Recherche dans la base PFC - Transcriptions
PFC database transcription search

[Enquêtes] [Transcriptions] [Liaisons] [Schwas]


Début First Aide Help

La recherche pour @locuteur ciasf1 a trouvé 299 réponses

Exporter toutes les réponses au format CSV
Info Locuteur Enquête TranscriptionEcoute
12809ciasf1AbidjanCIASF1: Bon, donc, l'école primaire à Nlieu,
12810ciasf1AbidjanCIASF1: le secondaire au lycée de Nlieu,
12811ciasf1AbidjanCIASF1: le supérieur, deux ans à l'université d'Abidjan,
12812ciasf1AbidjanCIASF1: un an à l'université de Dakar,
12813ciasf1AbidjanCIASF1: quatre ans à l'université de Nantes,
12814ciasf1AbidjanCIASF1: un an à Rennes,
12815ciasf1AbidjanCIASF1: et les autres années à Paris.
12817ciasf1AbidjanCIASF1: (toux) Disons, je parle ma langue maternelle, qui est le toura.
12818ciasf1AbidjanCIASF1: Le toura, c'est un sous-groupe dan. Bon, je parle le français.
12819ciasf1AbidjanCIASF1: Bon, je lis couramment l'anglais, mais, je ne le parle pas.
12820ciasf1AbidjanCIASF1: Et puis j'ai, et puis j'ai fait l'espagnol.
12822ciasf1AbidjanCIASF1: Mon père il est né en mille neuf cent cinq.
12824ciasf1AbidjanCIASF1: (bruits de fond) Son lieu d'origine ? Nlieu. Son village ? Il est de Nlieu comme moi. Ouais.
12826ciasf1AbidjanCIASF1: Ben il est, agriculteur.
12828ciasf1AbidjanCIASF1: Ouais, jusqu'au niveau de C/ C/ CE1 hein, dans les années, dans les années vingt.
12830ciasf1AbidjanCIASF1: Ben, il parle le, le toura, comme moi, et puis le français.
12832ciasf1AbidjanCIASF1: Bon, ma mère est décédée en mille neuf cent/, mille neuf cent soixante, donc, euh.
12833ciasf1AbidjanE2: Son année de naissance, vous ne l'avez pas eue ?
12835ciasf1AbidjanCIASF1 : Elle est de Nlieu à, quatre kilomètres de Nlieu.
12837ciasf1AbidjanCIASF1: Euh, Son/elle était, au foyer.
12839ciasf1AbidjanCIASF1: Non.
12841ciasf1AbidjanCIASF1: Ben, c'est le toura.
12843ciasf1AbidjanE2: Votre épouse, euh, son lieu d'origine ?
12844ciasf1AbidjanCIASF1: Bon, ma nouvelle épouse, hein, parce que j'ai eu, elle est, elle est de, chose, de Nlieu, Bingerville.
12846ciasf1AbidjanCIASF1: Elle est directrice de, l'enseignement préscolaire.
12848ciasf1AbidjanCIASF1: Bon, elle a, le secondaire hein, elle a fait le secondaire, à Abidjan.
12849ciasf1AbidjanE2: (inaudible) L'enseignement secondaire à Abidjan.
12851ciasf1AbidjanCIASF1: Le français, et l'ébrié.
12854ciasf1AbidjanE2: qui ont eu à jouer les censeurs, qui vous ont aidé à, vous améliorer dans la langue française. Quel/ qui, quelle est cette personne là?
12855ciasf1AbidjanCIASF1: C'est à l'école primaire, hein, j'ai pas.
12857ciasf1AbidjanCIASF1: Instituteurs, ouais. Là je n'ai plus leurs d/, leurs noms, hein, parce que ça fait.
12859ciasf1AbidjanCIASF1: Disons que ça, ça a été vraiment difficile, hein, parce que, on était dans un milieu, où les gens parlaient pas français.
12860ciasf1AbidjanCIASF1: Donc, euh, les premiers pas ça a été difficile, on comprenait rien.
12861ciasf1AbidjanCIASF1: Je parlais pas dioula, je parlais que le toura.
12862ciasf1AbidjanCIASF1: Donc, euh, (???) comme ça, bon, c'est parti. On a commencé à parler un peu, un peu.
12864ciasf1AbidjanE2: Parce que dans certains milieux, c'était le port du symbole. Quand on parle sa langue à l'école on vous fais/ mettez au cou
12865ciasf1AbidjanCIASF1: On n'a pas, on n'a pas connu ça.
12866ciasf1AbidjanE2: Euh, votre type de logement, maintenant. Vous habitez dans un appartement?
12867ciasf1AbidjanE2: Un appartement. OK. Euh, votre relation avec votre voisinage, comment ça se manifeste.
12869ciasf1AbidjanCIASF1: Euh, pff, non non. Moi je, je suis du genre de personne qui aime la vie tranquille. Ah, ouais.
12870ciasf1AbidjanCIASF1: A part mes voisins immédiats, le reste là, je m'en, je m'en occupe pas.
12872ciasf1AbidjanCIASF1: Ben, écoutez les relations de bon voisinage. Mes voisins immédiats, je dis bien. Ouais, ouais. Pas les relations de quartier.
12874ciasf1AbidjanCIASF1: Non, on se fréquente. Ouais ouais.
12876ciasf1AbidjanCIASF1: J'aime beaucoup, j'aime beaucoup, euh, pff, j'aime beaucoup le cinéma.
12877ciasf1AbidjanCIASF1: Bon, j'aime les, la musique.
12878ciasf1AbidjanCIASF1: Et puis j'aime la culture. Puisque moi-même j'ai, j'ai fondé une revue (hésitation) pff, médicale.
12879ciasf1AbidjanCIASF1: Mais, (hésitation, soupir) (bruit) de chroniques hospitalières. Donc je m'occupe , je m'occupe de ça. Ca m'occupe beaucoup.
12880ciasf1AbidjanCIASF1: Je lis beaucoup, bon. Voilà.
12882ciasf1AbidjanCIASF1: Ben, écoutez, au début quand je suis arrivé, je retournais beaucoup, souvent en France, en Belgique et tout ça.
12883ciasf1AbidjanCIASF1: Mais maintenant, je sors pas trop non plus, quoi.
37147ciasf1AbidjanCIASF1: Bon, donc, l'école primaire à Nlieu,
37148ciasf1AbidjanCIASF1: le secondaire au lycée de Nlieu,
37149ciasf1AbidjanCIASF1: le supérieur, deux ans à l'université d'Abidjan,
37150ciasf1AbidjanCIASF1: un an à l'université de Dakar,
37151ciasf1AbidjanCIASF1: quatre ans à l'université de Nantes,
37152ciasf1AbidjanCIASF1: un an à Rennes,
37153ciasf1AbidjanCIASF1: et les autres années à Paris.
37155ciasf1AbidjanCIASF1: (toux) Disons, je parle ma langue maternelle, qui est le toura.
37156ciasf1AbidjanCIASF1: Le toura, c'est un sous-groupe dan. Bon, je parle le français.
37157ciasf1AbidjanCIASF1: Bon, je lis couramment l'anglais, mais, je ne le parle pas.
37158ciasf1AbidjanCIASF1: Et puis j'ai, et puis j'ai fait l'espagnol.
37160ciasf1AbidjanCIASF1: Mon père il est né en mille neuf cent cinq.
37162ciasf1AbidjanCIASF1: (bruits de fond) Son lieu d'origine ? Nlieu. Son village ? Il est de Nlieu comme moi. Ouais.
37164ciasf1AbidjanCIASF1: Ben il est, agriculteur.
37166ciasf1AbidjanCIASF1: Ouais, jusqu'au niveau de C/ C/ CE1 hein, dans les années, dans les années vingt.
37168ciasf1AbidjanCIASF1: Ben, il parle le, le toura, comme moi, et puis le français.
37170ciasf1AbidjanCIASF1: Bon, ma mère est décédée en mille neuf cent/, mille neuf cent soixante, donc, euh.
37171ciasf1AbidjanE2: Son année de naissance, vous ne l'avez pas eue ?
37173ciasf1AbidjanCIASF1 : Elle est de Nlieu à, quatre kilomètres de Nlieu.
37175ciasf1AbidjanCIASF1: Euh, Son/elle était, au foyer.
37177ciasf1AbidjanCIASF1: Non.
37179ciasf1AbidjanCIASF1: Ben, c'est le toura.
37181ciasf1AbidjanE2: Votre épouse, euh, son lieu d'origine ?
37182ciasf1AbidjanCIASF1: Bon, ma nouvelle épouse, hein, parce que j'ai eu, elle est, elle est de, chose, de Nlieu, Bingerville.
37184ciasf1AbidjanCIASF1: Elle est directrice de, l'enseignement préscolaire.
37186ciasf1AbidjanCIASF1: Bon, elle a, le secondaire hein, elle a fait le secondaire, à Abidjan.
37187ciasf1AbidjanE2: (inaudible) L'enseignement secondaire à Abidjan.
37189ciasf1AbidjanCIASF1: Le français, et l'ébrié.
37192ciasf1AbidjanE2: qui ont eu à jouer les censeurs, qui vous ont aidé à, vous améliorer dans la langue française. Quel/ qui, quelle est cette personne là?
37193ciasf1AbidjanCIASF1: C'est à l'école primaire, hein, j'ai pas.
37195ciasf1AbidjanCIASF1: Instituteurs, ouais. Là je n'ai plus leurs d/, leurs noms, hein, parce que ça fait.
37197ciasf1AbidjanCIASF1: Disons que ça, ça a été vraiment difficile, hein, parce que, on était dans un milieu, où les gens parlaient pas français.
37198ciasf1AbidjanCIASF1: Donc, euh, les premiers pas ça a été difficile, on comprenait rien.
37199ciasf1AbidjanCIASF1: Je parlais pas dioula, je parlais que le toura.
37200ciasf1AbidjanCIASF1: Donc, euh, (???) comme ça, bon, c'est parti. On a commencé à parler un peu, un peu.
37202ciasf1AbidjanE2: Parce que dans certains milieux, c'était le port du symbole. Quand on parle sa langue à l'école on vous fais/ mettez au cou
37203ciasf1AbidjanCIASF1: On n'a pas, on n'a pas connu ça.
37204ciasf1AbidjanE2: Euh, votre type de logement, maintenant. Vous habitez dans un appartement?
37205ciasf1AbidjanE2: Un appartement. OK. Euh, votre relation avec votre voisinage, comment ça se manifeste.
37207ciasf1AbidjanCIASF1: Euh, pff, non non. Moi je, je suis du genre de personne qui aime la vie tranquille. Ah, ouais.
37208ciasf1AbidjanCIASF1: A part mes voisins immédiats, le reste là, je m'en, je m'en occupe pas.
37210ciasf1AbidjanCIASF1: Ben, écoutez les relations de bon voisinage. Mes voisins immédiats, je dis bien. Ouais, ouais. Pas les relations de quartier.
37212ciasf1AbidjanCIASF1: Non, on se fréquente. Ouais ouais.
37214ciasf1AbidjanCIASF1: J'aime beaucoup, j'aime beaucoup, euh, pff, j'aime beaucoup le cinéma.
37215ciasf1AbidjanCIASF1: Bon, j'aime les, la musique.
37216ciasf1AbidjanCIASF1: Et puis j'aime la culture. Puisque moi-même j'ai, j'ai fondé une revue (hésitation) pff, médicale.
37217ciasf1AbidjanCIASF1: Mais, (hésitation, soupir) (bruit) de chroniques hospitalières. Donc je m'occupe , je m'occupe de ça. Ca m'occupe beaucoup.
37218ciasf1AbidjanCIASF1: Je lis beaucoup, bon. Voilà.
37220ciasf1AbidjanCIASF1: Ben, écoutez, au début quand je suis arrivé, je retournais beaucoup, souvent en France, en Belgique et tout ça.
37221ciasf1AbidjanCIASF1: Mais maintenant, je sors pas trop non plus, quoi.

PFC: Base de données sur le français oral contemporain dans l’espace francophone

Base de données sur le français oral contemporain dans l’espace francophone Le projet international PFC (Phonologie du Français Contemporain), codirigé par Marie-Hélène Côté (Université Laval), Jacques Durand (ERSS, Université de Toulouse-Le Mirail), Bernard Laks (MoDyCo, Université de Paris Ouest) et Chantal Lyche (Universités d'Oslo et de Tromsø), s’adresse à un triple public, susceptible de s’intéresser au français oral dans ses usages attestés et dans sa variation au sein de l’espace francophone : chercheurs, enseignants/apprenants de français et grand public.

Il offre une base de données qui, à terme, constituera la plus grosse base de données orales portant sur le français et l'une des plus grosses bases toutes langues confondues. Cette base peut être utilisée dans le cadre de la recherche (phonétique, phonologie, syntaxe, pragmatique, sociolinguistique, analyse conversationnelle, etc.), de l’enseignement / apprentissage du français (langue étrangère, maternelle ou seconde) et de la diffusion des savoirs (conservation du patrimoine linguistique francophone et présentation générale du français oral contemporain pour les non-spécialistes).

Il se pose comme projet-pilote, suivi par un projet similaire pour l’anglais, Phonologie de l’Anglais Contemporain (PAC), codirigé par Philip Carr (Université de Montpellier III) et Jacques Durand.

AVERTISSEMENT: Les données présentées sur ce site sont issues du projet PFC et restent la propriété exclusive des auteurs représentés par les directeurs du projet . Elles peuvent être reprises et utilisées dans le cadre de travaux scientifiques à visée strictement non commerciale. Toute utilisation des données PFC dans une publication doit obligatoirement faire référence au projet et à son site : http://www.projet-pfc.net et s'accompagner de la citation des deux publications suivantes:

Durand, Jacques, Bernard Laks & Chantal Lyche (2002). La phonologie du français contemporain: usages, variétés et structure. In: C. Pusch & W. Raible (eds.) Romanistische Korpuslinguistik- Korpora und gesprochene Sprache/Romance Corpus Linguistics - Corpora and Spoken Language. Tübingen: Gunter Narr Verlag, pp. 93-106.

Durand, Jacques, Bernard Laks & Chantal Lyche (2009).Le projet PFC: une source de données primaires structurées. In J. Durand, B. Laks et C. Lyche (eds)(2009) Phonologie, variation et accents du français. Paris: Hermès. pp. 19-61. Développement: Atanas Tchobanov Ingénieur de recherche CNRS

PFC Phonology of Contemporary French Corpus

Base de données sur le français oral contemporain dans l’espace francophone Le projet international PFC (Phonologie du Français Contemporain), codirigé par Marie-Hélène Côté (Université Laval), Jacques Durand (ERSS, Université de Toulouse-Le Mirail), Bernard Laks (MoDyCo, Université de Paris Ouest) et Chantal Lyche (Universités d'Oslo et de Tromsø), s’adresse à un triple public, susceptible de s’intéresser au français oral dans ses usages attestés et dans sa variation au sein de l’espace francophone : chercheurs, enseignants/apprenants de français et grand public.

Il offre une base de données qui, à terme, constituera la plus grosse base de données orales portant sur le français et l'une des plus grosses bases toutes langues confondues. Cette base peut être utilisée dans le cadre de la recherche (phonétique, phonologie, syntaxe, pragmatique, sociolinguistique, analyse conversationnelle, etc.), de l’enseignement / apprentissage du français (langue étrangère, maternelle ou seconde) et de la diffusion des savoirs (conservation du patrimoine linguistique francophone et présentation générale du français oral contemporain pour les non-spécialistes).

Il se pose comme projet-pilote, suivi par un projet similaire pour l’anglais, Phonologie de l’Anglais Contemporain (PAC), codirigé par Philip Carr (Université de Montpellier III) et Jacques Durand.

AVERTISSEMENT: Les données présentées sur ce site sont issues du projet PFC et restent la propriété exclusive des auteurs représentés par les directeurs du projet . Elles peuvent être reprises et utilisées dans le cadre de travaux scientifiques à visée strictement non commerciale. Toute utilisation des données PFC dans une publication doit obligatoirement faire référence au projet et à son site : http://www.projet-pfc.net et s'accompagner de la citation des deux publications suivantes:

Durand, Jacques, Bernard Laks & Chantal Lyche (2002). La phonologie du français contemporain: usages, variétés et structure. In: C. Pusch & W. Raible (eds.) Romanistische Korpuslinguistik- Korpora und gesprochene Sprache/Romance Corpus Linguistics - Corpora and Spoken Language. Tübingen: Gunter Narr Verlag, pp. 93-106.

Durand, Jacques, Bernard Laks & Chantal Lyche (2009).Le projet PFC: une source de données primaires structurées. In J. Durand, B. Laks et C. Lyche (eds)(2009) Phonologie, variation et accents du français. Paris: Hermès. pp. 19-61. Développement: Atanas Tchobanov Ingénieur de recherche CNRS