Recherche dans la base PFC - Transcriptions
PFC database transcription search

[Enquêtes] [Transcriptions] [Liaisons] [Schwas]


Début First Aide Help

La recherche pour @locuteur 21acl1 a trouvé 358 réponses

Exporter toutes les réponses au format CSV
Info Locuteur Enquête TranscriptionEcoute
181021acl1DijonE : Et tu as, toi tu as toujours habité euh, Dijon la région ?
181121acl1DijonCL : Ouais. Ben tu sais j'ai vécu quelques mois à Auxerre mais bon j'étais toujours quand même euh, domiciliée à Dijon.
181221acl1DijonE : Auxerre c'est quand tu faisais ton ?
181321acl1DijonCL : Quand je faisais la première année d'I.U.F.M..
181421acl1DijonE: Et c'était quelle année tu te rappelles ?
181521acl1DijonCL : Euh, c'était quatre-vingt-dix-huit quatre-vingt-dix-neuf l'année scolaire en fait.
181621acl1DijonE : Quatre-vingt-dix-huit quatre-vingt-dix-neuf.
181721acl1DijonE : Et sinon euh, Dijon même ou euh, vous avez toujours, ouais. Nlieu.
181821acl1DijonCL : De zéro à deux ans et demi. (rires) Deux ans et demi onze ans Dijon.
181921acl1DijonE : Attends j'arrive pas à écrire aussi vite.
182021acl1DijonCL : Rue Nlieu.
182121acl1DijonE : A Dijon ?
182221acl1DijonCL : Oui.
182321acl1DijonE : Rue Nlieu ?
182421acl1DijonCL : Ouais. C'est vers la place du Premier mai, vers le Castel.
182521acl1DijonE : Ouais.
182621acl1DijonCL : Et puis ensuite Nlieu. Et ensuite Dijon.
182721acl1DijonE : De douze ans à ?
182821acl1DijonCL : Vingt euh, quatre. Et là maintenant.
182921acl1DijonE : Donc ça fait un an que tu est revenue euh, à Dijon euh, même ?
183021acl1DijonE : Bien et tu as fait toutes tes études aussi à Dijon ?
183121acl1DijonCL : Ouais. Sauf la premiè/, sauf la première année d'I.U.F.M que j'ai faite à Auxerre.
183221acl1DijonE : Et tu étais, tu étais où en fait euh?
183321acl1DijonCL : Alors école maternelle.
183421acl1DijonE : (rires) Ouais, maternelle.
183521acl1DijonCL: A Nlieu.
183621acl1DijonE : Mais c'était Longvic même ou euh ?
183721acl1DijonCL : C'était à Longvic c'était vers le parc ça s'appelait l'école euh.
183821acl1DijonCL : Euh, je sais plus comment elle s'appelait c'est euh, vers ma maison de retraite euh, tu vois où elle est la maison de retraite de Longvic ? Tu vois l'école Léon Blum ?
183921acl1DijonE : Non. Moi je connais que la rue du Bief du Moulin.
184021acl1DijonCL : Ah ouais. Non, non c'est pas, c'est pas là du tout.
184121acl1DijonCL : Euh. Ouais mais.
184221acl1DijonCL : Ouais non mais j'habite euh, vers le, euh, le, l'école maternelle elle était vers le café le Rugby.
184321acl1DijonCL : C'est pas très, très loin des abattoirs c'est euh, quand tu vas en direction du parc de la Colombière.
184421acl1DijonCL : En direction des abattoirs enfin quand tu viens des abattoirs c'est pas loin.
184521acl1DijonE : Ah oui donc c'est l'entrée de Longvic euh, ouais, ouais, ok.
184621acl1DijonCL : Ensuite école primaire, Chevreul.
184721acl1DijonCL : Donc euh, c'est euh rue euh, Charles Dumont.
184821acl1DijonCL : C'était une école d'application. C'est, à côté du Castel.
184921acl1DijonCL : Collège, du Parc.
185021acl1DijonE : Putain c'est où ça ?
185121acl1DijonCL : A côté du Castel. Euh, c'est.
185221acl1DijonE: J'ai jamais vu ce collège.
185321acl1Dijon OS : Juste à côté de l'inspection académique.
185421acl1Dijon CL : C'est rue d'Alger aussi tu as l'inspection académique tu continues tu as le collège du Parc.
185521acl1DijonCL : Quand tu traverses sur la ligne de chemin de fer c'est là-bas que j'habitais avant.
185621acl1DijonE : Non c'est pas ça ?
185721acl1DijonCL : Le, l'école primaire, l'école primaire où j'étais c'était euh, pas co/ euh, pas très, très loin de, de l'I.U.F.M de l'école normale.
185821acl1DijonCL : Mais euh, ce que tu dis là c'est l'inspection académique c'est le gros bâtiment.
185921acl1DijonCL : Ca c'est l'inspection académique et quand tu continues dans la rue au bout tu as le collège du Parc.
186021acl1DijonCL : Moi j'étais là.
186121acl1DijonCL : Et donc le lycée c'était le Castel donc là je pense que tu situes à peu près, ensuite fac, d'histoire.
186221acl1DijonCL : Euh, à Dijon. Licence en quatre ans.
186321acl1DijonCL : Et puis euh, donc après je suis entrée en première année d'I.U.F.M, à Auxerre.
186421acl1DijonCL : Et puis après j'ai passé le concours en candidate libre.
186521acl1DijonCL : En travaillant à côté en tant que surveillante d'internat à Saint Bé. Voilà.
186621acl1DijonE : Et tu es, donc, mais en fait euh, ça compte euh, comme euh, année universitaire l'I.U.F.M ?
186721acl1DijonCL : Ah j'étais étudiante ouais j'étais étudiante j'avais la carte euh. Non bac plus trois. Ouais. Ca s'arrête là.
186821acl1DijonE : En histoire ?
186921acl1DijonCL : En histoire ouais.
187021acl1DijonE : Et pourquoi tu avais pas continué ?
187121acl1DijonCL : Parce que pour être prof des écoles il fallait la licence et moi j'ai fait mes études pour être prof des écoles.
187221acl1DijonE : Ah ouais mais c'est carrément la vocation en fait.
187321acl1DijonCL : Peut-être pas, (rires) mais euh, non, non c'est pas la vocation mais euh, j'avais envie de travailler avec les enfants.
187421acl1DijonCL : Donc euh, quand tu vois les métiers que tu peux faire euh, dans l'enfance c'est animatrice donc euh, ça me plaît pas du tout.
187521acl1DijonCL : Euh, éducatrice, et éducatrice moi si j'avais été éducatrice j'aurais voulu être en foyer d'accueil avec des petits.
187621acl1DijonCL : Donc euh, c'est très ciblé et tu as très peu de chances.
187721acl1DijonCL : De, d'entrer dans ce genre de, de foyer quoi en général tu te retrouves avec des adolescents à problèmes moi c'est pas du tout un public avec lequel j'ai envie de travailler.
187821acl1DijonCL : C'est pour ça que le CAPES me plaît pas non plus hein, le CAPES d'histoire euh, j'ai pas envie d'être avec des ados.
187921acl1DijonCL : Euh, c'est un public qui m'intéresse vraiment pas, tu vois. Parce que je, j'ai p/, je, je pense que je saurais pas tenir des ados.
188021acl1DijonCL : Euh, justement j'ai l'impression que quand tu enseignes euh, tu as euh, cinquante-cinq minutes de cours j'ai l'impression que tu dois faire du flicage euh, pendant quarante minutes.
188121acl1DijonCL : c'est le sentiment que j'ai, je me trompes peut-être mais euh, en plus euh, enseigner euh, l'histoire-géo pendant quarante ans euh.
188221acl1DijonCL : Ca me, ça me gonfle un peu alors que prof des écoles euh, c'est, c'est, c'est varié tu vois euh, je touche à tout.
188321acl1DijonCL : Et euh, c'est vrai, deux ans et demi treize ans c'est un public qui me convient tout à fait je le sais j'ai travaillé avec eux et j'ai travaillé avec des ados.
188421acl1DijonCL : Et je sais que ça passe moins bien donc c'est pas la peine que, que j'impose ça à, à des élèves quoi.
3768921acl1Dijon1 mal
3769021acl1Dijon2 épais
3769121acl1Dijon3 jeune
3769221acl1Dijon4 beauté
3769321acl1Dijon5 bêtement
3769421acl1Dijon6 chemise
3769521acl1Dijon7 miette
3769621acl1Dijon8 blanc
3769721acl1Dijon9 agneau
3769821acl1Dijon10 aspect
3769921acl1Dijon11 explosion
3770021acl1Dijon12 islamique
3770121acl1Dijon13 mâle
3770221acl1Dijon14 épée
3770321acl1Dijon15 jeûne
3770421acl1Dijon16 botté
3770521acl1Dijon17 bouleverser
3770621acl1Dijon18 petit
3770721acl1Dijon19 mouette
3770821acl1Dijon20blond
3770921acl1Dijon21 compagne
3771021acl1Dijon22 infect
3771121acl1Dijon23 extraordinaire
3771221acl1Dijon24 slip
3771321acl1Dijon25 malle

PFC: Base de données sur le français oral contemporain dans l’espace francophone

Base de données sur le français oral contemporain dans l’espace francophone Le projet international PFC (Phonologie du Français Contemporain), codirigé par Marie-Hélène Côté (Université Laval), Jacques Durand (ERSS, Université de Toulouse-Le Mirail), Bernard Laks (MoDyCo, Université de Paris Ouest) et Chantal Lyche (Universités d'Oslo et de Tromsø), s’adresse à un triple public, susceptible de s’intéresser au français oral dans ses usages attestés et dans sa variation au sein de l’espace francophone : chercheurs, enseignants/apprenants de français et grand public.

Il offre une base de données qui, à terme, constituera la plus grosse base de données orales portant sur le français et l'une des plus grosses bases toutes langues confondues. Cette base peut être utilisée dans le cadre de la recherche (phonétique, phonologie, syntaxe, pragmatique, sociolinguistique, analyse conversationnelle, etc.), de l’enseignement / apprentissage du français (langue étrangère, maternelle ou seconde) et de la diffusion des savoirs (conservation du patrimoine linguistique francophone et présentation générale du français oral contemporain pour les non-spécialistes).

Il se pose comme projet-pilote, suivi par un projet similaire pour l’anglais, Phonologie de l’Anglais Contemporain (PAC), codirigé par Philip Carr (Université de Montpellier III) et Jacques Durand.

AVERTISSEMENT: Les données présentées sur ce site sont issues du projet PFC et restent la propriété exclusive des auteurs représentés par les directeurs du projet . Elles peuvent être reprises et utilisées dans le cadre de travaux scientifiques à visée strictement non commerciale. Toute utilisation des données PFC dans une publication doit obligatoirement faire référence au projet et à son site : http://www.projet-pfc.net et s'accompagner de la citation des deux publications suivantes:

Durand, Jacques, Bernard Laks & Chantal Lyche (2002). La phonologie du français contemporain: usages, variétés et structure. In: C. Pusch & W. Raible (eds.) Romanistische Korpuslinguistik- Korpora und gesprochene Sprache/Romance Corpus Linguistics - Corpora and Spoken Language. Tübingen: Gunter Narr Verlag, pp. 93-106.

Durand, Jacques, Bernard Laks & Chantal Lyche (2009).Le projet PFC: une source de données primaires structurées. In J. Durand, B. Laks et C. Lyche (eds)(2009) Phonologie, variation et accents du français. Paris: Hermès. pp. 19-61. Développement: Atanas Tchobanov Ingénieur de recherche CNRS

PFC Phonology of Contemporary French Corpus

Base de données sur le français oral contemporain dans l’espace francophone Le projet international PFC (Phonologie du Français Contemporain), codirigé par Marie-Hélène Côté (Université Laval), Jacques Durand (ERSS, Université de Toulouse-Le Mirail), Bernard Laks (MoDyCo, Université de Paris Ouest) et Chantal Lyche (Universités d'Oslo et de Tromsø), s’adresse à un triple public, susceptible de s’intéresser au français oral dans ses usages attestés et dans sa variation au sein de l’espace francophone : chercheurs, enseignants/apprenants de français et grand public.

Il offre une base de données qui, à terme, constituera la plus grosse base de données orales portant sur le français et l'une des plus grosses bases toutes langues confondues. Cette base peut être utilisée dans le cadre de la recherche (phonétique, phonologie, syntaxe, pragmatique, sociolinguistique, analyse conversationnelle, etc.), de l’enseignement / apprentissage du français (langue étrangère, maternelle ou seconde) et de la diffusion des savoirs (conservation du patrimoine linguistique francophone et présentation générale du français oral contemporain pour les non-spécialistes).

Il se pose comme projet-pilote, suivi par un projet similaire pour l’anglais, Phonologie de l’Anglais Contemporain (PAC), codirigé par Philip Carr (Université de Montpellier III) et Jacques Durand.

AVERTISSEMENT: Les données présentées sur ce site sont issues du projet PFC et restent la propriété exclusive des auteurs représentés par les directeurs du projet . Elles peuvent être reprises et utilisées dans le cadre de travaux scientifiques à visée strictement non commerciale. Toute utilisation des données PFC dans une publication doit obligatoirement faire référence au projet et à son site : http://www.projet-pfc.net et s'accompagner de la citation des deux publications suivantes:

Durand, Jacques, Bernard Laks & Chantal Lyche (2002). La phonologie du français contemporain: usages, variétés et structure. In: C. Pusch & W. Raible (eds.) Romanistische Korpuslinguistik- Korpora und gesprochene Sprache/Romance Corpus Linguistics - Corpora and Spoken Language. Tübingen: Gunter Narr Verlag, pp. 93-106.

Durand, Jacques, Bernard Laks & Chantal Lyche (2009).Le projet PFC: une source de données primaires structurées. In J. Durand, B. Laks et C. Lyche (eds)(2009) Phonologie, variation et accents du français. Paris: Hermès. pp. 19-61. Développement: Atanas Tchobanov Ingénieur de recherche CNRS