Recherche dans la base PFC - Transcriptions
PFC database transcription search

[Enquêtes] [Transcriptions] [Liaisons] [Schwas]


Début First Aide Help

La recherche pour @locuteur 61ajb1 a trouvé 463 réponses

Exporter toutes les réponses au format CSV
Info Locuteur Enquête TranscriptionEcoute
1196561ajb1DomfrontaisJB: Donc euh, mon père était facteur, et puis ma mère donc euh, s'occupait d'une petite ferme avec une ou deux vaches quoi.
1196661ajb1DomfrontaisE: Oui, donc vous avez eu votre scolarité à Domfront?
1196761ajb1DomfrontaisJB: Voil/ euh, deux ans à, (xxx) et puis euh, et puis à, Domfront euh, le restant quoi, oui.
1196861ajb1DomfrontaisE: Oui? Et puis ensuite qu'est-ce que vous avez fait comme études?
1196961ajb1DomfrontaisJB: Et ben c'est-à-dire que, ben moi je suis arrêté au certificat d'étude, je suis resté un tout petit peu après parce que je ne trouvais pas de,
1197061ajb1DomfrontaisJB: euh, en attendant que j'aie une place de travail,
1197161ajb1DomfrontaisJB: et, par hasard, je suis tombé sur la place de plombier, je suis resté plombier pendant, quarante-cinq ans.
1197261ajb1DomfrontaisE: Hum hum. Et vous étiez plombier chez.
1197361ajb1DomfrontaisJB: A Domfront.
1197461ajb1DomfrontaisE: A Domfront.
1197561ajb1DomfrontaisJB: Oui.
1197661ajb1DomfrontaisE: D'accord. Et, vous vous êtes marié?
1197761ajb1DomfrontaisJB: Euh, oui en, cinquante-six, oui.
1197861ajb1DomfrontaisE: Oui.
1197961ajb1DomfrontaisJB: Oui.
1198061ajb1DomfrontaisE: Et votre femme vient de.
1198161ajb1DomfrontaisJB: Et ben c'était, presque une voisine, puisque c'était, donc euh, à, bon euh, moi j'étais aux Nlieu, mais enfin c'est Nlieu, elle était à Nlieu à, combien, quatre cinq cents mètres quoi.
1198261ajb1DomfrontaisL3: Oh un kilomètre quoi.
1198361ajb1DomfrontaisJB: Oh à peine, à peine.
1198461ajb1DomfrontaisL3: Il sautait par dessus l'allée.
1198561ajb1DomfrontaisE: Oui. (rires) Et puis euh, vous avez eu, vous avez des enfants?
1198661ajb1DomfrontaisJB: Oui, deux.
1198761ajb1DomfrontaisE: Deux enfants, oui .
1198861ajb1DomfrontaisJB: Un gars une fille, oui.
1198961ajb1DomfrontaisE: Oui? Et maintenant vous êtes à la retraite si j'ai bien compris. Et vous aimez la pêche.
1199061ajb1DomfrontaisJB: Oui et la chasse.
1199161ajb1DomfrontaisE: La pêche et la chasse. Oui, et tout à l'heure on a parlé un petit peu de pêche, donc vous m'avez,
1199261ajb1DomfrontaisE: euh, vous m'avez parlé pas mal de la pêche à la truite (xxx), vous me parlez un petit peu de ce que vous faites euh, comment enfin, ce qui. JB: je pêche?
1199361ajb1DomfrontaisE: Oui, c'est ça. JB: c'est, ben c'est-à-dire que je pêche euh, beaucoup dans l'eau,
1199461ajb1DomfrontaisJB: hein, euh, avec des, avec des cuissardes,
1199561ajb1DomfrontaisJB: et, et je remonte si vous voulez euh, c'est où je vous expliquais que c'était, à la Fosse Arthour,
1199661ajb1DomfrontaisJB: dans, enfin, c'est une des rivières que je pêche.
1199761ajb1DomfrontaisJB: Et, je remonte dans l'eau, et je pêche au lancer léger.
1199861ajb1DomfrontaisJB: Même ça, ça s'appelle l'ultra léger. Parce que, si vous voulez, il faut employer un, fil très fin et, un toute petite cuillière.
1199961ajb1DomfrontaisJB: La cuillère c'est de la, enfin ce qu'on appelle le la.
1200061ajb1DomfrontaisJB: Et, avec ça euh, je ramène rapidement et, si la prise veut mordre ben, ça prend quoi . Hum.
1200161ajb1DomfrontaisE: Et vous aimez particulièrement la truite ou bien?
1200261ajb1DomfrontaisJB: Ah pas, euh, exclusivement oui. La truite sauvage oui. Uniquement je vais pas en prendre des autres hein , c'est.
1200361ajb1DomfrontaisE: Oui, parce qu'on. JB: bon euh, je pourrais aller au brochet aussi euh, maintenant euh, c'est fermé en première catégorie,
1200461ajb1DomfrontaisJB: et, je pourrais pêcher en deuxième catégorie brochet. Tout de suite là maintenant, mais bon, je suis parti à la chasse déjà.
1200561ajb1DomfrontaisE: Oui? Ah oui alors et la chasse c'est, vous m'avez pas parlé de la chasse encore.
1200661ajb1DomfrontaisJB: Ah ben la chasse c'est moins, valorisant oui ça c'est,
1200761ajb1DomfrontaisJB: vous savez euh, il y a b/ de moins en moins de gibier avec toutes ces cultures euh, intensives et, euh, ces traitements surtout.
1200861ajb1DomfrontaisE: Ah oui?
1200961ajb1DomfrontaisJB: et, ouais ouais, bon ben maintenant vous savez les, les haies, il y a plus de,
1201061ajb1DomfrontaisJB: euh, si vous voulez, dans le temps les ronces on les coupait avec la faucille tout ça hein et ou avec un engin,
1201161ajb1DomfrontaisJB: maintenant c'est, l'arrosage euh, systématique avec un, déserbant un, défoliant quoi.
1201261ajb1DomfrontaisJB: Donc euh, vous avez des haies qui n'ont plus, plus une seule herbe dessus hein. La terre est nue.
1201361ajb1DomfrontaisJB: Comme sur la route quoi, si vous voulez quoi, ça, ça, c'est, c'est moche parce que ça détruit toute euh, la faune et la flore hein, ça, c'est, tout est détruit hein.
1201461ajb1DomfrontaisJB: Et, alors donc euh, du gibier, on en a demand/ à part, du gros gibier.
1201561ajb1DomfrontaisJB: et qu'on n'a pas le droit de t/ euh, tirer, parce que nous euh, on n'a pas le droit de tirer le gibier euh,
1201661ajb1DomfrontaisJB: euh à partir du chevreuil si vous voulez.
1201761ajb1DomfrontaisJB: I/ il faut euh, des bracelets euh, euh.
1201861ajb1DomfrontaisE: Des, des bracelets vous dites. JB: oui, c'est-à-dire, un bracelet oui, je vais vous expliquer, c'est-à-dire que si on, c'est la fédération des chasseurs qui attribue.
1201961ajb1DomfrontaisJB: Vous avez une région de chasse, euh, vous allez voir, on vous attribue un bracelet,
1202061ajb1DomfrontaisJB: vous allez (xx) un chevreuil. Il faut un/ uni/ quand il est tué, aussitôt après,
1202161ajb1DomfrontaisJB: il faut mettre le bracelet euh, à, la patte du chevreuil .
1202261ajb1DomfrontaisJB: Qui vous prouve que vous aviez le droit de le faire, sinon euh, vous êtes euh, passible d'une amende de, facilement, un million hein euh,
1202361ajb1DomfrontaisJB: dix mille francs quoi . Uhm.
1202461ajb1DomfrontaisE: Ben ça plaisante pas.
1202561ajb1DomfrontaisJB: Ah non ça plaisante pas. Non non.
1202661ajb1DomfrontaisJB: Ah autrement on a le lièvre euh, bon un lièvre, si on en tue un dans l'année euh, c'est bien beau hein.
1202761ajb1DomfrontaisE: Oui.
1202861ajb1DomfrontaisJB: Et quelques lapins, si ils n'ont pas la maladie.
1202961ajb1DomfrontaisJB: A vrai dire euh, non seulement il y a les, il y a encore la maladie le, la myxomatose est le virus qui, qui vient encore en ligne de compte.
1203061ajb1DomfrontaisJB: On avait une belle population de lapins avant la chasse, ils sont tous euh, il n'en reste que quelques uns seulement c'est tout.
1203161ajb1DomfrontaisE2: Là, cette année?
1203261ajb1DomfrontaisJB: Uhm.
1203361ajb1DomfrontaisE: C'est le lapin, quand vous dites lapin, c'est lapin de Garenne euh. JB: de Garenne oui, oui oui.
1203461ajb1DomfrontaisE2: Virus de quoi?
1203561ajb1DomfrontaisJB: Comment?
1203661ajb1DomfrontaisE2: Ils ont, ils sont atteints de quoi?
1203761ajb1DomfrontaisJB: Euh, la myxomatose et le, virus euh, c'est V.H.D. je crois que ça s'appelle,
1203861ajb1DomfrontaisJB: euh, c'est-à-dire euh, ils tombent euh, raide morts euh, en, quelques secondes, ils se débattent et, il y a une goutte de sang, c'est, c'est la goutte de sang au bout du nez et, ils sont morts.
1203961ajb1DomfrontaisJB: Et ça c'est, encore une nouvelle maladie hein, qui est, l/ la myxo on a réussi à peu près à la, vaincre,
1204061ajb1DomfrontaisJB: et l'autre euh, ça revient en force.
1204161ajb1DomfrontaisJB: Même les lapins de, chez nous dans les niches hein on est obligé de les vacciner.
1204261ajb1DomfrontaisE2: Ah bon? Et c'est une nouvelle maladie ça?
1204361ajb1DomfrontaisL3: Bon, il y a peut-être vingt-cinq ans que ça existe. JB: oui oui, mais c'est, sait pas d'où ça vient.
1204461ajb1DomfrontaisJB: Moi, ouais, je pense que ça vient beaucoup de tous ces élevages en concentration qu'on a hein.
1204561ajb1DomfrontaisJB: On développe les maladies avec ça hein.
1204661ajb1DomfrontaisJB: Ouais.
1204761ajb1DomfrontaisE: En effet. Et tout à l'heure on parlait de, la goutte, parce qu'on avait commencé avec euh, la maman de Npers, et alors euh, vous me parliez un petit peu de la fraude là euh, je vous a/ j'avais demandé ce qui se passait, vous pouvez, vous pouvez me raconter là ce,
1204861ajb1DomfrontaisE: où ça, où ça atterrissait euh, et caetera. JB: ben c'est-à-dire que, et, on est dans une région où euh,
1204961ajb1DomfrontaisJB: ça prod/ ça produisait euh, beaucoup de, de poiré et de,
1205061ajb1DomfrontaisJB: et de cidre hein. Et, il fallait, l'écouler alors donc euh cette solution là,
1205161ajb1DomfrontaisJB: euh, parce que à ce moment là il y avait pas les jus de fruits encore euh, qui peuvent en écouler là mais,
1205261ajb1DomfrontaisJB: euh, ils, ils l'écoulaient tout en eau de vie.
1205361ajb1DomfrontaisJB: Mais, il y avait une consommation énorme d'eau de vie.
1205461ajb1DomfrontaisJB: C'est-à-dire que, euh, la, la, de la production ici ça partait en,
1205561ajb1DomfrontaisJB: en petite camionnette, dans des fûts, et ça allait sur les villes,
1205661ajb1DomfrontaisJB: les villes qui étaient des grosses demandeuses de, dans les bars on, servait l'eau de vie, beaucoup hein,
1205761ajb1DomfrontaisJB: donc euh, ça partait sur Caen surtout quoi.
1205861ajb1DomfrontaisJB: Accompagné euh, parce que ça c'était en fraude hein, on n'avait pas, absolument pas le droit.
1205961ajb1DomfrontaisJB: C'était, c'est-à-dire que, ces gens là avaient le droit de,
1206061ajb1DomfrontaisJB: c'était combien de litres qu'on, l'avait le droit mais encore là dans le temps?
1206161ajb1DomfrontaisL3: Dix litres.
1206261ajb1DomfrontaisJB: Dix litres oui. Mais c'est dix litres d'alcool pur comme je vous disais alors ça fait beaucoup plus en, à soixante-dix ça fait plus hein.
1206361ajb1DomfrontaisJB: Et, ils faisaient ça puis, mais alors, la machine quand elle est arrivée chez eux là,
1206461ajb1DomfrontaisJB: la machine pour distiller, l'alambic oui, et, elle était là, aux (xx) dix litres ils passaient à cent facile hein.

PFC: Base de données sur le français oral contemporain dans l’espace francophone

Base de données sur le français oral contemporain dans l’espace francophone Le projet international PFC (Phonologie du Français Contemporain), codirigé par Marie-Hélène Côté (Université Laval), Jacques Durand (ERSS, Université de Toulouse-Le Mirail), Bernard Laks (MoDyCo, Université de Paris Ouest) et Chantal Lyche (Universités d'Oslo et de Tromsø), s’adresse à un triple public, susceptible de s’intéresser au français oral dans ses usages attestés et dans sa variation au sein de l’espace francophone : chercheurs, enseignants/apprenants de français et grand public.

Il offre une base de données qui, à terme, constituera la plus grosse base de données orales portant sur le français et l'une des plus grosses bases toutes langues confondues. Cette base peut être utilisée dans le cadre de la recherche (phonétique, phonologie, syntaxe, pragmatique, sociolinguistique, analyse conversationnelle, etc.), de l’enseignement / apprentissage du français (langue étrangère, maternelle ou seconde) et de la diffusion des savoirs (conservation du patrimoine linguistique francophone et présentation générale du français oral contemporain pour les non-spécialistes).

Il se pose comme projet-pilote, suivi par un projet similaire pour l’anglais, Phonologie de l’Anglais Contemporain (PAC), codirigé par Philip Carr (Université de Montpellier III) et Jacques Durand.

AVERTISSEMENT: Les données présentées sur ce site sont issues du projet PFC et restent la propriété exclusive des auteurs représentés par les directeurs du projet . Elles peuvent être reprises et utilisées dans le cadre de travaux scientifiques à visée strictement non commerciale. Toute utilisation des données PFC dans une publication doit obligatoirement faire référence au projet et à son site : http://www.projet-pfc.net et s'accompagner de la citation des deux publications suivantes:

Durand, Jacques, Bernard Laks & Chantal Lyche (2002). La phonologie du français contemporain: usages, variétés et structure. In: C. Pusch & W. Raible (eds.) Romanistische Korpuslinguistik- Korpora und gesprochene Sprache/Romance Corpus Linguistics - Corpora and Spoken Language. Tübingen: Gunter Narr Verlag, pp. 93-106.

Durand, Jacques, Bernard Laks & Chantal Lyche (2009).Le projet PFC: une source de données primaires structurées. In J. Durand, B. Laks et C. Lyche (eds)(2009) Phonologie, variation et accents du français. Paris: Hermès. pp. 19-61. Développement: Atanas Tchobanov Ingénieur de recherche CNRS

PFC Phonology of Contemporary French Corpus

Base de données sur le français oral contemporain dans l’espace francophone Le projet international PFC (Phonologie du Français Contemporain), codirigé par Marie-Hélène Côté (Université Laval), Jacques Durand (ERSS, Université de Toulouse-Le Mirail), Bernard Laks (MoDyCo, Université de Paris Ouest) et Chantal Lyche (Universités d'Oslo et de Tromsø), s’adresse à un triple public, susceptible de s’intéresser au français oral dans ses usages attestés et dans sa variation au sein de l’espace francophone : chercheurs, enseignants/apprenants de français et grand public.

Il offre une base de données qui, à terme, constituera la plus grosse base de données orales portant sur le français et l'une des plus grosses bases toutes langues confondues. Cette base peut être utilisée dans le cadre de la recherche (phonétique, phonologie, syntaxe, pragmatique, sociolinguistique, analyse conversationnelle, etc.), de l’enseignement / apprentissage du français (langue étrangère, maternelle ou seconde) et de la diffusion des savoirs (conservation du patrimoine linguistique francophone et présentation générale du français oral contemporain pour les non-spécialistes).

Il se pose comme projet-pilote, suivi par un projet similaire pour l’anglais, Phonologie de l’Anglais Contemporain (PAC), codirigé par Philip Carr (Université de Montpellier III) et Jacques Durand.

AVERTISSEMENT: Les données présentées sur ce site sont issues du projet PFC et restent la propriété exclusive des auteurs représentés par les directeurs du projet . Elles peuvent être reprises et utilisées dans le cadre de travaux scientifiques à visée strictement non commerciale. Toute utilisation des données PFC dans une publication doit obligatoirement faire référence au projet et à son site : http://www.projet-pfc.net et s'accompagner de la citation des deux publications suivantes:

Durand, Jacques, Bernard Laks & Chantal Lyche (2002). La phonologie du français contemporain: usages, variétés et structure. In: C. Pusch & W. Raible (eds.) Romanistische Korpuslinguistik- Korpora und gesprochene Sprache/Romance Corpus Linguistics - Corpora and Spoken Language. Tübingen: Gunter Narr Verlag, pp. 93-106.

Durand, Jacques, Bernard Laks & Chantal Lyche (2009).Le projet PFC: une source de données primaires structurées. In J. Durand, B. Laks et C. Lyche (eds)(2009) Phonologie, variation et accents du français. Paris: Hermès. pp. 19-61. Développement: Atanas Tchobanov Ingénieur de recherche CNRS