Recherche dans la base PFC - Transcriptions
PFC database transcription search

[Enquêtes] [Transcriptions] [Liaisons] [Schwas]


Début First Aide Help

La recherche pour @locuteur 54bgc1 a trouvé 482 réponses

Exporter toutes les réponses au format CSV
Info Locuteur Enquête TranscriptionEcoute
2232654bgc1OgévillerE: C'est bien d'avoir pu euh, garder vos enfants près de vous.
2232754bgc1OgévillerCG: Oui.
2232854bgc1OgévillerCG: Oui, oui, oui, oui, ils sont pas, ils sont restés là.
2232954bgc1OgévillerCG: Puis moi je vous dis, le petit-fils il est parti, il est parti, parce que euh, il a fait ses études à euh.
2233054bgc1OgévillerCG: A Lyon.
2233154bgc1OgévillerE: (onomatopée d'approbation: Mmh.)
2233254bgc1OgévillerCG: Et euh. Il a pas trouvé de travail, dans le coin, de s/, de sa branche.
2233354bgc1Ogéviller(bruit de fond)
2233454bgc1OgévillerCG: Alors il a terminé sa dernière année, là-bas à Nlieu,
2233554bgc1OgévillerCG: puis il a fait la connaissance d'une fille, et puis ma foi, euh.
2233654bgc1Ogéviller(bruit de fond)
2233754bgc1OgévillerCG: Le destin a voulu autrement, ma foi, il a mis la fille enceinte, et puis ma foi, ils ont été obligés de se marier.
2233854bgc1OgévillerCG: Voilà.
2233954bgc1OgévillerCG: Voilà les, les, les évé/, les derniers événements.
2234054bgc1OgévillerE: Oui. Oh, maintenant, on n'est plus tellement obligé.
2234154bgc1OgévillerE: Ou peut-être là-bas, oui .
2234254bgc1OgévillerCG: C'est des convenances , et euh.
2234354bgc1OgévillerCG: Au dé/, au départ, au départ, euh.
2234454bgc1OgévillerCG: Ils voulaient pas trop, ils voulaient pas le dire aux parents,
2234554bgc1OgévillerG: et puis quand ils l'ont dit aux parents, oh, tout de suite le mariage, hein, ils ont.
2234654bgc1OgévillerCG: C'est vrai, les, les parents de euh, de Nlieu, ils n'ont pas été, hein.
2234754bgc1OgévillerCG: Ils n'ont pas été au mariage, hein .
2234854bgc1OgévillerE: Ils ont coupé les ponts ?
2234954bgc1OgévillerCG: Non, non, non, non, non, non, c'était, ils sont très, très bien, mais,
2235054bgc1OgévillerCG: il fallait que le mariage soit fait, tout de suite.
2235154bgc1OgévillerCG: Et eux, c'était l'école, ils pouvaient pas partir, hein.
2235254bgc1OgévillerE: D'accord.
2235354bgc1OgévillerCG: Et puis c'est pareil, pour partir, pour aller là-bas, il faut avoir des avions, il faut, il faut retenir ses places, euh, tout ça, euh.
2235454bgc1OgévillerE: Ouais, sinon ça coûte très cher, si on les prend au dernier moment .
2235554bgc1OgévillerCG: Bien oui, hein.
2235654bgc1OgévillerCG: Alors donc, euh,
2235754bgc1OgévillerCG: ils n'ont pas été, ils ont été aux vacances, l'année dernière, ils ont été, puis ils vont, repartir là, euh.
2235854bgc1OgévillerCG: Aux vacances de Pâques, ils vont y raller pour, euh, quinze jours.
2235954bgc1OgévillerE: Oui, il vaut mieux y aller pour une bonne période, hein .
2236054bgc1OgévillerCG: bien, c'est pareil, le gendre travaille encore, alors donc, euh.
2236154bgc1OgévillerCG: Puis la petite-fille, elle veut, elle veut y aller, elle veut aller voir son frère, elle veut aller les voir là-bas, alors, euh.
2236254bgc1OgévillerCG: Aux grandes vacances, alors ma foi, eux, ils vont y aller à Pâques.
2236354bgc1Ogéviller(silence)
2236454bgc1OgévillerE: C'est bien.
2236554bgc1Ogéviller(silence)
2236654bgc1OgévillerE: C'est loin, mais bon.
2236754bgc1OgévillerCG: Oui, oui, oh.
2236854bgc1OgévillerE: On fait avec, hein.
2236954bgc1Ogéviller(silence)
2237054bgc1OgévillerCG: De toute façon, hein, c'est comme tout, hein.
2237154bgc1OgévillerE: (onomatopée d'approbation: Mmh.).
2237254bgc1Ogéviller(bruit de fond)
2237354bgc1OgévillerE: Est-ce que vous parlez d'autres langues que le français ?
2237454bgc1OgévillerCG: Ouh, non.
2237554bgc1OgévillerCG: Et bien, c'est déjà, c'est bien beau, que je parle français.
2237654bgc1OgévillerE: Vous comprenez le patois ?
2237754bgc1OgévillerCG: Je comprends le patois, mais je sais pas le parler.
2237854bgc1OgévillerE: C'est déjà pas mal, de le comprendre, parce que je sais que ça a été interdit de le parler.
2237954bgc1OgévillerCG: Oh bien, de toute/.
2238054bgc1OgévillerCG: Non, c'est pas que c'était. Non, faut pas dire que c'était interdit de le parler,
2238154bgc1OgévillerCG: mais c'est une langue qui euh, qui a tomb/, qui a tombé, quoi, c'est tout.
2238254bgc1Ogéviller(silence)
2238354bgc1OgévillerCG: Parce que les euh, m/, mon euh,
2238454bgc1OgévillerCG: mes euh,
2238554bgc1OgévillerCG: arrière-grands-parents, ils parlaient, ils parlaient qu'en patois, hein.
2238654bgc1Ogéviller(bruit de fond)
2238754bgc1OgévillerCG: Ca, ils parlaient qu'en patois, ça de toute façon, euh.
2238854bgc1Ogéviller(bruit de fond)
2238954bgc1OgévillerCG: Ah, c'est pour ça qu'on a, qu'on a, donc appris, mes parents, non, pas du tout.
2239054bgc1OgévillerCG: Il y a des parents qui n'ont encore parlé avec leurs en/,
2239154bgc1OgévillerCG: mes euh, mes parents n'ont jamais parlé le patois, mais alors les grands-parents, si, alors là, ils parlaient qu'en patois, hein.
2239254bgc1OgévillerE: Ouais.
2239354bgc1OgévillerCG: Oh bien, oh bien des fois, des f/, on, on discute bien, enfin des couarails, comme on dit ici.
2239454bgc1Ogéviller(bruit de fond)
2239554bgc1OgévillerE: C'est quoi ?
2239654bgc1OgévillerCG: Bien des couarails, on discute ensemble.
2239754bgc1OgévillerE: D'accord.
2239854bgc1OgévillerCG: Voilà ce que c'est.
2239954bgc1OgévillerE: Ah c'est marrant, ça, je connaissais pas.
2240054bgc1OgévillerCG: Ouais. Couarail, que c'est.
2240154bgc1OgévillerCG: C.O.U.R.A.I.L.
2240254bgc1Ogéviller(bruit de fond)
2240354bgc1OgévillerCG: Dans le, dans le temps, c'était comme ça.
2240454bgc1OgévillerCG: Il y avait pas la télé,
2240554bgc1OgévillerCG: il y avait pas la télé, tout ça, alors les gens,
2240654bgc1OgévillerCG: ils se recevaient l'un et l'autre, de temps en temps,
2240754bgc1OgévillerCG: que je vous, euh, je sais, j'ai vu, hein,
2240854bgc1OgévillerCG: parce que je vous ai vue arr/ .
2240954bgc1OgévillerE: Et, euh .
2241054bgc1OgévillerCG: Quand même, hein.
2241154bgc1OgévillerCG: A de vos rendez-vous.
2241254bgc1OgévillerE: Oh, bien, j'essaye.
2241354bgc1OgévillerE: C'est la m/, c'est le moins. Les gens me font la gentillesse de me recevoir .
2241454bgc1OgévillerCG: Et euh, ça euh, et, plutôt cinq minutes avant l'heure,
2241554bgc1OgévillerCG: que d'être, après l'heure.
2241654bgc1OgévillerCG: C'est une impolitesse,
2241754bgc1OgévillerCG: si vous êtes en retard,
2241854bgc1OgévillerCG: (inspiration)
2241954bgc1OgévillerCG: vous le savez encore pas, ça ?
2242054bgc1OgévillerE: Bien, dans le sud c'est différent ,
2242154bgc1OgévillerE: dans le sud, on nous dit d'avoir trois minutes de retard.
2242254bgc1OgévillerCG: Ouais.
2242354bgc1OgévillerCG: Et bien, ici, ici, si vous avez du retard, c'est de l'impolitesse,
2242454bgc1OgévillerCG: (inspiration)
2242554bgc1OgévillerCG: et euh, moi je vois, j'ai eu plusieurs rendez-vous, puisque euh, il y a eu le feu à côté de chez nous, là, si, vous savez,

PFC: Base de données sur le français oral contemporain dans l’espace francophone

Base de données sur le français oral contemporain dans l’espace francophone Le projet international PFC (Phonologie du Français Contemporain), codirigé par Marie-Hélène Côté (Université Laval), Jacques Durand (ERSS, Université de Toulouse-Le Mirail), Bernard Laks (MoDyCo, Université de Paris Ouest) et Chantal Lyche (Universités d'Oslo et de Tromsø), s’adresse à un triple public, susceptible de s’intéresser au français oral dans ses usages attestés et dans sa variation au sein de l’espace francophone : chercheurs, enseignants/apprenants de français et grand public.

Il offre une base de données qui, à terme, constituera la plus grosse base de données orales portant sur le français et l'une des plus grosses bases toutes langues confondues. Cette base peut être utilisée dans le cadre de la recherche (phonétique, phonologie, syntaxe, pragmatique, sociolinguistique, analyse conversationnelle, etc.), de l’enseignement / apprentissage du français (langue étrangère, maternelle ou seconde) et de la diffusion des savoirs (conservation du patrimoine linguistique francophone et présentation générale du français oral contemporain pour les non-spécialistes).

Il se pose comme projet-pilote, suivi par un projet similaire pour l’anglais, Phonologie de l’Anglais Contemporain (PAC), codirigé par Philip Carr (Université de Montpellier III) et Jacques Durand.

AVERTISSEMENT: Les données présentées sur ce site sont issues du projet PFC et restent la propriété exclusive des auteurs représentés par les directeurs du projet . Elles peuvent être reprises et utilisées dans le cadre de travaux scientifiques à visée strictement non commerciale. Toute utilisation des données PFC dans une publication doit obligatoirement faire référence au projet et à son site : http://www.projet-pfc.net et s'accompagner de la citation des deux publications suivantes:

Durand, Jacques, Bernard Laks & Chantal Lyche (2002). La phonologie du français contemporain: usages, variétés et structure. In: C. Pusch & W. Raible (eds.) Romanistische Korpuslinguistik- Korpora und gesprochene Sprache/Romance Corpus Linguistics - Corpora and Spoken Language. Tübingen: Gunter Narr Verlag, pp. 93-106.

Durand, Jacques, Bernard Laks & Chantal Lyche (2009).Le projet PFC: une source de données primaires structurées. In J. Durand, B. Laks et C. Lyche (eds)(2009) Phonologie, variation et accents du français. Paris: Hermès. pp. 19-61. Développement: Atanas Tchobanov Ingénieur de recherche CNRS

PFC Phonology of Contemporary French Corpus

Base de données sur le français oral contemporain dans l’espace francophone Le projet international PFC (Phonologie du Français Contemporain), codirigé par Marie-Hélène Côté (Université Laval), Jacques Durand (ERSS, Université de Toulouse-Le Mirail), Bernard Laks (MoDyCo, Université de Paris Ouest) et Chantal Lyche (Universités d'Oslo et de Tromsø), s’adresse à un triple public, susceptible de s’intéresser au français oral dans ses usages attestés et dans sa variation au sein de l’espace francophone : chercheurs, enseignants/apprenants de français et grand public.

Il offre une base de données qui, à terme, constituera la plus grosse base de données orales portant sur le français et l'une des plus grosses bases toutes langues confondues. Cette base peut être utilisée dans le cadre de la recherche (phonétique, phonologie, syntaxe, pragmatique, sociolinguistique, analyse conversationnelle, etc.), de l’enseignement / apprentissage du français (langue étrangère, maternelle ou seconde) et de la diffusion des savoirs (conservation du patrimoine linguistique francophone et présentation générale du français oral contemporain pour les non-spécialistes).

Il se pose comme projet-pilote, suivi par un projet similaire pour l’anglais, Phonologie de l’Anglais Contemporain (PAC), codirigé par Philip Carr (Université de Montpellier III) et Jacques Durand.

AVERTISSEMENT: Les données présentées sur ce site sont issues du projet PFC et restent la propriété exclusive des auteurs représentés par les directeurs du projet . Elles peuvent être reprises et utilisées dans le cadre de travaux scientifiques à visée strictement non commerciale. Toute utilisation des données PFC dans une publication doit obligatoirement faire référence au projet et à son site : http://www.projet-pfc.net et s'accompagner de la citation des deux publications suivantes:

Durand, Jacques, Bernard Laks & Chantal Lyche (2002). La phonologie du français contemporain: usages, variétés et structure. In: C. Pusch & W. Raible (eds.) Romanistische Korpuslinguistik- Korpora und gesprochene Sprache/Romance Corpus Linguistics - Corpora and Spoken Language. Tübingen: Gunter Narr Verlag, pp. 93-106.

Durand, Jacques, Bernard Laks & Chantal Lyche (2009).Le projet PFC: une source de données primaires structurées. In J. Durand, B. Laks et C. Lyche (eds)(2009) Phonologie, variation et accents du français. Paris: Hermès. pp. 19-61. Développement: Atanas Tchobanov Ingénieur de recherche CNRS