Recherche dans la base PFC - Transcriptions
PFC database transcription search

[Enquêtes] [Transcriptions] [Liaisons] [Schwas]


Début First Aide Help

La recherche pour @locuteur 13bpa1 a trouvé 338 réponses

Exporter toutes les réponses au format CSV
Info Locuteur Enquête TranscriptionEcoute
1128913bpa1Aix-MarseillePA1: Donc le premier jour il est venu, on est allé, manger ensemble,
1129013bpa1Aix-MarseillePA1: Le deuxième jour il est encore venu me chercher et m'emmener,
1129113bpa1Aix-MarseillePA1: et à partir du troisième jour et ben tous les jours, je partais avec mon cartable,
1129213bpa1Aix-MarseillePA1: j'allais au bout de l'avenue Pasteur parce que j'étais pas à côté quand même hein, de Vauvenargues euh,
1129313bpa1Aix-MarseillePA1: je faisais tout le boulevard, euh je prenais euh,
1129413bpa1Aix-MarseillePA1: jusqu'à Bellegarde après je prenais l'autre euh, l'autre avenue, je montais le boulevard Pasteur, et j'allais manger,
1129513bpa1Aix-MarseillePA1: alors je me mettais dans mon coin, on me donnait ma serviette, j'étais tout seul à table,
1129613bpa1Aix-MarseillePA1: donc c'est un peu euh, un peu émouvant quoi hein, je veux dire c'était, et ça a duré pendant euh,
1129713bpa1Aix-MarseillePA1: j'ai dû faire ça à peu près pendant, un mois,
1129813bpa1Aix-MarseillePA1: Avant que en fait on me prenne comme demi-pensionnaire.
1129913bpa1Aix-MarseillePA1: Parce qu'on attendait qu'il y ait une place, qu'il y ait voilà.
1130013bpa1Aix-MarseillePA1: Et donc je suis rentré demi-pensionnaire alors que tous les autres étaient déjà rentrés bon ben bon,
1130113bpa1Aix-MarseillePA1: C'était pas c'était, pas, pas facile, facile pour moi,
1130213bpa1Aix-MarseilleE1: Ouais, difficile de, premièr/ euh séparation avec la famille difficile
1130313bpa1Aix-MarseillePA1: c'est vrai que je m'en souviens quoi. Je, je m'en souviens parce que bouffer tout seul quand tu as onze ans ou dans un restaurant
1130413bpa1Aix-MarseillePA1: où tu connais personne et tout euh, bon j'arrivais euh,
1130513bpa1Aix-MarseillePA1: je m/ m/ je me revois arriver à midi avec mon cartable,
1130613bpa1Aix-MarseillePA1: j'allais à ma table, je m'asseyais,
1130713bpa1Aix-MarseillePA1: j'attendais qu'on me serve euh,
1130813bpa1Aix-MarseilleE1: oui puis c'est plus difficile peut-être aussi pour euh, s'intégrer euh,
1130913bpa1Aix-MarseilleE1: dans le lycée aussi finalement de, se faire des amis et (XXX),
1131013bpa1Aix-MarseillePA1: Voilà, donc ça c'était mon année de sixième qui était,
1131113bpa1Aix-MarseillePA1: qui avait démarré comme ça quoi,
1131213bpa1Aix-MarseillePA1: Puis après donc j'ai fait euh,
1131313bpa1Aix-MarseillePA1: je suis resté à Vauvenargues jusqu'en euh, jusqu'à en première,
1131413bpa1Aix-MarseillePA1: puisqu'il y avait pas de terminale, à Vauvenargues.
1131513bpa1Aix-MarseillePA1: Donc après il fallait intégrer ou Mignet, pour faire,
1131613bpa1Aix-MarseillePA1: Si, à Vauvenargues il y avait, en fait il y avait euh,
1131713bpa1Aix-MarseillePA1: Il y avait les terminales mais techniques.
1131813bpa1Aix-MarseillePA1: Donc il y avait au, parce qu'à l'époque on faisait ou moderne ou technique,
1131913bpa1Aix-MarseillePA1: euh ou classique, mais classique c'était à Mignet,
1132013bpa1Aix-MarseillePA1: et donc moi je suis resté en moderne,
1132113bpa1Aix-MarseillePA1: je suis pas parti en, en technique,
1132213bpa1Aix-MarseillePA1: et donc euh, ben ensuite quand euh,
1132313bpa1Aix-MarseillePA1: donc j'ai, j'ai dû redoubler ma première parce que j'avais collé la première partie du bac,
1132413bpa1Aix-MarseillePA1: donc j'ai demandé à être pensionnaire parce que j'en avais marre de faire les voyages ,
1132513bpa1Aix-MarseillePA1: donc parce que euh, tous les matins prendre le bus à sept heures, à Septèmes euh,
1132613bpa1Aix-MarseillePA1: Parce qu'à l'époque il y avait pas les bus de ville quand même hein, à Aix,
1132713bpa1Aix-MarseillePA1: et euh quand on arrivait à la Rotonde,
1132813bpa1Aix-MarseillePA1: le car il nous arrêtait à la Rotonde le matin,
1132913bpa1Aix-MarseillePA1: de la Rotonde on montait, bon enfin moi à Vauvenargues et, et,
1133013bpa1Aix-MarseillePA1: Mireille après quand elle a été à Aix elle montait jusqu'à, jusqu'à Cézanne.
1133113bpa1Aix-MarseilleE1: Hum
1133213bpa1Aix-MarseillePA1: A pied, et puis le soir on redescendait,
1133313bpa1Aix-MarseillePA1: donc euh. Et en plus pendant,
1133413bpa1Aix-MarseillePA1: euh les dernières années où j'étais à Vauvenargues,
1133513bpa1Aix-MarseillePA1: avant d'être pensionnaire on habitait pas, aux Caillols, on habitait au Perret, au/ à Tubié.
1133613bpa1Aix-MarseillePA1: A côté de Barnéoud, pendant deux ans, pendant qu'on a fait quand mê/ ouais pendant que,
1133713bpa1Aix-MarseillePA1: Voilà, elle t'a pas dit ça ma mère? .
1133813bpa1Aix-MarseillePA1: Et quand euh, quand euh, en fait on habitait Septèmes on habitait euh,
1133913bpa1Aix-MarseillePA1: euh, on habitait donc à rou/ route de la Télévision,
1134013bpa1Aix-MarseillePA1: et euh, on louait une villa.
1134113bpa1Aix-MarseillePA1: Mon père avait loué en quarante six d'ailleurs ils sont venus habiter quand je suis né,
1134213bpa1Aix-MarseillePA1: Ils sont venus habiter aux Caillols.
1134313bpa1Aix-MarseillePA1: Donc une villa qu'ils louaient.
1134413bpa1Aix-MarseillePA1: Et euh, la propriétaire donc euh,
1134513bpa1Aix-MarseillePA1: euh, Roseline elle avait euh,
1134613bpa1Aix-MarseillePA1: elle était née en quarante et un je crois Roseline, donc elle avait,
1134713bpa1Aix-MarseillePA1: s/ quatre ou cinq ans de plus que nous.
1134813bpa1Aix-MarseillePA1: Et, bon sa mère louait la villa, elle habitait une petite maison derrière, elle louait la villa parce que c'est, c'est un moyen de vivre hein, donc de survivre, parce que son père était mort,
1134913bpa1Aix-MarseillePA1: à la guerre ou un truc comme ça,
1135013bpa1Aix-MarseillePA1: et donc elle avait dit 'ben si un jour Roseline elle veut la maison, bien entendu faudra la lui do/ la lui rendre.'
1135113bpa1Aix-MarseillePA1: Donc à l'époque, c'était euh,
1135213bpa1Aix-MarseillePA1: on euh tu te disais ça, et puis c'était parole d'honneur euh, on en parlait plus.
1135313bpa1Aix-MarseillePA1: Et Roseline quand elle a eu dix-huit ans euh, dix-neuf ans,
1135413bpa1Aix-MarseillePA1: quand elle a commencé à fréquenter et puis qu'après elle s'est mariée avec euh le frère d'Alain (XX),
1135513bpa1Aix-MarseillePA1: Jean-Claude (XX).
1135613bpa1Aix-MarseillePA1: donc elle a souhaité habiter la villa.
1135713bpa1Aix-MarseillePA1: Donc mon père il lui avait dit 'ben il y a pas de problème, mais à ce moment là tu me vends un morceau de terrain,
1135813bpa1Aix-MarseillePA1: de la propriété, pour qu'on puisse se faire une maison',
1135913bpa1Aix-MarseillePA1: et donc elle nous a vendu, un bout de terrain,
1136013bpa1Aix-MarseillePA1: elle a vendu un bout de terrain à mon père, et un bout de terrain,
1136113bpa1Aix-MarseillePA1: au père de Jean-Claude (XX), donc à son beau-père, et on a construit deux villas.
1136213bpa1Aix-MarseillePA1: La villa des (XX), donc euh de, de, de, où Alain,
1136313bpa1Aix-MarseillePA1: c'est là où on s'est connu avec euh Alain, puisqu'on était euh,
1136413bpa1Aix-MarseillePA1: voisins quoi, on est devenu voisins.
1136513bpa1Aix-MarseillePA1: Et euh, et nous on a construit à coté.
1136613bpa1Aix-MarseillePA1: Mais le temps que/ de construire,
1136713bpa1Aix-MarseillePA1: on est allé habiter au/ à,
1136813bpa1Aix-MarseillePA1: à Tubié parce qu'à Tubié mon père il avait un ami,
1136913bpa1Aix-MarseillePA1: qui était au Sénégal.
1137013bpa1Aix-MarseillePA1: Il était euh, il travaillait pour, dans les chocolats ou dans les cafés je sais plus où au Sénégal,
1137113bpa1Aix-MarseillePA1: et il avait fait construire une villa,
1137213bpa1Aix-MarseillePA1: elle était en finition,
1137313bpa1Aix-MarseillePA1: il fallait faire les peintures, il y avait des choses à faire,
1137413bpa1Aix-MarseillePA1: et lui il préférait qu'il y ait quelqu'un l'occupe la villa.
1137513bpa1Aix-MarseillePA1: Donc il l'a, il l'a louée à mon père, et nous on a fait les peintures à l'intérieur,
1137613bpa1Aix-MarseillePA1: pendant un an et demi on est resté là bas,
1137713bpa1Aix-MarseillePA1: le temps que la maison elle soit construite.
1137813bpa1Aix-MarseillePA1: euh, aux/ aux Caillols quoi,
1137913bpa1Aix-MarseillePA1: Et moi euh, après donc là on/ là c'est pire,
1138013bpa1Aix-MarseillePA1: parce qu'on descendait en vélo de Tubié, on laissait le vélo,
1138113bpa1Aix-MarseillePA1: euh, au bar de L'eau Fraîche,
1138213bpa1Aix-MarseillePA1: aux Caillols on prenait le car, on allait à Aix,
1138313bpa1Aix-MarseillePA1: le soir on arrivait on quittait euh on descendait du car on prenait le vélo, on remontait à la maison, on était arrivé il te fallait faire les devoirs,
1138413bpa1Aix-MarseillePA1: voilà. Bon, donc euh, ça c'était euh, moi j'en avais eu assez, j'avais dit à ma mère 'je veux être pensionnaire hein euh'.
1138513bpa1Aix-MarseillePA1: Mais là on habitait, on av/ on habitait la nouvelle villa.
1138613bpa1Aix-MarseillePA1: Mais bon néanmoins moi je préférais être pensionnaire,
1598513bpa1Aix-Marseille1 roc
1598613bpa1Aix-Marseille2 rat

PFC: Base de données sur le français oral contemporain dans l’espace francophone

Base de données sur le français oral contemporain dans l’espace francophone Le projet international PFC (Phonologie du Français Contemporain), codirigé par Marie-Hélène Côté (Université Laval), Jacques Durand (ERSS, Université de Toulouse-Le Mirail), Bernard Laks (MoDyCo, Université de Paris Ouest) et Chantal Lyche (Universités d'Oslo et de Tromsø), s’adresse à un triple public, susceptible de s’intéresser au français oral dans ses usages attestés et dans sa variation au sein de l’espace francophone : chercheurs, enseignants/apprenants de français et grand public.

Il offre une base de données qui, à terme, constituera la plus grosse base de données orales portant sur le français et l'une des plus grosses bases toutes langues confondues. Cette base peut être utilisée dans le cadre de la recherche (phonétique, phonologie, syntaxe, pragmatique, sociolinguistique, analyse conversationnelle, etc.), de l’enseignement / apprentissage du français (langue étrangère, maternelle ou seconde) et de la diffusion des savoirs (conservation du patrimoine linguistique francophone et présentation générale du français oral contemporain pour les non-spécialistes).

Il se pose comme projet-pilote, suivi par un projet similaire pour l’anglais, Phonologie de l’Anglais Contemporain (PAC), codirigé par Philip Carr (Université de Montpellier III) et Jacques Durand.

AVERTISSEMENT: Les données présentées sur ce site sont issues du projet PFC et restent la propriété exclusive des auteurs représentés par les directeurs du projet . Elles peuvent être reprises et utilisées dans le cadre de travaux scientifiques à visée strictement non commerciale. Toute utilisation des données PFC dans une publication doit obligatoirement faire référence au projet et à son site : http://www.projet-pfc.net et s'accompagner de la citation des deux publications suivantes:

Durand, Jacques, Bernard Laks & Chantal Lyche (2002). La phonologie du français contemporain: usages, variétés et structure. In: C. Pusch & W. Raible (eds.) Romanistische Korpuslinguistik- Korpora und gesprochene Sprache/Romance Corpus Linguistics - Corpora and Spoken Language. Tübingen: Gunter Narr Verlag, pp. 93-106.

Durand, Jacques, Bernard Laks & Chantal Lyche (2009).Le projet PFC: une source de données primaires structurées. In J. Durand, B. Laks et C. Lyche (eds)(2009) Phonologie, variation et accents du français. Paris: Hermès. pp. 19-61. Développement: Atanas Tchobanov Ingénieur de recherche CNRS

PFC Phonology of Contemporary French Corpus

Base de données sur le français oral contemporain dans l’espace francophone Le projet international PFC (Phonologie du Français Contemporain), codirigé par Marie-Hélène Côté (Université Laval), Jacques Durand (ERSS, Université de Toulouse-Le Mirail), Bernard Laks (MoDyCo, Université de Paris Ouest) et Chantal Lyche (Universités d'Oslo et de Tromsø), s’adresse à un triple public, susceptible de s’intéresser au français oral dans ses usages attestés et dans sa variation au sein de l’espace francophone : chercheurs, enseignants/apprenants de français et grand public.

Il offre une base de données qui, à terme, constituera la plus grosse base de données orales portant sur le français et l'une des plus grosses bases toutes langues confondues. Cette base peut être utilisée dans le cadre de la recherche (phonétique, phonologie, syntaxe, pragmatique, sociolinguistique, analyse conversationnelle, etc.), de l’enseignement / apprentissage du français (langue étrangère, maternelle ou seconde) et de la diffusion des savoirs (conservation du patrimoine linguistique francophone et présentation générale du français oral contemporain pour les non-spécialistes).

Il se pose comme projet-pilote, suivi par un projet similaire pour l’anglais, Phonologie de l’Anglais Contemporain (PAC), codirigé par Philip Carr (Université de Montpellier III) et Jacques Durand.

AVERTISSEMENT: Les données présentées sur ce site sont issues du projet PFC et restent la propriété exclusive des auteurs représentés par les directeurs du projet . Elles peuvent être reprises et utilisées dans le cadre de travaux scientifiques à visée strictement non commerciale. Toute utilisation des données PFC dans une publication doit obligatoirement faire référence au projet et à son site : http://www.projet-pfc.net et s'accompagner de la citation des deux publications suivantes:

Durand, Jacques, Bernard Laks & Chantal Lyche (2002). La phonologie du français contemporain: usages, variétés et structure. In: C. Pusch & W. Raible (eds.) Romanistische Korpuslinguistik- Korpora und gesprochene Sprache/Romance Corpus Linguistics - Corpora and Spoken Language. Tübingen: Gunter Narr Verlag, pp. 93-106.

Durand, Jacques, Bernard Laks & Chantal Lyche (2009).Le projet PFC: une source de données primaires structurées. In J. Durand, B. Laks et C. Lyche (eds)(2009) Phonologie, variation et accents du français. Paris: Hermès. pp. 19-61. Développement: Atanas Tchobanov Ingénieur de recherche CNRS