Recherche dans la base PFC - Transcriptions
PFC database transcription search

[Enquêtes] [Transcriptions] [Liaisons] [Schwas]


Début First Aide Help

La recherche pour @locuteur 81aar2 a trouvé 108 réponses

Exporter toutes les réponses au format CSV
Info Locuteur Enquête TranscriptionEcoute
56981aar2LacauneE1 : On a préparé euh beaucoup de questions là, euh surtout sur le patois.
57081aar2LacauneAR2 : Oui.
57181aar2LacauneE1 : Savez-vous parler patois ?
57281aar2LacauneAR2 : Un petit peu.
57381aar2LacauneAR2 : Un petit peu, mais, euh, comme je ne parle pas régulièrement il y a des, des mais enfin je le parle quand même assez bien.
57481aar2LacauneAR2 : Alors je vous dirais (elle parle occitan:) cossí anatz?
57581aar2LacauneAR2 : Vous comprenez la signification ?
57681aar2LacauneE2 : Comment allez-vous ?
57781aar2LacauneAR2 : Comment allez-vous ? Alors vous pouvez me répondre.
57881aar2LacauneAR2 : (elle parle occitan:) fort plan, fort bien (E1 et E3 répondent.).
57981aar2LacauneAR2 : Voilà.
58081aar2LacauneAR2 : (elle parle occitan:) Ièr, ièr la soèrada èra formidabla.
58181aar2LacauneE1 : (rires) La soirée était formidable c'est ça ce que vous avez dit ?
58281aar2LacauneAR2 : (elle parle occitan:) Lo temps èra magnifique.
58381aar2LacauneE1 : Le temps était magnifique.
58481aar2LacauneAR2 : (elle parle occitan:) Uèi, per contra, ia de nuatges, e deman plourà.
58581aar2LacauneE3 : Ah, mais aujourd'hui par contre il y a des nuages mais demain il pleut, il pleuvra oui.
58681aar2LacauneAR2 : La météo l'a annoncé et puis quand il fait.
58781aar2LacauneAR2 : (elle parle occitan:) Quand fa aquel vent, aquò es lo vent del euh lo vent del miègjorn.
58881aar2LacauneAR2 : Le ve/, le vent du Midi.
58981aar2LacauneAR2 : (elle parle occitan:) E quand fa lo vent del miègjorn, lo lendeman plou.
59081aar2LacauneE2 : (elle parle occitan:) Encara plourà. (XXXXX)
59181aar2LacauneE3 : Et euh avec qui vous parlez euh l'occitan ?
59281aar2LacauneAR2 : Avec ma grand-mère.
59381aar2LacauneAR2 : Qui elle par contre parlait euh, l'occitan euh, c'était sa première langue.
59481aar2LacauneAR2 : Euh ma qua/ ma grand-mère qui a très bien connu Npers
59581aar2LacauneAR2 : Avec qui elles étaient très intimes.
59681aar2LacauneAR2 : Euh elles ont correspondu parce que ma grand-mère était.
59781aar2LacauneAR2 : Euh plus, elle écrivait très bien, et elle était plus vaillante que moi, parce que moi je pense très, très souvent à Npers
59881aar2LacauneAR2 : Mais je n'écris pas très souvent (rires), ce matin je vous, vous verrez par la suite de l'a/-près-midi, que.
59981aar2LacauneAR2 : C'est parce que je vous aime beaucoup que j'ai fait ce que j'ai fait parce que euh.
60081aar2LacauneAR2 : C'est pour moi c'est import/ euh tr/ beaucoup de, de peine quand je veux faut f/ je fasse.
60181aar2LacauneAR2 : Que j'écrive.
60281aar2LacauneAR2 : Et j'ai des, je dis oh, j'achè/, chaque année, pour le, (elle parle occitan:) cada an, al premièr de l'an, crompi de cartas postalas.
60381aar2LacauneAR2 : Mais, chaque année pour le premier de l'an, j'achète des cartes postales.
60481aar2LacauneAR2 : Mais (elle parle occitan:) las escrivi pas sovent. N'ia un montet come aquò. Et c'est vrai.
60581aar2LacauneAR2 : Et chaque année c'est vrai je me prends ou j/, (rires) oui, j'en ai montr/, j'en ai.
60681aar2LacauneAR2 : Parce qu'en plus tu vois oui j/ j/ j/ j'en achète parce que ça me fait plaisir.
60781aar2LacauneAR2 : Et puis tu vois il y a, je fais euh.
60881aar2LacauneAR2 : Euh je, fais faire des petits calendriers pour parce que tu sais que je fais un petit travail je fais des ventes de produits à domicile.
60981aar2LacauneAR2 : Par réunion, c'est-à-dire que j'invite euh cinq, six personnes, cinq ou six dames, ce matin j'ai eu la visite d'une dame qui venait chercher euh, un catalogue.
61081aar2LacauneAR2 : Pour préparer la réunion, et puis samedi après-midi je vais partir, je vais aller vendre des produits d'entretien et des produits de, de soin, des crèmes, des euh.
61181aar2LacauneAR2 : J'aurais, beaucoup aimé avoir des petits échantillons à vous donner.
61281aar2LacauneAR2 : Mais notre associatiat/, notre euh.
61381aar2LacauneAR2 : Notre boîte si on peut dire ça notre maison mère s'appelle la maison la Stanhome.
61481aar2LacauneAR2 : C'est des produ/ Stanhome c'est des produits communs comme ça.
61581aar2LacauneAR2 : Et ils a/ euh, je vends, alors comme je vends ces produits que je me fais une pub/ petite publicité je vais faire des petits calendriers.
61681aar2LacauneAR2 : Et je mets mes coordonnées, mon numéro de téléphone à la maison, mon numéro de portable et mon nom.
61781aar2LacauneAR2 : Comme ça les clients m'appellent ou les clientes plutôt s/ s/ des clientes m'appellent.
636481aar2LacauneAR2 : Et il y a des fois excusez-moi que ça me.
636581aar2LacauneAR2 : Mais j'ai pas l'habitude de lire des longs textes comme ça déjà, je ne fais pas, beaucoup de lecture et c'est vrai.
636681aar2LacauneE3 : Oui mais c'est bien (XXX).
636781aar2LacauneAR2 : Euh ben.
636881aar2LacauneE3 : De plus on a encore quelques questions, euh, d'abord euh est-ce que vous voulez vous bi/, nous bien euh nous raconter de votre vie ou, qu'est-ce que vous faites ici à Lacaune, quelles sont vos origines et tout ça ?
636981aar2LacauneAR2 : Voilà, alors moi euh déjà, je suis d'origine portugaise, mon père était Portugais.
637081aar2LacauneAR2 : Parce qu'il est décédé en mille neuf cent cinquante quatre.
637181aar2LacauneAR2 : Marié à, maman, qui était d'origine française.
637281aar2LacauneAR2 : Je suis issue d'une famille très nombreuse.
637381aar2LacauneAR2 : Qui était de sept enfants dont un disparu à la naissance.
637481aar2LacauneAR2 : Nous sommes, tous, en vie, les six.
637581aar2LacauneAR2 : C'est quatre garçons, et, deux filles.
637681aar2LacauneAR2 : On est tous marié.
637781aar2LacauneAR2 : Euh, c'est moi qui ait le moins d'enfants.
637881aar2LacauneAR2 : Après tous mes frères et soeurs en ont, deux, trois ou quatre, et moi j'en ai un fils unique, et un qui euh j'ai rapporté à ma famille qui est Npers.
637981aar2LacauneAR2 : Et ça c'est très important à dire parce que.
638081aar2LacauneAR2 : Euh même si on l'a pas conçu, on l'aime beaucoup.
638181aar2LacauneAR2 : Voilà (elle pleure), excusez-moi.
638281aar2LacauneAR2 : Voilà mais.
638381aar2LacauneAR2 : Deux petites secondes.
638481aar2LacauneAR2 : Euh j'ai connu, puis j'ai passé ma jeune enfan/, ma jeune enfance et puis mon adolescence à la maison, parce qu'il m'a fallu beaucoup aider ma maman.
638581aar2LacauneAR2 : Pour élever mes frères et soeurs.
638681aar2LacauneAR2 : Après j'ai t/ rencontré Npers avec qui on s'est marié.
638781aar2LacauneAR2 : On a fondé le foyer.
638881aar2LacauneAR2 : Et on a acheté notre fond de commerce, euh du café, le café.
638981aar2LacauneAR2 : C'est à cette période-là.
639081aar2LacauneAR2 : Que nous avons cherché, un peu pour nous faire aider par du personnel.
639181aar2LacauneAR2 : Et qui est arrivé j'ai, eu Npers (rires), par le biais de, l/, les, les é/, des étudiants à Toulouse, j'étais ravie de la rencontrer parce que.
639281aar2LacauneAR2 : Je le dis et je le maintiens il y a des liens qui se sont créés qui sont, très forts.
639381aar2LacauneAR2 : C'est plus, euh patronne employée puis je crois que j'ai jamais usé de ce terme, c'était plutôt, familial.
639481aar2LacauneAR2 : Et voilà j'ai passé, une grande, alors nous avons tenu notre commerce pendant vingt ans.
639581aar2LacauneAR2 : Donc je me suis fait aider par des jeunes filles, en saison.
639681aar2LacauneAR2 : Npers était, une des premières.
639781aar2LacauneAR2 : Parce que c'était pas parce qu'on n'avait pas envie d'avoir du personnel mais.
639881aar2LacauneAR2 : En France c'est très coûteux d'avoir du personnel.
639981aar2LacauneAR2 : On paye des charges euh, très élevées, vous avez dû euh, peut-être être au courant par ça, on a des charges sociales, pour avoir des employés qui sont très élevées.
640081aar2LacauneAR2 : C'est-à-dire que, pour un trimestre pour euh une, pour avoir un employé, moi quand j'étais en activité je payais déjà.
640181aar2LacauneAR2 : Je crois que c'était, neuf mille francs le trimestre.
640281aar2LacauneAR2 : Pour avoir, un employé, en plus il y avait des cotisations qui étaient prélevées sur le salaire de l'employé.
640381aar2LacauneAR2 : C'est tout ça ça va à l'Etat.
640481aar2LacauneAR2 : Alors c'est très dur à assumer.
640581aar2LacauneAR2 : Et donc euh, je peux vous assurer que j'ai, nous avons beaucoup travaillé Npers et moi.
640681aar2LacauneAR2 : On a beaucoup travaillé mais on n'est pas arrivé à un grand résultat.
640781aar2LacauneAR2 : Parce que euh, pendant notre période.
640881aar2LacauneAR2 : J'ai négligé un peu, mes papiers.
640981aar2LacauneAR2 : Je n'ai pas fait trop de comptabilité.
641081aar2LacauneAR2 : À la suite de ça, on a eu, on peut appeler ça comme ça.
641181aar2LacauneAR2 : Un escroc, autour de nous, qui nous escroquait pas à nous, mais par le biais de cette escroquerie, il nous a fait plonger.
641281aar2LacauneAR2 : Et nous avons subi un contrôle fiscal.
641381aar2LacauneAR2 : Qui nous a coûté.
641481aar2LacauneAR2 : Euh, c'était euh, avant que Npers arrête ses activités.

PFC: Base de données sur le français oral contemporain dans l’espace francophone

Base de données sur le français oral contemporain dans l’espace francophone Le projet international PFC (Phonologie du Français Contemporain), codirigé par Marie-Hélène Côté (Université Laval), Jacques Durand (ERSS, Université de Toulouse-Le Mirail), Bernard Laks (MoDyCo, Université de Paris Ouest) et Chantal Lyche (Universités d'Oslo et de Tromsø), s’adresse à un triple public, susceptible de s’intéresser au français oral dans ses usages attestés et dans sa variation au sein de l’espace francophone : chercheurs, enseignants/apprenants de français et grand public.

Il offre une base de données qui, à terme, constituera la plus grosse base de données orales portant sur le français et l'une des plus grosses bases toutes langues confondues. Cette base peut être utilisée dans le cadre de la recherche (phonétique, phonologie, syntaxe, pragmatique, sociolinguistique, analyse conversationnelle, etc.), de l’enseignement / apprentissage du français (langue étrangère, maternelle ou seconde) et de la diffusion des savoirs (conservation du patrimoine linguistique francophone et présentation générale du français oral contemporain pour les non-spécialistes).

Il se pose comme projet-pilote, suivi par un projet similaire pour l’anglais, Phonologie de l’Anglais Contemporain (PAC), codirigé par Philip Carr (Université de Montpellier III) et Jacques Durand.

AVERTISSEMENT: Les données présentées sur ce site sont issues du projet PFC et restent la propriété exclusive des auteurs représentés par les directeurs du projet . Elles peuvent être reprises et utilisées dans le cadre de travaux scientifiques à visée strictement non commerciale. Toute utilisation des données PFC dans une publication doit obligatoirement faire référence au projet et à son site : http://www.projet-pfc.net et s'accompagner de la citation des deux publications suivantes:

Durand, Jacques, Bernard Laks & Chantal Lyche (2002). La phonologie du français contemporain: usages, variétés et structure. In: C. Pusch & W. Raible (eds.) Romanistische Korpuslinguistik- Korpora und gesprochene Sprache/Romance Corpus Linguistics - Corpora and Spoken Language. Tübingen: Gunter Narr Verlag, pp. 93-106.

Durand, Jacques, Bernard Laks & Chantal Lyche (2009).Le projet PFC: une source de données primaires structurées. In J. Durand, B. Laks et C. Lyche (eds)(2009) Phonologie, variation et accents du français. Paris: Hermès. pp. 19-61. Développement: Atanas Tchobanov Ingénieur de recherche CNRS

PFC Phonology of Contemporary French Corpus

Base de données sur le français oral contemporain dans l’espace francophone Le projet international PFC (Phonologie du Français Contemporain), codirigé par Marie-Hélène Côté (Université Laval), Jacques Durand (ERSS, Université de Toulouse-Le Mirail), Bernard Laks (MoDyCo, Université de Paris Ouest) et Chantal Lyche (Universités d'Oslo et de Tromsø), s’adresse à un triple public, susceptible de s’intéresser au français oral dans ses usages attestés et dans sa variation au sein de l’espace francophone : chercheurs, enseignants/apprenants de français et grand public.

Il offre une base de données qui, à terme, constituera la plus grosse base de données orales portant sur le français et l'une des plus grosses bases toutes langues confondues. Cette base peut être utilisée dans le cadre de la recherche (phonétique, phonologie, syntaxe, pragmatique, sociolinguistique, analyse conversationnelle, etc.), de l’enseignement / apprentissage du français (langue étrangère, maternelle ou seconde) et de la diffusion des savoirs (conservation du patrimoine linguistique francophone et présentation générale du français oral contemporain pour les non-spécialistes).

Il se pose comme projet-pilote, suivi par un projet similaire pour l’anglais, Phonologie de l’Anglais Contemporain (PAC), codirigé par Philip Carr (Université de Montpellier III) et Jacques Durand.

AVERTISSEMENT: Les données présentées sur ce site sont issues du projet PFC et restent la propriété exclusive des auteurs représentés par les directeurs du projet . Elles peuvent être reprises et utilisées dans le cadre de travaux scientifiques à visée strictement non commerciale. Toute utilisation des données PFC dans une publication doit obligatoirement faire référence au projet et à son site : http://www.projet-pfc.net et s'accompagner de la citation des deux publications suivantes:

Durand, Jacques, Bernard Laks & Chantal Lyche (2002). La phonologie du français contemporain: usages, variétés et structure. In: C. Pusch & W. Raible (eds.) Romanistische Korpuslinguistik- Korpora und gesprochene Sprache/Romance Corpus Linguistics - Corpora and Spoken Language. Tübingen: Gunter Narr Verlag, pp. 93-106.

Durand, Jacques, Bernard Laks & Chantal Lyche (2009).Le projet PFC: une source de données primaires structurées. In J. Durand, B. Laks et C. Lyche (eds)(2009) Phonologie, variation et accents du français. Paris: Hermès. pp. 19-61. Développement: Atanas Tchobanov Ingénieur de recherche CNRS