Recherche dans la base PFC - Transcriptions
PFC database transcription search

[Enquêtes] [Transcriptions] [Liaisons] [Schwas]


Début First Aide Help

La recherche pour @locuteur 42aml1 a trouvé 266 réponses

Exporter toutes les réponses au format CSV
Info Locuteur Enquête TranscriptionEcoute
3597642aml1RoanneE1: Npers, raconte moi comment tu préparais tes présentations de fleurs coupées.
3597742aml1RoanneM: Ecoutez, d'abord on allait chercher les fleurs, comme tu sais on avait un grossiste sur Roanne.
3597842aml1RoanneE1: Oui.
3597942aml1RoanneM: Oui, qui desservait tous les fleuristes de la région.
3598042aml1RoanneM: Et on allait chercher nos, nos fleurs euh, c'était bien pratique parce qu'avant, on les faisait venir euh de Nice.
3598142aml1RoanneM: Hein. Ben oui. Alors euh, tu sais c'est, il y a des fois on avait des mortuaires.
3598242aml1RoanneM: Des gros mortuaires, et on avait pas de fleurs. Il fallait se dépanner sur Lyon. C'était pas bien pratique.
3598342aml1RoanneM: Tandis que là, de euh, euh. Il y a des, des années, bien sûr, que le grossi/,
3598442aml1RoanneM: un grossiste s'est euh, s'est installé sur Roanne,
3598542aml1RoanneM: et, toutes les semaines, il allait chercher un camion dans le Midi.
3598642aml1RoanneM: Alors ça, ça nous arrangeait, euh, pour avoir des fleurs fraîches tout le temps.
3598742aml1RoanneE1: D'accord.
3598842aml1RoanneM: Et alors là, on allait chercher nos fleurs, évidemment.
3598942aml1RoanneM: Et euh. On avait euh. Le travail est euh, il a, il a, beaucoup changé, tu vois, maintenant.
3599042aml1RoanneM: Parce que, avant, comme les, les mortuaires,
3599142aml1RoanneM: on faisait. Et ils vendaient même, mais nous on faisait des paillons.
3599242aml1RoanneM: C'est-à-dire de, de la paille avec euh une planche et puis on euh,
3599342aml1RoanneM: on faisait des bourrages, en tss, en, en paille.
3599442aml1RoanneE1: Et ça servait à quoi?
3599542aml1RoanneM: Eh ben, pour pi/, pour piquer nos fleurs, pour les travaux euh mortuaires.
3599642aml1RoanneM: Je parle pas de, autrement, mais pour les travaux mortuaires.
3599742aml1RoanneM: Hein. Alors euh, évidemment ce, ça se conservait
3599842aml1RoanneM: pas si longtemps que, tandis que maintenant, il y a une mousse synthétique.
3599942aml1RoanneE1: Ah.
3600042aml1RoanneM: Une mousse synthétique qu'on coupe euh à longueur euh, comme on veut, on a, on a des grands pains sur deux mètres,
3600142aml1RoanneM: hein, et on coupe si c'est un petit travail, on coupe cinquante centimètres ou un mètre,
3600242aml1RoanneM: et puis on fait tremper ça. Et c'est imbibé d'eau. Oui.
3600342aml1RoanneM: Et, ça reste. Alors là, c'est beaucoup plus pratique, parce qu'avant ce, quand c'était des paillons euh en paille,
3600442aml1RoanneM: il fallait y monter. D'abord en tiges euh, par exemple comme les oeillets, un petit fil de fer.
3600542aml1RoanneM: Et euh, avec euh, un pe/, un petit bois on montait sur un petit bois pour piquer dans, dans la paille.
3600642aml1RoanneM: Parce que rien que la tige on pouvait pas piquer sur la paille comme c'était très serré pour que ça tienne.
3600742aml1RoanneM: Tandis que là, avec euh le, la mousse synthétique,
3600842aml1RoanneM: on pique euh tout de suite euh la fleur d/, dans la mousse et ça tient quoi, hein.
3600942aml1RoanneM: Et, l'humidité reste, c'est comme si les fleurs étaient dans l'eau là. Hum.
3601042aml1RoanneM: Euh, pour les mortuaires. Et puis euh, autrement euh, pour les euh, tss,
3601142aml1RoanneM: pour les compositions florales, soit mariages soit fiançailles ou naissances, enfin, hum,
3601242aml1RoanneM: avant, on mettait d/, de la mousse, euh, de la, de la mousse qu'on ramassait euh sous les bois quoi.
3601342aml1RoanneM: On les, on serrait très bien la mousse, et puis on, on la mouillait.
3601442aml1RoanneM: Et puis on piquait les fleurs là-dedans.
3601542aml1RoanneM: Mais euh, ç/, ça n'allait pas tellement, tu sais.
3601642aml1RoanneM: Et puis il y a/, il y avait des fois, on mettait ce, un petit grillage, par dessus.
3601742aml1RoanneM: Pour tenir les fleurs, tu comprends? Un petit grillage euh,
3601842aml1RoanneM: des petits carrés, comme ça, et qu'on piquait euh s/, sur euh, sur la mousse, on piquait avec ce grillage,
3601942aml1RoanneM: pour tenir les fleurs. Tandis que après, avec la mousse synthétique, ça va bien.
3602042aml1RoanneM: On coupe euh à la dimension du vase par exemple euh,
3602142aml1RoanneM: Et puis on fait tremper, et puis on pique euh, les fleurs euh. Comme ça directement.
3602242aml1RoanneM: Hein, le métier a bien changé là aussi hein, avec la mousse synthétique euh, c'est,
3602342aml1RoanneM: euh c'était beaucoup plus pratique et ça se conservait mieux, hein.
3602442aml1RoanneM: Et alors euh, comme euh les fleurs, quand on recevait les fleurs, bon, eh ben euh,
3602542aml1RoanneM: on nettoyait les fleurs, et on coupait les tiges, et puis on les mettait dans l'eau, pour qu'elles se conservent euh davantage, hum.
3602642aml1RoanneM: Et puis on a quand même euh des, des produits pour conserver, qu'on met dans l'eau qui, qui,
3602742aml1RoanneM: que les fleurs se conservent un peu plus longtemps quoi, hum.
3602842aml1RoanneM: Mais euh l'ennui aussi, tu vois, c'est que euh
3602942aml1RoanneM: il y en a qui se plaignent par exemple que des roses ne tiennent pas, hein.
3603042aml1RoanneM: Ben oui, ça c'est, c'est courant
3603142aml1RoanneM: parce que évidemment, le, le grossiste, il met en chambre froide.
3603242aml1RoanneM: Il met, c'est-à-dire en chambre froide, il met, il met pas à, à moins dix hein.
3603342aml1RoanneM: Il met à deux, trois degrés, juste euh pour conserver les fleurs.
3603442aml1RoanneM: Mais alors euh, dès qu'on sort les fleurs, et puis si on les met à la chaleur, eh ben comme les roses euh,
3603542aml1RoanneM: elles euh, les tiges euh ne tiennent pas euh. Ça se coude et puis c'est tout, hum.
3603642aml1RoanneM: Les, les fleurs ne se conservent pas. C'est, c'est, c'est l'inconvénient des, des chambres froides quoi, c'est, c'est, hum.
3603742aml1RoanneM: Et comme nous euh, ça va, on faisait à la demande, mais il y a, il y a des gros magasins de fleuristes, tu sais,
3603842aml1RoanneM: ils faisaient des compositions par exemple pour des mariages, et ils les faisaient trois, quatre jours avant, hein.
3603942aml1RoanneM: Ben oui. Ils en faisaient beaucoup, ils faisaient trois, quatre jours à l'avance, comme ça, c'é/, c'était tout prêt.
3604042aml1RoanneM: Mais alors euh te, dès qu'il y a de la chaleur, eh ben euh tss, ça tient pas quoi tss, hum.
3604142aml1RoanneM: C'est surtout les roses qui sont beaucoup plus délicates.
3604242aml1RoanneM: Les autres fleurs euh, des alvéolées, c'était des, des chrysanthèmes alvéolés là, des petits,
3604342aml1RoanneM: ça se conserve mieux. Mais la rose, elle se conserve pas bien,
3604442aml1RoanneM: avec la chambre froide, hum.
4151642aml1RoanneE2: Parle-nous Maurice aussi de l'autruche, la course à l'autruche.
4151742aml1RoanneM: Eh ben, on est allés au zoo Lepal là, c'est, c'est euh,
4151842aml1RoanneM: euh ah euh, je sais pas euh, à peu près à une quarantaine de kilomètres d'ici quoi teuh.
4151942aml1RoanneM: Mais un zoo assez important quand même, hein, oui.
4152042aml1RoanneE2: Qui a bonne renommée.
4152142aml1RoanneM: Oui, qui a bonne renommée, et euh, alors euh, avec les enfants, on est partis.
4152242aml1RoanneM: Et puis dans un enclos, il y avait une autruche, hein.
4152342aml1RoanneM: Alors j'ai, j'ai, j'ai parié avec euh, avec les enfants
4152442aml1RoanneM: que j'irai plus vite que l'autruche, hein.
4152542aml1RoanneM: Alors j'ai, j'ai commencé à courir, l'autruche s'est pris au jeu bien sûr, hein.
4152642aml1RoanneM: Et, et le bord du grillage, elle courait avec moi.
4152742aml1RoanneM: Mais j'ai pas pu la suivre hein, parce que elle courait et euh, elle courait vite, et elle me regardait comme ça, hein. (rires)
4152842aml1RoanneM: Oui, oui, oui, hum. Et finalement c'est elle qui a gagné hein, ç/, ça court vite une autruche hein, ttss, oui.
4152942aml1RoanneE2: Quatre-vingts kilomètres à l'heure.
4153042aml1RoanneM: Ah oui, oh ben, oui, mais enfin euh, pas là, je crois pas, non euh.
4153142aml1RoanneE2: Pas dans l'enclos.
4153242aml1RoanneM: Oh oui, mais ce, ç/, ça court assez vite hein, hum.
4153342aml1RoanneE2: Et on avait pris un fou rire. Les gamins, si tu les avais vus, ils étaient écroulés de rire.
4153442aml1RoanneM: Oh ben, tu vois, je suis étourdi hein, moi c'est, tu vois.
4153542aml1RoanneM: Presque tous les voyages, je laisse euh quelque chose hein, tu vois.
4153642aml1RoanneM: Dans les aéroports, alors là euh,
4153742aml1RoanneM: casquette, lunette, pull-over, gilet, tout.
4153842aml1RoanneM: Et, il, il me reste toujours, toujours quelque chose, hein.
4153942aml1RoanneE2: Et en plus, dis à Npers. Les bas de contention, quand on les a dans sa poche, et qu'on peut pas les enfiler. Raconte.
4154042aml1RoanneM: Ben mais c'est dur à enfiler des bas de contention hein, ça c'est euh, hein, c'est pas facile.
4154142aml1RoanneM: Mais oh euh, remarque euh tss, j'en ai pas besoin finalement, ça c'est, oh, oh, hein.
4154242aml1RoanneM: On m'a donné ça, moi je les mets, tu sais euh (rires).
4154342aml1RoanneE2: Pour faire plaisir.
4154442aml1RoanneM: Ah oui, ah oui hum.
4154542aml1RoanneM: Mais euh c'est vrai que les voyages, j'ai, j'ai toujours oublié quelque chose, tout le temps, hein.
4154642aml1RoanneE2: Et les clés du paradis, tu veux nous en parler?

PFC: Base de données sur le français oral contemporain dans l’espace francophone

Base de données sur le français oral contemporain dans l’espace francophone Le projet international PFC (Phonologie du Français Contemporain), codirigé par Marie-Hélène Côté (Université Laval), Jacques Durand (ERSS, Université de Toulouse-Le Mirail), Bernard Laks (MoDyCo, Université de Paris Ouest) et Chantal Lyche (Universités d'Oslo et de Tromsø), s’adresse à un triple public, susceptible de s’intéresser au français oral dans ses usages attestés et dans sa variation au sein de l’espace francophone : chercheurs, enseignants/apprenants de français et grand public.

Il offre une base de données qui, à terme, constituera la plus grosse base de données orales portant sur le français et l'une des plus grosses bases toutes langues confondues. Cette base peut être utilisée dans le cadre de la recherche (phonétique, phonologie, syntaxe, pragmatique, sociolinguistique, analyse conversationnelle, etc.), de l’enseignement / apprentissage du français (langue étrangère, maternelle ou seconde) et de la diffusion des savoirs (conservation du patrimoine linguistique francophone et présentation générale du français oral contemporain pour les non-spécialistes).

Il se pose comme projet-pilote, suivi par un projet similaire pour l’anglais, Phonologie de l’Anglais Contemporain (PAC), codirigé par Philip Carr (Université de Montpellier III) et Jacques Durand.

AVERTISSEMENT: Les données présentées sur ce site sont issues du projet PFC et restent la propriété exclusive des auteurs représentés par les directeurs du projet . Elles peuvent être reprises et utilisées dans le cadre de travaux scientifiques à visée strictement non commerciale. Toute utilisation des données PFC dans une publication doit obligatoirement faire référence au projet et à son site : http://www.projet-pfc.net et s'accompagner de la citation des deux publications suivantes:

Durand, Jacques, Bernard Laks & Chantal Lyche (2002). La phonologie du français contemporain: usages, variétés et structure. In: C. Pusch & W. Raible (eds.) Romanistische Korpuslinguistik- Korpora und gesprochene Sprache/Romance Corpus Linguistics - Corpora and Spoken Language. Tübingen: Gunter Narr Verlag, pp. 93-106.

Durand, Jacques, Bernard Laks & Chantal Lyche (2009).Le projet PFC: une source de données primaires structurées. In J. Durand, B. Laks et C. Lyche (eds)(2009) Phonologie, variation et accents du français. Paris: Hermès. pp. 19-61. Développement: Atanas Tchobanov Ingénieur de recherche CNRS

PFC Phonology of Contemporary French Corpus

Base de données sur le français oral contemporain dans l’espace francophone Le projet international PFC (Phonologie du Français Contemporain), codirigé par Marie-Hélène Côté (Université Laval), Jacques Durand (ERSS, Université de Toulouse-Le Mirail), Bernard Laks (MoDyCo, Université de Paris Ouest) et Chantal Lyche (Universités d'Oslo et de Tromsø), s’adresse à un triple public, susceptible de s’intéresser au français oral dans ses usages attestés et dans sa variation au sein de l’espace francophone : chercheurs, enseignants/apprenants de français et grand public.

Il offre une base de données qui, à terme, constituera la plus grosse base de données orales portant sur le français et l'une des plus grosses bases toutes langues confondues. Cette base peut être utilisée dans le cadre de la recherche (phonétique, phonologie, syntaxe, pragmatique, sociolinguistique, analyse conversationnelle, etc.), de l’enseignement / apprentissage du français (langue étrangère, maternelle ou seconde) et de la diffusion des savoirs (conservation du patrimoine linguistique francophone et présentation générale du français oral contemporain pour les non-spécialistes).

Il se pose comme projet-pilote, suivi par un projet similaire pour l’anglais, Phonologie de l’Anglais Contemporain (PAC), codirigé par Philip Carr (Université de Montpellier III) et Jacques Durand.

AVERTISSEMENT: Les données présentées sur ce site sont issues du projet PFC et restent la propriété exclusive des auteurs représentés par les directeurs du projet . Elles peuvent être reprises et utilisées dans le cadre de travaux scientifiques à visée strictement non commerciale. Toute utilisation des données PFC dans une publication doit obligatoirement faire référence au projet et à son site : http://www.projet-pfc.net et s'accompagner de la citation des deux publications suivantes:

Durand, Jacques, Bernard Laks & Chantal Lyche (2002). La phonologie du français contemporain: usages, variétés et structure. In: C. Pusch & W. Raible (eds.) Romanistische Korpuslinguistik- Korpora und gesprochene Sprache/Romance Corpus Linguistics - Corpora and Spoken Language. Tübingen: Gunter Narr Verlag, pp. 93-106.

Durand, Jacques, Bernard Laks & Chantal Lyche (2009).Le projet PFC: une source de données primaires structurées. In J. Durand, B. Laks et C. Lyche (eds)(2009) Phonologie, variation et accents du français. Paris: Hermès. pp. 19-61. Développement: Atanas Tchobanov Ingénieur de recherche CNRS