Recherche dans la base PFC - Transcriptions
PFC database transcription search

[Enquêtes] [Transcriptions] [Liaisons] [Schwas]


Début First Aide Help

La recherche pour @locuteur 81ajn1 a trouvé 204 réponses

Exporter toutes les réponses au format CSV
Info Locuteur Enquête TranscriptionEcoute
2364481ajn1LacauneE3 : (La fille de JN, IN, babille). Peut-être encore quelques ques/ questions concernant euh le patois est-ce que vous savez parler le patois enfin le, l'occitan ?
2364581ajn1LacauneJN : Très peu, très peu.
2364681ajn1LacauneJN : Quelques, quelques mots quelques bribes de mots quelques expressions.
2364781ajn1LacauneJN : Qui font rire euh la plupart du temps, mais euh non (Sa fille babille.) je ne sais pas parler le patois non.
2364881ajn1LacauneE1 : Vous le comprenez quand même.
2364981ajn1LacauneJN : I/ euh j'ai beaucoup de, de manques, beaucoup de trous en, en vocabulaire.
2365081ajn1LacauneJN : Je, souvent je fais répéter je connais le je comprend le sens de la phrase, mais je bute sur un mot qui, qui me fait euh, qui me fait penser différemment de ce que la personne voulait, voulait me dire donc.
2365181ajn1LacauneJN : Ouais, ouais, alors euh, je préfère faire répéter voire traduire.
2365281ajn1LacauneJN : Voilà. Mes grands-parents oui, mes grands-parents oui.
2365381ajn1LacauneJN : Mais voyez bon ils sont décédés à, à quatre vingt dix ans passés.
2365481ajn1LacauneJN : Ils parlaient très peu le patois quand même.
2365581ajn1LacauneJN : Parce qu'ils ont vu une vie un peu ouverte sur l'extérieur quoi ils n/ ils n'étaient pas euh, ils étaient commerçants donc ils, ils travaillaient avec d'autres régions et, et euh.
2365681ajn1LacauneJN : Is/ ils étaient assez ouverts quoi, ils étaient assez ouverts donc euh, ils ont vite oublié le/ leur langue comme, qualifiée de maternelle quoi, le patois était leur langue maternelle à tous les deux, hein.
2365781ajn1LacauneJN : Bon mais les, les aléas de la vie ont fait que, ils ont plus souvent parlé le français dans leurs vies et, voilà.
2365881ajn1LacauneE2 : Mais dans le commerce je crois que ça, ça lui a été utile hein à ton grand-père là.
2365981ajn1LacauneJN : Ouais ça a dû lui être utile. Ah ouais.
2366081ajn1LacauneJN : Ah ça fait longtemps hein ? Oui, il allait dans les foires pour acheter les, les, les cochons tout ça oui mais après, il, il c'était nécessaire de l'avoir, et, et de le maîtriser.
2366181ajn1LacauneJN : Mais en fait après bon euh, c'étaient les clients dans l'Hérault, à Toulouse et tout comme ça des gens qui ne, qui ne parlaient pas la même langue donc il, il fallait, parler le français.
2366281ajn1LacauneE3 : Mais est-ce qu'ils ont quand même parlé avec vous (XXX) patois où ?
2366381ajn1LacauneJN : On les entendait lors de leurs conversations avec les gens de leur âge, on les entendait, on a vécu avec eux Béatrice a dû euh vous le dire on a vécu avec eux hein mes parents sont restés avec euh, avec mes grands-parents oui (sa fille babille).
2366481ajn1LacauneJN : Euh, mmh, non, j'en/ j'en ai pas le souvenir moi, non (sa fille babille).
2366581ajn1LacauneE3 : Et est-ce que ça vous arrive, de lire euh, quelque chose en occitan ? .
2366681ajn1LacauneE3 : À cause du vocabulaire ?
2366781ajn1LacauneJN : Oui, oui, prononciation aussi parce je, j'ai jamais fait de cours, j'ai jamais eu de cours de, de, d'occitan quoi, je (sa fille babille).
2366881ajn1LacauneJN : Peut-être quelques heures mais euh jamais de, de cours sérieux quoi.
2366981ajn1LacauneE3 : Qu'est-ce que vous pensez maintenant euh de l'enseignement occitan ?
2367081ajn1LacauneJN : Ouais il a, tout à fait, tout à fait mais, euh, tout à fait, j/ je peux pas di/, je peux pas dire que ce soit.
2367181ajn1LacauneJN : Euh, notre pays euh enfin notre pays, notre euh n'est pas une identité en soi comme la Bretagne, comme le Pays Basque, comme la Corse, on n'est pas une identité.
2367281ajn1LacauneJN : On a du mal à se dire occitan, le, les gens, les gens de mon âge ou les gens de, de, de, de ma région ont donc eu, ont beaucoup de mal à se dire occitan, on n'a pas d'identité occitane.
2367381ajn1LacauneE3 : Vous savez pourquoi peut-être ?
2367481ajn1LacauneJN : Oh parce que c'est vaste déjà, c'est très vaste euh.
2367581ajn1LacauneJN : Euh, mon père m'a toujours dit que avec, il comprenait le provençal, donc de Nice jusqu'à, jusqu'à Pau on peut parler le, on peut parler, on parlait autrefois la même langue.
2367681ajn1LacauneJN : Bon alors euh est-ce que euh, politiquement euh, géo-politiquement euh, historiquement, le fait de parler la même langue à l'époque n'a, n'a rien amené au niveau de, à mon avis hein, n'a rien apporté au niveau de, de recentrage culturel quoi, on parle que la même langue.
2367781ajn1LacauneJN : Mais on avait des vies vraiment différentes, de Pau à Nice, toujours pareil, euh jusqu'à Clermont-Ferrand (sa fille babille).
2367881ajn1LacauneJN : Et ça c'est, c'est mon avis personnel, mais c'est pas euh.
2367981ajn1LacauneJN : Donc, donc, à partir de là euh, je, je comprends, je comprends qu'on n'est pas, que/ qu'on ne se sente pas tellement proche de, de cette langue.
2368081ajn1LacauneJN : Euh, elle ne mourra pas parce qu'il y a quelques irréductibles.
2368181ajn1LacauneJN : N'est-ce pas ? (on rit). Mais euh (pause).
2368281ajn1LacauneE2 : Mais quand même il y a, euh, on se sentait différent euh, par rapport au nord (XXX).
4266881ajn1Lacaune Le Premier Ministre ira-t-il à Beaulieu ?
4266981ajn1Lacaune Le village de Beaulieu est en grand émoi.
4267081ajn1Lacaune Le Premier Ministre a en effet décidé de faire étape dans cette commune, au cours de sa tournée de la région en fin d'année.
4267181ajn1Lacaune Jusqu'ici les seuls titres de gloire de Beaulieu étaient son vin blanc sec, ses chemises en soie, un champion local de course à pied, Louis Garret, quatrième aux jeux olympiques de Berlin en mille neuf cent trente six, et plus récemment son usine de pâtes italiennes.
4267281ajn1Lacaune Qu'est-ce qui a, qu'est-ce qui donc a valu à Beaulieu ce grand honneur ?
4267381ajn1Lacaune Le hasard tout bêtement car le Premier Ministre lassé des circuits habituels qui tournaient toujours auti/ autour des mêmes villes, veut découvrir ce qu'il appelle, la campagne profonde.
4267481ajn1Lacaune Le maire de Beaulieu, Marc Blanc, est en revanche très inquiet.
4267581ajn1Lacaune La cote du Premier Ministre ne cesse (rires) de baisser depuis les élections.
4267681ajn1Lacaune Comment en plus éviter les manifestations qui ont eu, tendance à se multiplier lors des visites, officielles ?
4267781ajn1Lacaune La côte escarpée du Mont Saint-Pierre qui mène au village connaît des barrages chaque fois que les opposants de tous les bords manifestent leur colère.
4267881ajn1Lacaune D'un autre côté, à chaque voyage du Premier Ministre, le gouvernement prend contact avec la préfecture la plus proche, et s'assure que (rires) tout est fait pour le protéger.
4267981ajn1Lacaune Or, un gros détachement de police (rires), comme on en a vu à Jonquière, et des vérifications d'identité, risquent de provoquer une explosion.
4268081ajn1Lacaune Oui elle dort, et pourquoi elle dort ? On dit pas par que, on dit ? Parce que.
4268181ajn1Lacaune Un jeune membre de l'opposition aurait déclaré.
4268281ajn1Lacaune 'Dans le coin on est jaloux de notre liberté.
4268381ajn1Lacaune S'il faut montrer patte blanche pour circuler, nous ne répondons pas de la réaction des gens du pays.
4268481ajn1Lacaune Nous avons le soutien du village entier'.
4268581ajn1Lacaune De plus, quelques articles parus dans La Dépêche du Centre l'Express, Ouest Liberté et Le Nouvel Obs/-ervateur, pardon, indiqueraient, que des activistes des communes voisines, préparent une journée chaude, au Premier Ministre.
4268681ajn1Lacaune Quelques fanatiques auraient même entamé un jeûne prolongé dans l'église de Saint Martinville.
4268781ajn1Lacaune Le sympathique maire de Beaulieu ne sait plus à quel saint se vouer.
4590181ajn1LacauneE1 : Vos loisirs, vos activités culturelles c'est quoi ?
4590281ajn1LacauneJN : Bon alors mes loisirs c'est euh, j'aime bien le sport, malgré tout.
4590381ajn1LacauneJN : Euh, malgré tout parce que je n'arrête pas d'a/, d'avoir des problèmes musculaires mais enfin ça.
4590481ajn1LacauneJN : Et euh (sa fille, IN, babille).
4590581ajn1LacauneJN : Je chasse un petit peu (sa fille babille).
4590681ajn1LacauneJN : Euh les voyages.
4590781ajn1LacauneE1 : En France surtout ou ?
4590881ajn1LacauneJN : Non, non, non.
4590981ajn1LacauneJN : Peu partout.
4591081ajn1LacauneJN : Euh.
4591181ajn1LacauneJN : Voilà c'est déjà bien, c'est déjà bien, et en, en culturel je, je lis beaucoup.
4591281ajn1LacauneJN : Je euh.
4591381ajn1LacauneJN : Je surfe sur le web (rires).
4591481ajn1LacauneJN : Euh, la télé les/ enfin beaucoup euh, non, il y a pas de colle ici, il y a pas de colle ici.
4591581ajn1LacauneJN : Beaucoup de euh, beaucoup d'infos, voilà, beaucoup d'infos, voilà.
4591681ajn1LacauneE1 : Bon d'accord.
4591781ajn1LacauneJN : Ouais évidemment euh, ma famille.
4591881ajn1LacauneJN : Hein, c'est un loisir comme un autre n'est-ce pas ?
4591981ajn1LacauneJN : (bruits) (chuchote) bouges pas, bouges pas. Qu'est-ce que tu me ressembles toi, oh là-là, là-là.
4592081ajn1LacauneE1 : Alors on a encore besoin d'une signature là, qui dit que vous êtes d'accord avec ce qu'on a fait avec vous là (rires).
4592181ajn1LacauneJN : On a fait quelque chose ?
4592281ajn1LacauneE1 : (rires) Non. Et oui, c'est ça.
4592381ajn1LacauneJN : (signe) Et voilà, mais c'est avec plaisir, il vous en manque, il vous en manque des.
4592481ajn1LacauneE3 : Deux, deux encore, oui .
4592581ajn1LacauneJN : Mais vous les connaissez quoi les gens qui vous allez enregistrer ?
4592681ajn1LacauneE2 : Bon on va demander on va aller à la maison de retraite pour euh, parce qu'on a, fait la connaissance de, de quelques employés là et euh, et on y, on pensait, y passer maintenant pour voir.
4592781ajn1LacauneJN : Alors vous, vous, vous pouvez m'expliquer en deux mots exactement ce que.
4592881ajn1LacauneE2 : C'est un, un grand projet qui est géré par des collègues de l'université de Toulouse pour euh, euh pour avoir euh, pour capter la variation dans les euh, les accents euh français.
4592981ajn1LacauneE2 : Dans les, des différentes régions.
4593081ajn1LacauneE2 : Pas seulement de France mais dans toute la francophonie.
4593181ajn1LacauneE1 : Au Canada.
4593281ajn1LacauneE2 : Tous, tout, tous ces gens-là lisent les mêmes euh, la même liste de mots et le même texte et on a une euh, une petite conversation euh, euh guidée quelques questions quoi comme euh.
4593381ajn1LacauneE2 : Et nous on a pensé donc de prendre, de prendre les, les questions-là sur euh, sur l'occitan.
4593481ajn1LacauneE2 : Parce que ça c'était mon enquête de, de l'époque-là (rires) et euh.
4593581ajn1LacauneE2 : Et un peu de conversation libre euh, et pour euh, pour voir un peu comment les gens parlent hein, les, les, la euh, la variation du français qu'il y a .
4593681ajn1LacauneE2 : Et ça c'est un, un, un immense projet et nous on a, on a promis de, de euh d'apporter euh, voilà.
4593781ajn1LacauneE2 : Voilà, douze, douze entrevues de cette façon à, à Lacaune.
4593881ajn1LacauneJN : Et oui d'accord. Bon et le, et le but de cette méga enquête c'est quoi ?
4593981ajn1LacauneE2 : Pour avoir euh, euh pour capter le euh, la variation du français hein.
4594081ajn1LacauneE2 : Pour mon/, montrer un peu que le euh, que le français n'est pas une langue, homogène mais qu'il y a beaucoup de variation que.
4594181ajn1LacauneE2 : Qu'on n'a pas la même prononciation partout hein et que euh.

PFC: Base de données sur le français oral contemporain dans l’espace francophone

Base de données sur le français oral contemporain dans l’espace francophone Le projet international PFC (Phonologie du Français Contemporain), codirigé par Marie-Hélène Côté (Université Laval), Jacques Durand (ERSS, Université de Toulouse-Le Mirail), Bernard Laks (MoDyCo, Université de Paris Ouest) et Chantal Lyche (Universités d'Oslo et de Tromsø), s’adresse à un triple public, susceptible de s’intéresser au français oral dans ses usages attestés et dans sa variation au sein de l’espace francophone : chercheurs, enseignants/apprenants de français et grand public.

Il offre une base de données qui, à terme, constituera la plus grosse base de données orales portant sur le français et l'une des plus grosses bases toutes langues confondues. Cette base peut être utilisée dans le cadre de la recherche (phonétique, phonologie, syntaxe, pragmatique, sociolinguistique, analyse conversationnelle, etc.), de l’enseignement / apprentissage du français (langue étrangère, maternelle ou seconde) et de la diffusion des savoirs (conservation du patrimoine linguistique francophone et présentation générale du français oral contemporain pour les non-spécialistes).

Il se pose comme projet-pilote, suivi par un projet similaire pour l’anglais, Phonologie de l’Anglais Contemporain (PAC), codirigé par Philip Carr (Université de Montpellier III) et Jacques Durand.

AVERTISSEMENT: Les données présentées sur ce site sont issues du projet PFC et restent la propriété exclusive des auteurs représentés par les directeurs du projet . Elles peuvent être reprises et utilisées dans le cadre de travaux scientifiques à visée strictement non commerciale. Toute utilisation des données PFC dans une publication doit obligatoirement faire référence au projet et à son site : http://www.projet-pfc.net et s'accompagner de la citation des deux publications suivantes:

Durand, Jacques, Bernard Laks & Chantal Lyche (2002). La phonologie du français contemporain: usages, variétés et structure. In: C. Pusch & W. Raible (eds.) Romanistische Korpuslinguistik- Korpora und gesprochene Sprache/Romance Corpus Linguistics - Corpora and Spoken Language. Tübingen: Gunter Narr Verlag, pp. 93-106.

Durand, Jacques, Bernard Laks & Chantal Lyche (2009).Le projet PFC: une source de données primaires structurées. In J. Durand, B. Laks et C. Lyche (eds)(2009) Phonologie, variation et accents du français. Paris: Hermès. pp. 19-61. Développement: Atanas Tchobanov Ingénieur de recherche CNRS

PFC Phonology of Contemporary French Corpus

Base de données sur le français oral contemporain dans l’espace francophone Le projet international PFC (Phonologie du Français Contemporain), codirigé par Marie-Hélène Côté (Université Laval), Jacques Durand (ERSS, Université de Toulouse-Le Mirail), Bernard Laks (MoDyCo, Université de Paris Ouest) et Chantal Lyche (Universités d'Oslo et de Tromsø), s’adresse à un triple public, susceptible de s’intéresser au français oral dans ses usages attestés et dans sa variation au sein de l’espace francophone : chercheurs, enseignants/apprenants de français et grand public.

Il offre une base de données qui, à terme, constituera la plus grosse base de données orales portant sur le français et l'une des plus grosses bases toutes langues confondues. Cette base peut être utilisée dans le cadre de la recherche (phonétique, phonologie, syntaxe, pragmatique, sociolinguistique, analyse conversationnelle, etc.), de l’enseignement / apprentissage du français (langue étrangère, maternelle ou seconde) et de la diffusion des savoirs (conservation du patrimoine linguistique francophone et présentation générale du français oral contemporain pour les non-spécialistes).

Il se pose comme projet-pilote, suivi par un projet similaire pour l’anglais, Phonologie de l’Anglais Contemporain (PAC), codirigé par Philip Carr (Université de Montpellier III) et Jacques Durand.

AVERTISSEMENT: Les données présentées sur ce site sont issues du projet PFC et restent la propriété exclusive des auteurs représentés par les directeurs du projet . Elles peuvent être reprises et utilisées dans le cadre de travaux scientifiques à visée strictement non commerciale. Toute utilisation des données PFC dans une publication doit obligatoirement faire référence au projet et à son site : http://www.projet-pfc.net et s'accompagner de la citation des deux publications suivantes:

Durand, Jacques, Bernard Laks & Chantal Lyche (2002). La phonologie du français contemporain: usages, variétés et structure. In: C. Pusch & W. Raible (eds.) Romanistische Korpuslinguistik- Korpora und gesprochene Sprache/Romance Corpus Linguistics - Corpora and Spoken Language. Tübingen: Gunter Narr Verlag, pp. 93-106.

Durand, Jacques, Bernard Laks & Chantal Lyche (2009).Le projet PFC: une source de données primaires structurées. In J. Durand, B. Laks et C. Lyche (eds)(2009) Phonologie, variation et accents du français. Paris: Hermès. pp. 19-61. Développement: Atanas Tchobanov Ingénieur de recherche CNRS