Recherche dans la base PFC - Transcriptions
PFC database transcription search

[Enquêtes] [Transcriptions] [Liaisons] [Schwas]


Début First Aide Help

La recherche pour @locuteur cqams1 a trouvé 408 réponses

Exporter toutes les réponses au format CSV
Info Locuteur Enquête TranscriptionEcoute
38558cqams1Université Laval (Québec)E: Voilà, donc Npers, je vais te redemander ton nom.
38559cqams1Université Laval (Québec)E: Donc, (tu es), (bruit de toux) comment tu t'appelles?
38560cqams1Université Laval (Québec)MS: Npers.
38561cqams1Université Laval (Québec)E: Tu es née en quelle année?
38562cqams1Université Laval (Québec)MS: Je suis née en mille neuf cent soixante treize.
38563cqams1Université Laval (Québec)E: Et tu es née à quel endroit?
38564cqams1Université Laval (Québec)MS: Je suis née ici à Québec.
38565cqams1Université Laval (Québec)E: Québec euh, dans la ville de Québec?
38566cqams1Université Laval (Québec)MS: dans la ville de Québec. Oui.
38567cqams1Université Laval (Québec)E: Oui. A l'hôpital de Québec.
38568cqams1Université Laval (Québec)MS: A l'hôpital, à dans un des hôpitaux de (XXXX) (rire simultané) euh, Saint-Ambroise.
38569cqams1Université Laval (Québec)E: Ouais. Et tu as fait tes études euh, où?
38570cqams1Université Laval (Québec)MS: J'ai fait mes études à Québec.
38571cqams1Université Laval (Québec)MS: Euh, j'ai fait mon école secondaire dans un, collège euh, francophone,
38572cqams1Université Laval (Québec)MS: J'ai fait mes études collégiales euh, dans un cégep anglophone.
38573cqams1Université Laval (Québec)E: Et un cégep c'est qui exactement alors?
38574cqams1Université Laval (Québec)MS: Ah un cégep c'est, ben c'est ça c'est que le système d'éducation est différent ici.
38575cqams1Université Laval (Québec)MS: Euh, avant de euh, d'entrer à, l'université,
38576cqams1Université Laval (Québec)MS: on a euh, disons, ce qu'on pourrait appeler euh, deux ou trois années, euh, de préparation.
38577cqams1Université Laval (Québec)MS: Euh,
38578cqams1Université Laval (Québec)MS: on, on choisit soit le domaine des sciences pures par exemple ou le domaine des sciences euh, humaines.
38579cqams1Université Laval (Québec)MS: Les Lettres, bon euh.
38580cqams1Université Laval (Québec)MS: C'est ça, ça nous permet c'est, c'est un passage entre l'école secondaire et l'université.
38581cqams1Université Laval (Québec)MS: C'est, deux ou trois ans, dépendamment euh, quel domaine on choisit.
38582cqams1Université Laval (Québec)MS: On peut faire une technique aussi, ça on euh, ça on veut pas aller à l'université on peut euh.
38583cqams1Université Laval (Québec)MS: Prendre euh, on peut être technicien on c'est un cours de trois ans, qu'on fait au niveau collégial, puis ensuite euh.
38584cqams1Université Laval (Québec)MS: On peut passer à l'université.
38585cqams1Université Laval (Québec)E: Et actuellement qu'est-ce que tu étudies?
38586cqams1Université Laval (Québec)MS: (bruit de succion) Là présentement je suis en train de faire ma maîtrise en linguistique.
38587cqams1Université Laval (Québec)MS: Précisément en phonologie.
38588cqams1Université Laval (Québec)MS: Je travaille sur euh, le, le sujet de mon mémoire, c'est la nativisation phonologique,
38589cqams1Université Laval (Québec)MS: des emprunts anglais en italien.
38590cqams1Université Laval (Québec)E: Et qu'est-ce que tu as découvert, pour le moment?
38591cqams1Université Laval (Québec)MS: Ce que j'ai découvert, ben comme dans tous les autres mémoires ici, qui traitent sur les emprunts,
38592cqams1Université Laval (Québec)MS: Parce qu'on a, on a quand même des bases de données importantes là ici les emprunts il y a beaucoup de, d'étudiants et d'étudiantes avant moi qui ont travaillé sur ça,
38593cqams1Université Laval (Québec)MS: Euh, oui ben, (je veus dire) de, de l'analyse que j'ai fait euh, jusqu'à maintenant,
38594cqams1Université Laval (Québec)MS: c'est euh, oui euh, je vais, je vais avoir un haut pourcentage euh,
38595cqams1Université Laval (Québec)MS: d'adaptation, tant au niveau segemental qu'au niveau syllabique là euh. Oui, euh.
38596cqams1Université Laval (Québec)MS: Puis euh, c'est ça.
38597cqams1Université Laval (Québec)E: qu'est-ce que, qu'est ce qu'ils font les italiens quand ils adaptent des mots,
38598cqams1Université Laval (Québec)E: anglais, parce que c'est les mots anglophones que tu, tu étudies ou?
38599cqams1Université Laval (Québec)MS: fai/, oui c'est ça c'est que moi j'ai pris de euh, j'ai, j'ai ,
38600cqams1Université Laval (Québec)MS: fait la collecte de plusieurs livres, et puis après ça ce que j'ai fait c'est j'ai euh, ramassé tous les emprunts,
38601cqams1Université Laval (Québec)MS: anglais, qui sont euh, utilisés euh, par les italiens.
38602cqams1Université Laval (Québec)MS: J'ai fait une base avec tout ça. Euh, puis moi j'ai rencontré trois italophones
38603cqams1Université Laval (Québec)MS: Euh, je suis allé en Italie, euh dans, je les ai interviewés dans le Sud de l'Italie.
38604cqams1Université Laval (Québec)MS: Euh, et puis euh, ce que je faisais c'est que euh, pour, pas qu'ils soient influencés par la graphie,
38605cqams1Université Laval (Québec)MS: parce que la graphie peut influencer parfois la façon de prononcer les mots, donc euh,
38606cqams1Université Laval (Québec)MS: euh, je leur faisais deviner le mot.
38607cqams1Université Laval (Québec)MS: Je, je leur donnais une définition par exemple, ou un mime.
38608cqams1Université Laval (Québec)MS: Ou je leur montrais l'objet, euh, ou encore j/,
38609cqams1Université Laval (Québec)MS: toute sorte de devinettes disons que leur, leur faire prononcer le mot, sans leur montrer l'écrit.
38610cqams1Université Laval (Québec)MS: Puis ensuite c'est ça, c'est que euh, tout ça c'est sur euh, cassette,
38611cqams1Université Laval (Québec)MS: j'ai écouté les entrevues,
38612cqams1Université Laval (Québec)MS: j'ai fait la transcription phonétique, de tous les, emprunts, prononcés par les trois informateurs.
38613cqams1Université Laval (Québec)MS: J'ai informatisé ça puis voilà, je, je suis en train d'analyser euh, les résultats.
38614cqams1Université Laval (Québec)MS: Mais je vous donnerai pas de données parce que euh j/,
38615cqams1Université Laval (Québec)MS: J'ai pas fait un cadre statistique général.
38616cqams1Université Laval (Québec)E: secrètes les données attention,
38617cqams1Université Laval (Québec)E: tu as, tu as entendu ce qu'a dit Madame Npers l'autre jour. (rires) Faut pas les donner. Faut pas donner les données.
38618cqams1Université Laval (Québec)MS: (rire de E) non mais euh, mais c'est ça, j'ai pas de chiffres là, à vous donner là,
38619cqams1Université Laval (Québec)MS: je peux vous dire par exemple que j'ai, cinq mille cent quatre vingt cinq formes.
38620cqams1Université Laval (Québec)MS: C'est moins que le euh, le, le corpus je pense, le plus important euh, de euh.
38621cqams1Université Laval (Québec)MS: J'ai deux mille cent soixante et trois emprunts, cinq mille cent quatre vingt cinq formes prononcées.
38622cqams1Université Laval (Québec)MS: Euh, jusqu'à maintenant, c'est le corpus le plus important (après).
38623cqams1Université Laval (Québec)E: C'est formidable.
38624cqams1Université Laval (Québec)MS: Ben oui.
38625cqams1Université Laval (Québec)E: Et qu'est-ce tu vas faire avec la maîtri/, après la maîtrise donc, qu'est-ce que tu envisages euh?
38626cqams1Université Laval (Québec)MS: veux dire, je suis d'abord profe/, je suis d'abord professeur d'espagnol.
38627cqams1Université Laval (Québec)MS: Euh, j'ai fait mon bac en études hispaniques.
38628cqams1Université Laval (Québec)MS: Et puis euh, si j'ai poursui/, j'ai, j'ai voulu poursuivre les études euh, de maîtrise euh,
38629cqams1Université Laval (Québec)MS: euh, parce que euh, j'enseigne au niveau collégial je parlais du cégep tout à l'heure, bon c'est juste avant l'université.
38630cqams1Université Laval (Québec)MS: Euh, je suis professeur d'espagnol et puis euh, bon,
38631cqams1Université Laval (Québec)MS: pour avoir des euh, disons u/-n, u/-n
38632cqams1Université Laval (Québec)MS: poste euh, intéressant ou un emploi de professeur régulier,
38633cqams1Université Laval (Québec)MS: euh, quand qu'ils engagent, ils vont regarder si la personne, a seulement un baccalauréat ou si elle a le bac, et la maîtrise.
38634cqams1Université Laval (Québec)E: Le baccalauréat (évidemment) au Canada c'est.
38635cqams1Université Laval (Québec)MS: Euh, oui c'est, c'est, de niveau universitaire oui.
38636cqams1Université Laval (Québec)MS: C'est, c'est trois ans des fois quatre ans aussi.
38637cqams1Université Laval (Québec)MS: Voilà. Ca correspond à la licence.
38638cqams1Université Laval (Québec)MS: Euh, donc c'est ça c'est euh, moi c'est un bac de trois ans que j'ai fait,
38639cqams1Université Laval (Québec)MS: et puis euh, j'ai, j'ai eu le droit d'enseigner après ça j'ai,
38640cqams1Université Laval (Québec)MS: com/, j'ai d'ailleurs commencé en quatre vingt dix sept là, à enseigner,
38641cqams1Université Laval (Québec)MS: mais je voulais euh, avoir plus d'études, parce que bon, ça donne plus de chances d'emploi, et aussi un meilleur salaire.
38642cqams1Université Laval (Québec)MS: On est payé euh.
38643cqams1Université Laval (Québec)MS: Disons on est mieux payé quand on a plus d'études, bon.
38644cqams1Université Laval (Québec)MS: Euh c'était la première raison pour laquelle je voulais faire une maîtrise en linguistique,
38645cqams1Université Laval (Québec)MS: euh, maintenant je vais voir euh, je, je, je sais pas euh,
38646cqams1Université Laval (Québec)MS: pour l'instant j'envisage pas des études de doctorat.
38647cqams1Université Laval (Québec)MS: Mais euh.
38648cqams1Université Laval (Québec)MS: Peut-être éventuellement là, je vais voir qu'est-ce qui va se passer là euh, je vais probablement d/, faire un dépôt,
38649cqams1Université Laval (Québec)MS: Euh, un dé/, un dépôt initial de mon mémoire, avant les fêtes.
38650cqams1Université Laval (Québec)MS: Peut-être un dépôt final après les fêtes.
38651cqams1Université Laval (Québec)MS: Là je vais être euh,
38652cqams1Université Laval (Québec)MS: libre, je vais pouvoir travailler à temps-plein,
38653cqams1Université Laval (Québec)MS: parce que là euh, d/depuis que je suis à la maîtrise là je travaillle pas à temps-plein là, j'ai toujours fait du, du, de l'enseignement mais à temps-partiel,
38654cqams1Université Laval (Québec)MS: je vais voir, si je peux trouver quelque chose dans l'enseignement euh,
38655cqams1Université Laval (Québec)MS: à temps-plein,
38656cqams1Université Laval (Québec)MS: et si j'y arrive pas ben,
38657cqams1Université Laval (Québec)MS: peut-être que je vais, poursuivre mes études ou, je sais pas, me réorienter vers autre chose.

PFC: Base de données sur le français oral contemporain dans l’espace francophone

Base de données sur le français oral contemporain dans l’espace francophone Le projet international PFC (Phonologie du Français Contemporain), codirigé par Marie-Hélène Côté (Université Laval), Jacques Durand (ERSS, Université de Toulouse-Le Mirail), Bernard Laks (MoDyCo, Université de Paris Ouest) et Chantal Lyche (Universités d'Oslo et de Tromsø), s’adresse à un triple public, susceptible de s’intéresser au français oral dans ses usages attestés et dans sa variation au sein de l’espace francophone : chercheurs, enseignants/apprenants de français et grand public.

Il offre une base de données qui, à terme, constituera la plus grosse base de données orales portant sur le français et l'une des plus grosses bases toutes langues confondues. Cette base peut être utilisée dans le cadre de la recherche (phonétique, phonologie, syntaxe, pragmatique, sociolinguistique, analyse conversationnelle, etc.), de l’enseignement / apprentissage du français (langue étrangère, maternelle ou seconde) et de la diffusion des savoirs (conservation du patrimoine linguistique francophone et présentation générale du français oral contemporain pour les non-spécialistes).

Il se pose comme projet-pilote, suivi par un projet similaire pour l’anglais, Phonologie de l’Anglais Contemporain (PAC), codirigé par Philip Carr (Université de Montpellier III) et Jacques Durand.

AVERTISSEMENT: Les données présentées sur ce site sont issues du projet PFC et restent la propriété exclusive des auteurs représentés par les directeurs du projet . Elles peuvent être reprises et utilisées dans le cadre de travaux scientifiques à visée strictement non commerciale. Toute utilisation des données PFC dans une publication doit obligatoirement faire référence au projet et à son site : http://www.projet-pfc.net et s'accompagner de la citation des deux publications suivantes:

Durand, Jacques, Bernard Laks & Chantal Lyche (2002). La phonologie du français contemporain: usages, variétés et structure. In: C. Pusch & W. Raible (eds.) Romanistische Korpuslinguistik- Korpora und gesprochene Sprache/Romance Corpus Linguistics - Corpora and Spoken Language. Tübingen: Gunter Narr Verlag, pp. 93-106.

Durand, Jacques, Bernard Laks & Chantal Lyche (2009).Le projet PFC: une source de données primaires structurées. In J. Durand, B. Laks et C. Lyche (eds)(2009) Phonologie, variation et accents du français. Paris: Hermès. pp. 19-61. Développement: Atanas Tchobanov Ingénieur de recherche CNRS

PFC Phonology of Contemporary French Corpus

Base de données sur le français oral contemporain dans l’espace francophone Le projet international PFC (Phonologie du Français Contemporain), codirigé par Marie-Hélène Côté (Université Laval), Jacques Durand (ERSS, Université de Toulouse-Le Mirail), Bernard Laks (MoDyCo, Université de Paris Ouest) et Chantal Lyche (Universités d'Oslo et de Tromsø), s’adresse à un triple public, susceptible de s’intéresser au français oral dans ses usages attestés et dans sa variation au sein de l’espace francophone : chercheurs, enseignants/apprenants de français et grand public.

Il offre une base de données qui, à terme, constituera la plus grosse base de données orales portant sur le français et l'une des plus grosses bases toutes langues confondues. Cette base peut être utilisée dans le cadre de la recherche (phonétique, phonologie, syntaxe, pragmatique, sociolinguistique, analyse conversationnelle, etc.), de l’enseignement / apprentissage du français (langue étrangère, maternelle ou seconde) et de la diffusion des savoirs (conservation du patrimoine linguistique francophone et présentation générale du français oral contemporain pour les non-spécialistes).

Il se pose comme projet-pilote, suivi par un projet similaire pour l’anglais, Phonologie de l’Anglais Contemporain (PAC), codirigé par Philip Carr (Université de Montpellier III) et Jacques Durand.

AVERTISSEMENT: Les données présentées sur ce site sont issues du projet PFC et restent la propriété exclusive des auteurs représentés par les directeurs du projet . Elles peuvent être reprises et utilisées dans le cadre de travaux scientifiques à visée strictement non commerciale. Toute utilisation des données PFC dans une publication doit obligatoirement faire référence au projet et à son site : http://www.projet-pfc.net et s'accompagner de la citation des deux publications suivantes:

Durand, Jacques, Bernard Laks & Chantal Lyche (2002). La phonologie du français contemporain: usages, variétés et structure. In: C. Pusch & W. Raible (eds.) Romanistische Korpuslinguistik- Korpora und gesprochene Sprache/Romance Corpus Linguistics - Corpora and Spoken Language. Tübingen: Gunter Narr Verlag, pp. 93-106.

Durand, Jacques, Bernard Laks & Chantal Lyche (2009).Le projet PFC: une source de données primaires structurées. In J. Durand, B. Laks et C. Lyche (eds)(2009) Phonologie, variation et accents du français. Paris: Hermès. pp. 19-61. Développement: Atanas Tchobanov Ingénieur de recherche CNRS