Recherche dans la base PFC - Transcriptions
PFC database transcription search

[Enquêtes] [Transcriptions] [Liaisons] [Schwas]


Début First Aide Help

La recherche pour @locuteur cqajs1 a trouvé 409 réponses

Exporter toutes les réponses au format CSV
Info Locuteur Enquête TranscriptionEcoute
4208cqajs1Université Laval (Québec)E: Et alors le passage vous a posé des problèmes, le passage à lire.
4209cqajs1Université Laval (Québec)JF: Non.
4210cqajs1Université Laval (Québec)E: D'où il est tiré, si vous aviez à dire euh.
4211cqajs1Université Laval (Québec)JF: Je crois que c'est français.
4212cqajs1Université Laval (Québec)JF: Parce que ça parle de commune.
4213cqajs1Université Laval (Québec)E: C'est le, le terme commune, le terme qui vous.
4214cqajs1Université Laval (Québec)JF: mais, je sais pas à quoi ça réfère, mais je connais le terme.
4215cqajs1Université Laval (Québec)JF: (Car) on parle des commues et tout mais, je sais pas du tout à quelle réalité ça réfère.
4216cqajs1Université Laval (Québec)E: D'accord. Donc ça c'est le mot qui vous le plus, semblé euh, français.
4217cqajs1Université Laval (Québec)JF: Ouais, euh, bon, Jonquière, ça me fait euh, penser à ici mais bon euh,
4218cqajs1Université Laval (Québec)JF: on a des noms de ville en commun,
4219cqajs1Université Laval (Québec)JF: donc euh, je me suis dit, que c'était, peut-être pas un indice.
4220cqajs1Université Laval (Québec)JF: Ensuite euh, le, la Dépêche du Centre, l'Express, Ouest Liberté, Le Nouvel Observateur,
4221cqajs1Université Laval (Québec)JF: il me semble, il me semble que je connais le titre Le Nouvel Observateur,
4222cqajs1Université Laval (Québec)JF: m-mais c'est français.
4223cqajs1Université Laval (Québec)JF: C'est français, est-ce que j'ai raison. Oui. (pause)
4224cqajs1Université Laval (Québec)JF: Parce que Beaulieu euh, ça aurait po/ça aurait pu être une ville ici euh.
4225cqajs1Université Laval (Québec)E: Enfin le texte vous a pas paru trop marqué quoi comme il est français effectivement mais il a.
4226cqajs1Université Laval (Québec)JF: Ah mais pas trop marqué non, non, non euh.
4227cqajs1Université Laval (Québec)E: du point de vue linguistique il y a pas trop de problèmes. Pour un lecteur, quelqu'un qui le lit.
4228cqajs1Université Laval (Québec)JF: Pas du tout.
4229cqajs1Université Laval (Québec)JF: Comme je dis il y a les s/, il y a surtout le mot commune qui peut me faire dire, qui peut me faire dire euh,
4230cqajs1Université Laval (Québec)JF: Ca parle d'une réalité française là mais euh.
4231cqajs1Université Laval (Québec)JF: C'est, mais c'est tout euh.
4232cqajs1Université Laval (Québec)E: D'accord.
4233cqajs1Université Laval (Québec)E: D'accord. Bon, et les, les listes de mots, pas trop de euh.
4234cqajs1Université Laval (Québec)JF: Non, c'est, c'est, c'est, c'était correct c'était ben bon comme je vous disais la seule difficulté c'est, il y a eu ici un hall là euh,
4235cqajs1Université Laval (Québec)JF: en fait je pense que vous avez raison on l'écrit avec un e, ou des fois on le met au pluriel.
4236cqajs1Université Laval (Québec)JF: Mais c'est un mot que j'ai,
4237cqajs1Université Laval (Québec)JF: pas l'habitude de lire, ou même dire.
4238cqajs1Université Laval (Québec)E: important pour nous parce que là je suis dans une phase euh.
4239cqajs1Université Laval (Québec)JF: Déjà, si ça c'est la transcription d'un corpus oral,
4240cqajs1Université Laval (Québec)JF: pourquoi il y a un c'est certain qui aurait pas été dit.
4241cqajs1Université Laval (Québec)E: Ben alors je sais pas si.
4242cqajs1Université Laval (Québec)JF: suis convaicu c'est impossible c'est.
4243cqajs1Université Laval (Québec)E: C'est une sorte de pseudo texte,
4244cqajs1Université Laval (Québec)E: qui est emprunté à un ouvrage, qui a été utilisé,
4245cqajs1Université Laval (Québec)E: mais à mon avis méthodologiquement c'est pas, c'est pas, c'est pas correct.
4246cqajs1Université Laval (Québec)E: Mais enfin, si vous voulez le lire, pour s'amuser quoi.
4247cqajs1Université Laval (Québec)(lecture du texte et discussion sur la prononciation)
4248cqajs1Université Laval (Québec)JF: Ben, le, le tout début euh, tu as acheté un char euh, ça me faisait rire euh, quand (JF est inaudible)
4249cqajs1Université Laval (Québec)E: j/je crois que le texte est pas mal mais euh,
4250cqajs1Université Laval (Québec)E: je sais pas ce que vous en pensez moi je crois qu'il est pas utilisable, sauf avec quelqu'un qui veut se prêter au,
4251cqajs1Université Laval (Québec)E: à un jeu.
4252cqajs1Université Laval (Québec)JF: Mais c'est même pas rep/c'est même pas représentatif d'une diction orale.
4253cqajs1Université Laval (Québec)JF: Puis ça, ça, je crois que ça se voit dans les erreurs que j'ai fait,
4254cqajs1Université Laval (Québec)JF: comme les n de négation, les tu sais.
4255cqajs1Université Laval (Québec)E: Si on faisait sauter tous ces n et caetera comme ça (X).
4256cqajs1Université Laval (Québec)JF: Ca serait déjà plus proche de la langue orale.
4257cqajs1Université Laval (Québec)JF: Euh, changer les, en, enlever les ne de négation même écoutez en France aussi euh,
4258cqajs1Université Laval (Québec) (onomatopée) vous les enlevez euh.
4259cqajs1Université Laval (Québec)JF: C'est, c/ bon l/, (hésitation)
4260cqajs1Université Laval (Québec)JF: les tu sais euh,
4261cqajs1Université Laval (Québec)JF: écrits bon (euh), dans les transcriptions on écrit t s é euh, même dans les romans euh, si vous lisez,
4262cqajs1Université Laval (Québec)JF: prenez un roman de Michel Tremblay je sais pas si on (X), si on vous en a parlé,
4263cqajs1Université Laval (Québec)JF: bon lui il était dans les années soixante dix le mouvement joualisant euh,
4264cqajs1Université Laval (Québec)JF: euh, il y a beaucoup d'oral euh, beaucoup, beaucoup, beaucoup d'oral euh, des fois même c'est un peu exagéré je pense.
4265cqajs1Université Laval (Québec)JF: Puis c'est, c'est du, très québécois, alors très basse classe euh, t'sais euh, t s é.
4266cqajs1Université Laval (Québec)JF: (C'est), systématique.
4267cqajs1Université Laval (Québec)E: ce qu'on pourrait faire c'est prendre un bout de Michel Tremblay, et le faire lire.
4268cqajs1Université Laval (Québec)E: Est-ce que ça ça serait. Donc ça serait mieux, parce qu'à ce moment-là on a,
4269cqajs1Université Laval (Québec)E: j'imagine des descriptions et puis des.
4270cqajs1Université Laval (Québec)JF: Si vous voulez euh,
4271cqajs1Université Laval (Québec)JF: euh, la langue très orale écrite, Michel Tremblay c'est un euh c/ de toute façon c'est ce qu'il voulait faire à l'époque il voulait euh,
4272cqajs1Université Laval (Québec)JF: faire réagir les gens euh, après le, le,
4273cqajs1Université Laval (Québec)JF: l'époque de n/, de normalisation épouvantable et de,
4274cqajs1Université Laval (Québec)JF: le français qué/québécois c'est, c/c'est pas bien c'est,
4275cqajs1Université Laval (Québec)JF: c'est vraiment pas bon mais là il y a eu un mouvement, qu'on a appelé le mouvement joua/, le mouvement joualisant bon (vous avez) le français québécois c'est notre propre langue à nous,
4276cqajs1Université Laval (Québec)JF: et puis euh, oh oui c'est un mouvement social en fait là puis euh,
4277cqajs1Université Laval (Québec)JF: c'était le joual, la valorisation du joual, c'était comme un peu une contrepartie euh,
4278cqajs1Université Laval (Québec)JF: euh (hésitation).
4279cqajs1Université Laval (Québec)E: (râclement de gorge de JF) A la matraque scolaire.
4280cqajs1Université Laval (Québec)JF: à la matraque scolaire évidemment.
4281cqajs1Université Laval (Québec)JF: Et puis euh, ben c'est sûr que ça s'est calmé, c'est un mouvement assez bien circonscrit je le connais pas beaucoup puis bon euh, je s/, moi je suis né en soixante dix sept,
4282cqajs1Université Laval (Québec)JF: Ca terminait.
4283cqajs1Université Laval (Québec)JF: Mais euh, les grandes années de Michel Tremblay, les autres auteurs comme ça euh
4284cqajs1Université Laval (Québec)JF: les auteurs joualisants euh, c'est les années soixante dix.
4285cqajs1Université Laval (Québec)E: Et on utilise toujours le terme joual, euh, joual, ça s'emploie toujours.
4286cqajs1Université Laval (Québec)JF: On l'utilise moins puis je crois que maintenant quand on utilise le mot joual c'est euh.
4287cqajs1Université Laval (Québec)JF: C'est (X), très négatif.
4288cqajs1Université Laval (Québec)JF: C/c'est ce que j'ai vu dans le dictionnaire de, de Monsieur Poirier
4289cqajs1Université Laval (Québec)JF: C'est très, c'est vrai il y a un article sur le mot joual, c'est très négatif.
4290cqajs1Université Laval (Québec)JF: Euh pffft. (hésitation) Ecoutez c'est (onomatopée).
4291cqajs1Université Laval (Québec)JF: Quand qu'on se fait, quand qu'on condamne le français québécois c'est parce que c'est du joual incompréhensible que personne dans la conf/, dans la francophonie est capable de comprendre.
4292cqajs1Université Laval (Québec)JF: C'est toujours euh.
4293cqajs1Université Laval (Québec)JF: Bon il y a toujours plein de jugements sociaux (où c'est en arrière là) c'est, on,
4294cqajs1Université Laval (Québec)JF: on rentre pas dans les détails mais,
4295cqajs1Université Laval (Québec)JF: le joual c'est, c'est, c'est toujours quelque chose de négatif.
4296cqajs1Université Laval (Québec)JF: Mais prendre un texte de joual par exemple euh,
4297cqajs1Université Laval (Québec)JF: ça serait beaucoup plus facile à lire que, que, qu/que ça là j/,
4298cqajs1Université Laval (Québec)JF: puis si c'est tiré d'un article justement le code du français ontarien euh,
4299cqajs1Université Laval (Québec)JF: franco-ontarien euh, c'est pas euh,
4300cqajs1Université Laval (Québec)JF: (onomatopée) c'est du français québécois le franco-ontarien là euh.
4301cqajs1Université Laval (Québec)JF: Les, les, les, les, les é/, les établissements francophones en Amérique euh, ils partent d'ici là puis euh (onomatopée).
4302cqajs1Université Laval (Québec)E: Mais bon moi je suis un petit peu contre utiliser de la lecture pour, pour créer de l'oral.
4303cqajs1Université Laval (Québec)E: Parce que l'oral on l'a euh, bon il faut aller le chercher l'oral, hein bon.
4304cqajs1Université Laval (Québec)E: Mais, euh, faire lire, aux gens, de l'oral,
4305cqajs1Université Laval (Québec)E: C'est, c'est
4306cqajs1Université Laval (Québec)JF: Tout-à-l'heure quand je discutais avec Npers,
4307cqajs1Université Laval (Québec)JF: c/c'était bon, c'était une discussion euh, c'était pas, c'était pas euh,

PFC: Base de données sur le français oral contemporain dans l’espace francophone

Base de données sur le français oral contemporain dans l’espace francophone Le projet international PFC (Phonologie du Français Contemporain), codirigé par Marie-Hélène Côté (Université Laval), Jacques Durand (ERSS, Université de Toulouse-Le Mirail), Bernard Laks (MoDyCo, Université de Paris Ouest) et Chantal Lyche (Universités d'Oslo et de Tromsø), s’adresse à un triple public, susceptible de s’intéresser au français oral dans ses usages attestés et dans sa variation au sein de l’espace francophone : chercheurs, enseignants/apprenants de français et grand public.

Il offre une base de données qui, à terme, constituera la plus grosse base de données orales portant sur le français et l'une des plus grosses bases toutes langues confondues. Cette base peut être utilisée dans le cadre de la recherche (phonétique, phonologie, syntaxe, pragmatique, sociolinguistique, analyse conversationnelle, etc.), de l’enseignement / apprentissage du français (langue étrangère, maternelle ou seconde) et de la diffusion des savoirs (conservation du patrimoine linguistique francophone et présentation générale du français oral contemporain pour les non-spécialistes).

Il se pose comme projet-pilote, suivi par un projet similaire pour l’anglais, Phonologie de l’Anglais Contemporain (PAC), codirigé par Philip Carr (Université de Montpellier III) et Jacques Durand.

AVERTISSEMENT: Les données présentées sur ce site sont issues du projet PFC et restent la propriété exclusive des auteurs représentés par les directeurs du projet . Elles peuvent être reprises et utilisées dans le cadre de travaux scientifiques à visée strictement non commerciale. Toute utilisation des données PFC dans une publication doit obligatoirement faire référence au projet et à son site : http://www.projet-pfc.net et s'accompagner de la citation des deux publications suivantes:

Durand, Jacques, Bernard Laks & Chantal Lyche (2002). La phonologie du français contemporain: usages, variétés et structure. In: C. Pusch & W. Raible (eds.) Romanistische Korpuslinguistik- Korpora und gesprochene Sprache/Romance Corpus Linguistics - Corpora and Spoken Language. Tübingen: Gunter Narr Verlag, pp. 93-106.

Durand, Jacques, Bernard Laks & Chantal Lyche (2009).Le projet PFC: une source de données primaires structurées. In J. Durand, B. Laks et C. Lyche (eds)(2009) Phonologie, variation et accents du français. Paris: Hermès. pp. 19-61. Développement: Atanas Tchobanov Ingénieur de recherche CNRS

PFC Phonology of Contemporary French Corpus

Base de données sur le français oral contemporain dans l’espace francophone Le projet international PFC (Phonologie du Français Contemporain), codirigé par Marie-Hélène Côté (Université Laval), Jacques Durand (ERSS, Université de Toulouse-Le Mirail), Bernard Laks (MoDyCo, Université de Paris Ouest) et Chantal Lyche (Universités d'Oslo et de Tromsø), s’adresse à un triple public, susceptible de s’intéresser au français oral dans ses usages attestés et dans sa variation au sein de l’espace francophone : chercheurs, enseignants/apprenants de français et grand public.

Il offre une base de données qui, à terme, constituera la plus grosse base de données orales portant sur le français et l'une des plus grosses bases toutes langues confondues. Cette base peut être utilisée dans le cadre de la recherche (phonétique, phonologie, syntaxe, pragmatique, sociolinguistique, analyse conversationnelle, etc.), de l’enseignement / apprentissage du français (langue étrangère, maternelle ou seconde) et de la diffusion des savoirs (conservation du patrimoine linguistique francophone et présentation générale du français oral contemporain pour les non-spécialistes).

Il se pose comme projet-pilote, suivi par un projet similaire pour l’anglais, Phonologie de l’Anglais Contemporain (PAC), codirigé par Philip Carr (Université de Montpellier III) et Jacques Durand.

AVERTISSEMENT: Les données présentées sur ce site sont issues du projet PFC et restent la propriété exclusive des auteurs représentés par les directeurs du projet . Elles peuvent être reprises et utilisées dans le cadre de travaux scientifiques à visée strictement non commerciale. Toute utilisation des données PFC dans une publication doit obligatoirement faire référence au projet et à son site : http://www.projet-pfc.net et s'accompagner de la citation des deux publications suivantes:

Durand, Jacques, Bernard Laks & Chantal Lyche (2002). La phonologie du français contemporain: usages, variétés et structure. In: C. Pusch & W. Raible (eds.) Romanistische Korpuslinguistik- Korpora und gesprochene Sprache/Romance Corpus Linguistics - Corpora and Spoken Language. Tübingen: Gunter Narr Verlag, pp. 93-106.

Durand, Jacques, Bernard Laks & Chantal Lyche (2009).Le projet PFC: une source de données primaires structurées. In J. Durand, B. Laks et C. Lyche (eds)(2009) Phonologie, variation et accents du français. Paris: Hermès. pp. 19-61. Développement: Atanas Tchobanov Ingénieur de recherche CNRS