Recherche dans la base PFC - Transcriptions
PFC database transcription search

[Enquêtes] [Transcriptions] [Liaisons] [Schwas]


Début First Aide Help

La recherche pour @locuteur 61adp1 a trouvé 511 réponses

Exporter toutes les réponses au format CSV
Info Locuteur Enquête TranscriptionEcoute
266961adp1DomfrontaisLe village de Beaulieu
267061adp1Domfrontaisest, est en grand émoi. Le Premier ministre a en é/ a
267161adp1Domfrontaisen effet décidé de faire étape dans cette commune,
267261adp1Domfrontaisau cours de sa tournée de la région,
267361adp1Domfrontaisen fin d'année. Jusqu'ici,
267461adp1Domfrontaisles seuls titres de gloire de Beaulieu
267561adp1Domfrontaisétaient son vin blanc sec, ses chemises en soie,
267661adp1Domfrontaisun champion local de course à pied
267761adp1Domfrontais(Louis Garret), quatrième aux jeux olympiques de Berlin en dix neuf cent trente-six,
267861adp1Domfrontaiset plus récemment son usine de pa/ de pâtes, de paté, italiennes, ah de pâtes italiennes.
267961adp1DomfrontaisQu'est-ce qu'il a donc valu à Beaulieu ce grand honneur?
268061adp1DomfrontaisLe hasard, tout bêtement, car
268161adp1Domfrontaisle hasard tout bêtement, car le Premier ministre, lassé
268261adp1Domfrontaisdes circuits habituels, qui, qui,
268361adp1Domfrontaisqui tournaient toujours autour des mêmes villes, veut découvrir ce qu'il appelle 'la campagne profonde'.
268461adp1DomfrontaisLe maire de Beaulieu, Marc Blanc,
268561adp1Domfrontaisest en revanche très inquiet. La cote du Premier ministre ne cesse de baisser
268661adp1Domfrontaisdepuis les élections, depuis les él/ comment,
268761adp1Domfrontaiscomment, en plus, éviter les manifestations qui ont eu tendance
268861adp1Domfrontaisà se multiplier lors des visites officielles.
268961adp1DomfrontaisLa côte escarpée du Mont, du Mont Saint-Pierre, qui mène au village,
269061adp1Domfrontaisconnaît des barrages chaque fois que les opposants
269161adp1Domfrontaisde tous les bords manifestent leur colère.
269261adp1DomfrontaisD'un autre coté, à chaque voyage du Premier ministre, le gouvernement prend contact
269361adp1Domfrontaisavec la préfecture la plus proche, et s'assure que tout est fait pour le protéger.
269461adp1DomfrontaisOr, un gros détachement de police
269561adp1Domfrontaiscomme on en va, comme on en a vu, à J/ à Jonquière,
269661adp1Domfrontaiset des vérifications d'identité risquent de provoquer une explosion.
269761adp1DomfrontaisUn jeune membre de l'opposition aurait déclaré,
269861adp1Domfrontais'Dans le coin, on est jaloux de notre liberté.
269961adp1DomfrontaisS'il faut montrer patte blanche pour circuler,
270061adp1Domfrontaisnous ne répondons pas de la réaction des gens du pays.
270161adp1DomfrontaisNous avons le soutien du village entier'. De plus, quelques articles parus dans la Dépêche du Centre,
270261adp1Domfrontaisl'Express, Ouest Liberté, et le Nouvel Observateur,
270361adp1Domfrontaisindiqueraient que des activ/ activistes
270461adp1Domfrontaisdes communes voisines préparent une journée chaude au Premier ministre.
270561adp1DomfrontaisQuelques fanatiques auraient même entamé un jeûne prolongé dans l'église de Saint Martinville.
270661adp1DomfrontaisLe sympathique maire de Beaulieu ne sait plus à quel saint se vouer.
270761adp1DomfrontaisIl a le sentiment de se trouver dans un impasse stupide.
270861adp1DomfrontaisIl s'est en désespoir de cause, décidé à écrire au Premier ministre,
270961adp1Domfrontaispour vérifier si son village était vraiment une étape nécessaire
271061adp1Domfrontaisdans la tournée prévue.
271161adp1DomfrontaisBeaulieu préfère être inconnue
730461adp1DomfrontaisDP: Je suis née à Saint-Roch à l'hôtel Martin moi.
730561adp1DomfrontaisDP: Un petit village, de l'autre côté enfin, l'autre, sur la route du cimetière de Saint-Roch.
730661adp1DomfrontaisDP: il y a un petit village qui bon. Et je suis née là, et puis mes parents ont pris la ferme du Nlieu en dix-neuf cent vingt-trois.
730761adp1DomfrontaisE: Ah bon ah oui donc un an après.
730861adp1DomfrontaisDP: Un an après , d'accord, oui.
730961adp1DomfrontaisE: Oui, et vous étiez une famille nombreuse vous alors?
731061adp1DomfrontaisDP: ah ben, ah non on est quatre enfants nous.
731161adp1DomfrontaisDP: Quatre , quatre oui oui. Mon frère qui est resté au Nlieu,
731261adp1DomfrontaisDP: et puis j'ai deux soeurs, une soeur qui est à, (xx) qui habite, qui a quatre-vingt-huit ans, et mon autre soeur qui, qui est partie là-bas, auprès d'Argentan, qui a quatre-vingt-neuf ans.
731361adp1DomfrontaisDP: Qui habitait là au chapelle avant. Mais enfin bon leur ferme avait été vendue puis il avait parti là-bas.
731461adp1DomfrontaisE: Oui, oui d'accord. Et votre frère il a repris la ferme au Nlieu alors, oui, oui.
731561adp1DomfrontaisE: C'était une ferme, une assez grande ferme alors finalement. DP: ah ben oui c'était la plus grande ferme de, de la, de la commune. Il y avait quarante hectares dans ce temps-là.
731661adp1DomfrontaisE: Ah oui, c'est beaucoup. DP: père Npers serait là, il, il connaitait, il connais/ tr/ il connaissait le Nlieu.
731761adp1DomfrontaisDP: Parce qu'un jour, je m'en rap/ je m'en rappelle de ça un soir.
731861adp1DomfrontaisDP: L'hiver, le père Npers venait à la maison.
731961adp1DomfrontaisDP: il venait chez nous, à la f/ à travers les, à travers les champs bien entendu , il faisait pas, et enfin il venait à la maison.
732061adp1DomfrontaisDP: Et quand il arrivait à la maison, on avait pas l'électricité dans ce moment-là,
732161adp1DomfrontaisDP: il dit 'mais comment', ben il dit 'comment, je, vous avez du, de la lumière, dans votre boulangerie.
732261adp1DomfrontaisDP: Il y a de la lumière, il y a de la lumière dans votre boulangerie'. Ben mon père dit 'non, non c'est pas possible on est tous là'.
732361adp1DomfrontaisDP: Et ben il a dit 'allez voir, mais il y a de la lumière', et en effet le feu prenait dans la boulangerie chez nous.
732461adp1DomfrontaisDP: Parce que dans ce temps-là, on av/ il y avait, que la cheminée, la grande cheminée, hein , et puis maman ramassait de la cendre,
732561adp1DomfrontaisDP: et puis on l'apportait dans la boulangerie,
732661adp1DomfrontaisDP: et puis bon, la chaleur je sais pas, il y avait du bois à côté ben ça lui avait pris, feu.
732761adp1DomfrontaisDP: Et sans le père Npers et ben tiens, le bâtiment aurait brûlé.
732861adp1DomfrontaisDP: Oui, ah ben on ne, m/ j'ai entendu, puis je m'en rappelle de ça.
732961adp1DomfrontaisE: Oui? DP: je m'en rappelle j'avais, sept ou huit ans mais enfin je m'en rappelle, je m'en rappelle, oui.
733061adp1DomfrontaisDP: Et papa disait 'Ben sans le père Npers et ben tiens notre, notre bâtiment aurait brûlé sans,
733161adp1DomfrontaisDP: sans, oui, sans s'en aperçoive parce que bon la maison, le dos de la, enfin la,
733261adp1DomfrontaisDP: le, devant de la maison s'était tournu, c'était un bâtiment qui était par derrière (xxxx),
733361adp1DomfrontaisDP: il y a vu sans le père Npers, on a pas de ça, (xxx) .
733461adp1DomfrontaisE: Donc ils étaient un peu amis, vos, vos parents , puis mon grand-père, ouais?
733561adp1DomfrontaisDP: Le père Npers était sérieux, bien entendu, mais enfin bon bref, il était res/ attention, il était respecté le père Girard. Il faut pas dire hein.
733661adp1Domfrontais(bruit)
733761adp1DomfrontaisDP: On dit il était sérieux parce que il était pas toujours commode, sur la ligne,
733861adp1DomfrontaisDP: parce que des gens qu'il ne connaissait pas s'ils passaient sur la ligne il fallait faire demi-tour.
733961adp1DomfrontaisE: Ah oui.
734061adp1DomfrontaisDP: C'est comme ça hein, ah oui.
734161adp1DomfrontaisE: C'est normal hein.
734261adp1DomfrontaisDP: (xxxx).
734361adp1DomfrontaisDP: Nous gamins on allait à l'école, on criait, puis enfin, on criait,
734461adp1DomfrontaisDP: en a/ en disant, on n/ on pouvait pas craindre le père Npers on le connaissait, mais enfin bon.
734561adp1DomfrontaisDP: D'autres gamins ils le, (xxx) le père Npers.
734661adp1DomfrontaisE: Oui.
734761adp1DomfrontaisDP: Il était taillé debout, un grand,
734861adp1DomfrontaisDP: vous n'avez bien entendu, vous n'avez pas de ses photos non plus?
734961adp1DomfrontaisDP: Peut-être. E: vu de ses photos, si.
735061adp1DomfrontaisDP: Un g/ un, un grand avec des petites moustaches hein?
735161adp1DomfrontaisDP: Oui.
735261adp1DomfrontaisE: Oui j'ai une photo de lui et de grand-mère.
735361adp1DomfrontaisE: Et vous vous êtes allée à l'école à Saint-Roch avec papa? DP: ben oui, ah ben oui, moi j'ai fait toute mon é/ oui.
735461adp1DomfrontaisDP: Ah ben oui, j'allais à l'école avec gars, gars, ben la Npers, la Npers, la Npers,
735561adp1DomfrontaisDP: la Npers moins parce qu'elle est plus jeune, je m'en rappelle pas des tonnes de la Npers quand même, non, mais gars Npers,
735661adp1DomfrontaisDP: et, du gars Npers je n/ pas beaucoup.
735761adp1DomfrontaisDP: pas beaucoup du gars Npers, je m'en rappelle pas beaucoup.
735861adp1DomfrontaisE: Non? (xx), plus âgé lui aussi. DP: oui, oui.
735961adp1DomfrontaisDP: Bon, on a connu gars Npers parce qu'il avait resté dans,
736061adp1DomfrontaisDP: sur, dans le coin, parce qu'il s'en est allé Saint-Roch à, à travailler,

PFC: Base de données sur le français oral contemporain dans l’espace francophone

Base de données sur le français oral contemporain dans l’espace francophone Le projet international PFC (Phonologie du Français Contemporain), codirigé par Marie-Hélène Côté (Université Laval), Jacques Durand (ERSS, Université de Toulouse-Le Mirail), Bernard Laks (MoDyCo, Université de Paris Ouest) et Chantal Lyche (Universités d'Oslo et de Tromsø), s’adresse à un triple public, susceptible de s’intéresser au français oral dans ses usages attestés et dans sa variation au sein de l’espace francophone : chercheurs, enseignants/apprenants de français et grand public.

Il offre une base de données qui, à terme, constituera la plus grosse base de données orales portant sur le français et l'une des plus grosses bases toutes langues confondues. Cette base peut être utilisée dans le cadre de la recherche (phonétique, phonologie, syntaxe, pragmatique, sociolinguistique, analyse conversationnelle, etc.), de l’enseignement / apprentissage du français (langue étrangère, maternelle ou seconde) et de la diffusion des savoirs (conservation du patrimoine linguistique francophone et présentation générale du français oral contemporain pour les non-spécialistes).

Il se pose comme projet-pilote, suivi par un projet similaire pour l’anglais, Phonologie de l’Anglais Contemporain (PAC), codirigé par Philip Carr (Université de Montpellier III) et Jacques Durand.

AVERTISSEMENT: Les données présentées sur ce site sont issues du projet PFC et restent la propriété exclusive des auteurs représentés par les directeurs du projet . Elles peuvent être reprises et utilisées dans le cadre de travaux scientifiques à visée strictement non commerciale. Toute utilisation des données PFC dans une publication doit obligatoirement faire référence au projet et à son site : http://www.projet-pfc.net et s'accompagner de la citation des deux publications suivantes:

Durand, Jacques, Bernard Laks & Chantal Lyche (2002). La phonologie du français contemporain: usages, variétés et structure. In: C. Pusch & W. Raible (eds.) Romanistische Korpuslinguistik- Korpora und gesprochene Sprache/Romance Corpus Linguistics - Corpora and Spoken Language. Tübingen: Gunter Narr Verlag, pp. 93-106.

Durand, Jacques, Bernard Laks & Chantal Lyche (2009).Le projet PFC: une source de données primaires structurées. In J. Durand, B. Laks et C. Lyche (eds)(2009) Phonologie, variation et accents du français. Paris: Hermès. pp. 19-61. Développement: Atanas Tchobanov Ingénieur de recherche CNRS

PFC Phonology of Contemporary French Corpus

Base de données sur le français oral contemporain dans l’espace francophone Le projet international PFC (Phonologie du Français Contemporain), codirigé par Marie-Hélène Côté (Université Laval), Jacques Durand (ERSS, Université de Toulouse-Le Mirail), Bernard Laks (MoDyCo, Université de Paris Ouest) et Chantal Lyche (Universités d'Oslo et de Tromsø), s’adresse à un triple public, susceptible de s’intéresser au français oral dans ses usages attestés et dans sa variation au sein de l’espace francophone : chercheurs, enseignants/apprenants de français et grand public.

Il offre une base de données qui, à terme, constituera la plus grosse base de données orales portant sur le français et l'une des plus grosses bases toutes langues confondues. Cette base peut être utilisée dans le cadre de la recherche (phonétique, phonologie, syntaxe, pragmatique, sociolinguistique, analyse conversationnelle, etc.), de l’enseignement / apprentissage du français (langue étrangère, maternelle ou seconde) et de la diffusion des savoirs (conservation du patrimoine linguistique francophone et présentation générale du français oral contemporain pour les non-spécialistes).

Il se pose comme projet-pilote, suivi par un projet similaire pour l’anglais, Phonologie de l’Anglais Contemporain (PAC), codirigé par Philip Carr (Université de Montpellier III) et Jacques Durand.

AVERTISSEMENT: Les données présentées sur ce site sont issues du projet PFC et restent la propriété exclusive des auteurs représentés par les directeurs du projet . Elles peuvent être reprises et utilisées dans le cadre de travaux scientifiques à visée strictement non commerciale. Toute utilisation des données PFC dans une publication doit obligatoirement faire référence au projet et à son site : http://www.projet-pfc.net et s'accompagner de la citation des deux publications suivantes:

Durand, Jacques, Bernard Laks & Chantal Lyche (2002). La phonologie du français contemporain: usages, variétés et structure. In: C. Pusch & W. Raible (eds.) Romanistische Korpuslinguistik- Korpora und gesprochene Sprache/Romance Corpus Linguistics - Corpora and Spoken Language. Tübingen: Gunter Narr Verlag, pp. 93-106.

Durand, Jacques, Bernard Laks & Chantal Lyche (2009).Le projet PFC: une source de données primaires structurées. In J. Durand, B. Laks et C. Lyche (eds)(2009) Phonologie, variation et accents du français. Paris: Hermès. pp. 19-61. Développement: Atanas Tchobanov Ingénieur de recherche CNRS