dans une publication doit obligatoirement faire référence au projet et à son site : http://www.projet-pfc.net et s'accompagner de la citation des deux publications suivantes:

Durand, Jacques, Bernard Laks & Chantal Lyche (2002). La phonologie du français contemporain: usages, variétés et structure. In: C. Pusch & W. Raible (eds.) Romanistische Korpuslinguistik- Korpora und gesprochene Sprache/Romance Corpus Linguistics - Corpora and Spoken Language. Tübingen: Gunter Narr Verlag, pp. 93-106.

Durand, Jacques, Bernard Laks & Chantal Lyche (2009).Le projet PFC: une source de données primaires structurées. In J. Durand, B. Laks et C. Lyche (eds)(2009) Phonologie, variation et accents du français. Paris: Hermès. pp. 19-61. Développement: Atanas Tchobanov Ingénieur de recherche CNRS