Recherche dans la base PFC - Transcriptions
PFC database transcription search

[Enquêtes] [Transcriptions] [Liaisons] [Schwas]


Début First Aide Help

La recherche pour @locuteur bfato1 a trouvé 279 réponses

Exporter toutes les réponses au format CSV
Info Locuteur Enquête TranscriptionEcoute
25903bfato1Burkina FasoBFANN1L: Bon, j'ai un cas ,
25904bfato1Burkina FasoBFANN1L: que je voudrais te raconter .
25905bfato1Burkina FasoBFANN1L: de ce que j'ai entendu à (inaudible)
25906bfato1Burkina FasoBFANN1L: Il y a un jeune,
25907bfato1Burkina FasoBFANN1L: qui, qui a fait, il a eu son Bac. Son papa l'a poussé jusqu'à il a eu son Bac.
25908bfato1Burkina FasoBFANN1L: Quand il a eu le bac, il a eu une bourse pour la, pour la Russie .
25909bfato1Burkina FasoBFANN1L: Son papa lui a dit 'mon fils, c'est trop loin'.
25910bfato1Burkina FasoBFATO1L: Pour aller en? OK.
25911bfato1Burkina FasoBFANN1L: C'est trop loin. Tu ne peux pas aller là-bas.
25912bfato1Burkina FasoBFANN1L: Reste ici, on va faire avec ce qu'on peut.
25913bfato1Burkina FasoBFANN1L: Et (x) le jeune est resté ici.
25914bfato1Burkina FasoBFANN1L: Entre temps, le vieux, qui était bien ,
25915bfato1Burkina FasoBFANN1L: bon, a commencé à se f/, à faiblir du point de vue, finances,
25916bfato1Burkina FasoBFANN1L: Et en fin de compte, malheur/, malheureusement, il est décédé.
25917bfato1Burkina FasoBFATO1L: Le, le jeune? Le vieux même est décédé? Son papa là? Oui, OK
25918bfato1Burkina FasoBFANN1L: Donc, maintenant, qu'est-ce qui s'est passé?
25919bfato1Burkina FasoBFANN1L: Le jeune, il a fait au moins sept ans,
25920bfato1Burkina FasoBFANN1L: dans la famille comme ça, sans rien faire.
25921bfato1Burkina FasoBFANN1L: Donc, ça veut dire qu'en fin de compte il ne pouvait même plus rien faire.
25922bfato1Burkina FasoBFANN1L: Il a été, il a eu, il a eu une proposition d'un voisin ,
25923bfato1Burkina FasoBFANN1L: pour la Sofitex .
25924bfato1Burkina FasoBFANN1L: Donc euh, il y a un mécanicien là qui est parti voir à la Sofitex.
25925bfato1Burkina FasoBFANN1L: euh, commencer à être, euh, à détacher des ballots là .
25926bfato1Burkina FasoBFANN1L: euh, commencer à être euh, à détacher des ballots là .
25927bfato1Burkina FasoBFANN1L: Que à un certain moment donné,
25928bfato1Burkina FasoBFANN1L: on va faire des affaires pour qu'il commence à avoir un bureau, et ainsi de suite jusqu'à ce qu'on va l'employer officiellement .
25929bfato1Burkina FasoBFANN1L: Mais, comme il n'a pas appris, à faire souffrir son corps,
25930bfato1Burkina FasoBFANN1L: Il est parti. D'abord, il a d'abord dit que lui il ne peut pas quitter Sakasoussira ,
25931bfato1Burkina FasoBFANN1L: à pied pour aller à, à la Sofitex , que c'est trop loin
25932bfato1Burkina FasoBFANN1L: Donc, le (xx) mécanicien avait eu (xxx)
25933bfato1Burkina FasoBFANN1L: Il a dit 'si c'est comme ça, c'est pas difficile, tu viens, le matin, tu me déposes au garage,
25934bfato1Burkina FasoBFANN1L: et tu continues avec ma moto. Le soir, tu reviens.
25935bfato1Burkina FasoBFANN1L: Il y a pas de problème.
25936bfato1Burkina FasoBFANN1L: Il dit 'Bon, ah, comme ça, peut-être ça va aller'.
25937bfato1Burkina FasoBFANN1L: Il est parti le premier jour .
25938bfato1Burkina FasoBFANN1L: Ah, quand il a descendu le ballot là, ah mon gars, oh, oh.
25939bfato1Burkina FasoBFANN1L: Ca c'est, c'est
25940bfato1Burkina Faso(rires) (inaudible)
25941bfato1Burkina FasoBFATO1L: Bon, tu vois le problème de Bobo là, je vous coupe pas la parole hein
25942bfato1Burkina FasoBFATO1L: Supposons, si les entrepreneurs quittent à Ouaga ici
25943bfato1Burkina FasoBFATO1L: pour, pour un marché à Bobo . Arrivés là-bas, ils peuvent prendre les gens là-bas, les, les,
25944bfato1Burkina FasoBFATO1L: les Bobolais là-bas , à soixante-quinze francs l'heure.
25945bfato1Burkina FasoBFATO1L: Et les Ouagalais qui sont quittés avec des gens, des manoeuvres pour Ouaga là ici .
25946bfato1Burkina FasoBFATO1L: on les paye à , euh, cent-cinquante francs l'heure.
25947bfato1Burkina FasoBFATO1L: Là, j'ai mon petit frère même a fait à Bobo, que j'ai vu ça
25948bfato1Burkina FasoBFATO1L: Mais pourquoi ça? Non mais, si c'est, c'est pour,
25949bfato1Burkina FasoBFATO1L: pour que ces gars là refusent de faire le travail.
25950bfato1Burkina FasoBFATO1L: Là on va dire qu'ils n'aiment pas travailler. Parce que leur nom est gâté depuis ici.
25951bfato1Burkina FasoBFATO1L: Et toutes les sociétés à Bobo sont privatisées,
25952bfato1Burkina FasoBFATO1L: et quand on veut prendre quelqu'un dans une société là-bas,
25953bfato1Burkina FasoBFATO1L: la décision quitte ici, on prend les gens ici, on les amène là-bas (claquement de mains).
25954bfato1Burkina FasoBFATO1L: Nous sommes tous au courant à Bobo.
25955bfato1Burkina FasoBFATO1L: C'est pas les gens n'aiment pas travailler. Mais il n'y a pas de travail, qu'est-ce qu'ils vont faire? (claquement de mains).
25956bfato1Burkina FasoBFANN1L: C'est une réalité mais, est-ce qu'il y a pas de solution?
25957bfato1Burkina FasoBFATO1L: Quand on vous dit que les Bobolais n'aiment pas travailler c'est Bobo qui ravitaille le, le Ouagadougou en n/,
25958bfato1Burkina FasoBFATO1L: en céréales là, en tout là . Mais,
25959bfato1Burkina FasoBFATO1L: qu'est-ce qui travaille là-bas pour, pour, pour ça? Je suis pas d'accord avec vous.
25960bfato1Burkina Faso(rires)
25961bfato1Burkina FasoE1: Je vous coupe la parole, je vais faire une vérification.
25962bfato1Burkina Faso(rires)
25963bfato1Burkina Faso(interruption) BFANN1L: OK.
25964bfato1Burkina FasoBFATO1L: Euh si on vous dit que je suis pas d'accord, quand on vous dit que les Bobolais ne travaillent pas, ils n'aiment pas travailler, c'est pas ça.
25965bfato1Burkina FasoBFATO1L: C'est que il y a pas le travail même.
25966bfato1Burkina FasoBFATO1L: Il y a rien même, il y a pas d'activité.
25967bfato1Burkina FasoBFATO1L: dans , dans, dans, vers l'Ouest là, il y a même pas d'activité, si c'est pas, semer seulement.
25968bfato1Burkina FasoBFATO1L: Mais, mais, c'est eux qui ravitaillent tout Ouaga en t/, chose,
25969bfato1Burkina FasoBFATO1L: en céréales, en m/, chose, en fruit, tout.
25970bfato1Burkina FasoBFATO1L: Oui, mais, ils n'aiment pas travailler, mais qui part faire ce travail là pour eux?
25971bfato1Burkina FasoBFATO1L: Vous nous mettez en cause même encore, là je suis pas d'accord. (rires) (bruits)
25972bfato1Burkina FasoBFANN1L: Ca, c'est une réalité, c'est une réalité incontestable . Mais,
25973bfato1Burkina FasoBFANN1L: Mais, mais, il y a une autre réalité parallèle à ça
25974bfato1Burkina FasoBFANN1L: qui est que effectivement, euh, il,
25975bfato1Burkina FasoBFANN1L: et elle, elle a été favoriés par la nature, la région de Bobo là.
25976bfato1Burkina FasoBFANN1L: Ils n'aiment pas tellement faire souffrir le corps.
25977bfato1Burkina FasoBFANN1L: C'est ça qui fait que, les entrepreneurs quittent ici avec les.
25978bfato1Burkina FasoBFANN1L: Un autre exemple que j'ai vécu là-bas. Vous savez, jusqu'en mille-neuf-cent-quatre-
25979bfato1Burkina FasoBFANN1L: Vous savez, jusqu'en mille-neuf-cent-quatre-vingt/, euh, dix-sept, hein, dix-sept, dix-huit comme ça,
25980bfato1Burkina FasoBFANN1L: Les petits marchands ambulants là n'existaient pas à Bobo
25981bfato1Burkina FasoBFATO1L: Les petits marchands? Hein.
25982bfato1Burkina FasoBFANN1L: circulent avec les trucs (xx) là, ça n'existait pas .
25983bfato1Burkina FasoBFANN1L: Vous savez comment c'est né à Bobo? Il y a un groupe de trois jeunes de Bilbalogo ,
25984bfato1Burkina FasoBFANN1L: qui sont partis louer une maison à Bobo.
25985bfato1Burkina FasoBFANN1L: Ils prennent les, les, les marchandises là, ils ont commencé à vendre.
25986bfato1Burkina FasoBFANN1L: Voyez hein, à la longue, à Bobo ils seront plus travailleurs qu'à Ouagadougou.
25987bfato1Burkina FasoBFANN1L: Et ça sera l'exemple justement des enfants qui s/, qui sont en train d'exporter ce, ce travail là à (inaudible)
25988bfato1Burkina FasoBFATO1L: J'ai, votre, leur activité n'est pas liée à, le fait d'avoir de l'argent?
25989bfato1Burkina FasoBFATO1L: (x) travaillé, c'est vrai, mais, est-ce/, qu'est-ce qu'ils ont fait de concret,
25990bfato1Burkina FasoBFATO1L: (claquement de mains) en vendant ce genre de choses là (claquement de mains)?
25991bfato1Burkina FasoBFANN1L: Euh, ils ont pu récupérer ce qu'ils.
25992bfato1Burkina FasoBFATO1L: Ils sont revenus à Ouaga ici ils ont fait quoi de spécial?
25993bfato1Burkina FasoBFANN1L: Mais c'est une activité.
25994bfato1Burkina FasoBFATO1L: On n'a pas besoin d'aller à l'école pour pouvoir connaître ce que tu dois faire dans ta vie pour réussir.
25995bfato1Burkina FasoBFATO1L: Il faut le savoir-vivre.
25996bfato1Burkina FasoBFATO1L: Et, savoir écrire, lire là c'est pas même chose.
25997bfato1Burkina FasoBFATH1L : (inaudible)
25998bfato1Burkina FasoBFATO1L: Oui. Il y a des analphabètes malins .
25999bfato1Burkina FasoBFATO1L: C'est que, si tu as eu de l'argrent,è
26000bfato1Burkina FasoBFATO1L: Tu n'es pas allé à l'école, tu es malin, regarde, le riche Gingaba là .
26001bfato1Burkina FasoBFATO1L: Il a, il est parti où? Kanazoé est parti où?
26002bfato1Burkina FasoBFATO1L: Il a fait quelle école (FANN1L: Hum.), mais, il, c'est le savoir-vivre.

PFC: Base de données sur le français oral contemporain dans l’espace francophone

Base de données sur le français oral contemporain dans l’espace francophone Le projet international PFC (Phonologie du Français Contemporain), codirigé par Marie-Hélène Côté (Université Laval), Jacques Durand (ERSS, Université de Toulouse-Le Mirail), Bernard Laks (MoDyCo, Université de Paris Ouest) et Chantal Lyche (Universités d'Oslo et de Tromsø), s’adresse à un triple public, susceptible de s’intéresser au français oral dans ses usages attestés et dans sa variation au sein de l’espace francophone : chercheurs, enseignants/apprenants de français et grand public.

Il offre une base de données qui, à terme, constituera la plus grosse base de données orales portant sur le français et l'une des plus grosses bases toutes langues confondues. Cette base peut être utilisée dans le cadre de la recherche (phonétique, phonologie, syntaxe, pragmatique, sociolinguistique, analyse conversationnelle, etc.), de l’enseignement / apprentissage du français (langue étrangère, maternelle ou seconde) et de la diffusion des savoirs (conservation du patrimoine linguistique francophone et présentation générale du français oral contemporain pour les non-spécialistes).

Il se pose comme projet-pilote, suivi par un projet similaire pour l’anglais, Phonologie de l’Anglais Contemporain (PAC), codirigé par Philip Carr (Université de Montpellier III) et Jacques Durand.

AVERTISSEMENT: Les données présentées sur ce site sont issues du projet PFC et restent la propriété exclusive des auteurs représentés par les directeurs du projet . Elles peuvent être reprises et utilisées dans le cadre de travaux scientifiques à visée strictement non commerciale. Toute utilisation des données PFC dans une publication doit obligatoirement faire référence au projet et à son site : http://www.projet-pfc.net et s'accompagner de la citation des deux publications suivantes:

Durand, Jacques, Bernard Laks & Chantal Lyche (2002). La phonologie du français contemporain: usages, variétés et structure. In: C. Pusch & W. Raible (eds.) Romanistische Korpuslinguistik- Korpora und gesprochene Sprache/Romance Corpus Linguistics - Corpora and Spoken Language. Tübingen: Gunter Narr Verlag, pp. 93-106.

Durand, Jacques, Bernard Laks & Chantal Lyche (2009).Le projet PFC: une source de données primaires structurées. In J. Durand, B. Laks et C. Lyche (eds)(2009) Phonologie, variation et accents du français. Paris: Hermès. pp. 19-61. Développement: Atanas Tchobanov Ingénieur de recherche CNRS

PFC Phonology of Contemporary French Corpus

Base de données sur le français oral contemporain dans l’espace francophone Le projet international PFC (Phonologie du Français Contemporain), codirigé par Marie-Hélène Côté (Université Laval), Jacques Durand (ERSS, Université de Toulouse-Le Mirail), Bernard Laks (MoDyCo, Université de Paris Ouest) et Chantal Lyche (Universités d'Oslo et de Tromsø), s’adresse à un triple public, susceptible de s’intéresser au français oral dans ses usages attestés et dans sa variation au sein de l’espace francophone : chercheurs, enseignants/apprenants de français et grand public.

Il offre une base de données qui, à terme, constituera la plus grosse base de données orales portant sur le français et l'une des plus grosses bases toutes langues confondues. Cette base peut être utilisée dans le cadre de la recherche (phonétique, phonologie, syntaxe, pragmatique, sociolinguistique, analyse conversationnelle, etc.), de l’enseignement / apprentissage du français (langue étrangère, maternelle ou seconde) et de la diffusion des savoirs (conservation du patrimoine linguistique francophone et présentation générale du français oral contemporain pour les non-spécialistes).

Il se pose comme projet-pilote, suivi par un projet similaire pour l’anglais, Phonologie de l’Anglais Contemporain (PAC), codirigé par Philip Carr (Université de Montpellier III) et Jacques Durand.

AVERTISSEMENT: Les données présentées sur ce site sont issues du projet PFC et restent la propriété exclusive des auteurs représentés par les directeurs du projet . Elles peuvent être reprises et utilisées dans le cadre de travaux scientifiques à visée strictement non commerciale. Toute utilisation des données PFC dans une publication doit obligatoirement faire référence au projet et à son site : http://www.projet-pfc.net et s'accompagner de la citation des deux publications suivantes:

Durand, Jacques, Bernard Laks & Chantal Lyche (2002). La phonologie du français contemporain: usages, variétés et structure. In: C. Pusch & W. Raible (eds.) Romanistische Korpuslinguistik- Korpora und gesprochene Sprache/Romance Corpus Linguistics - Corpora and Spoken Language. Tübingen: Gunter Narr Verlag, pp. 93-106.

Durand, Jacques, Bernard Laks & Chantal Lyche (2009).Le projet PFC: une source de données primaires structurées. In J. Durand, B. Laks et C. Lyche (eds)(2009) Phonologie, variation et accents du français. Paris: Hermès. pp. 19-61. Développement: Atanas Tchobanov Ingénieur de recherche CNRS