Recherche dans la base PFC - Transcriptions
PFC database transcription search

[Enquêtes] [Transcriptions] [Liaisons] [Schwas]


Début First Aide Help

La recherche pour @locuteur 81afv1 a trouvé 218 réponses

Exporter toutes les réponses au format CSV
Info Locuteur Enquête TranscriptionEcoute
306881afv1LacauneE3 : Merci beaucoup (rires), la troisième chose ce serait euh, quelques questions, qui on a à vous pos/ euh poser.
306981afv1LacauneE3 : Euh d'abord euh est-ce que vous voulez bien nous parler un peu de votre enfance euh de votre vie ici à Lacaune, de vo/ de vos origines peut-être ? (X) personnelle de, de vous.
307081afv1LacauneFV : Bon ben c'est une enfance, à la campagne puisque je suis, /-fin j'ai vécu, toute mon enfance à sept kilomètres de Lacaune, dans un petit village qui s'appelle Nlieu.
307181afv1LacauneFV : Un petit village de quatre vingts habitants.
307281afv1LacauneFV : Voilà, donc avec des parents qui étaient revendeurs de charcuterie rien d'original dans la région.
307381afv1LacauneE3 : Ah bon (rires).
307481afv1LacauneE1 : Et maintenant vous habitez à Lacaune ?
307581afv1LacauneFV : Oui, oui tout près. Depuis trois ans.
307681afv1LacauneE1 : (Chuchote) depuis trois ans.
307781afv1LacauneE3 : Bon et euh, est-ce que vous savez parler, patois ?
307881afv1LacauneFV : (elle parle occitan:) Un pauc (rires), je le comprends plus que je ne le parle.
307981afv1LacauneFV : Mais j'ai une soeur par contre qui, qui est institutrice dans une calandrète.
308081afv1LacauneFV : Donc qui maîtrise très bien l'o/ l'occitan. À Toulouse, oui, à Saint Cypréen.
308181afv1LacauneE1 : Et vos parents et vos, vos grands-parents parlaient-ils patois ?
308281afv1LacauneFV : Oui, oui, oui en fait euh .
308381afv1LacauneFV : En fait, j'ai vécu avec mes, ma grand-mère, et mes parents, donc entre eux ils se parlaient, pratiquement tout le temps en patois.
308481afv1LacauneFV : Et avec nous aussi, surtout quand c'était pour nous gronder.
308581afv1LacauneFV : C'était en patois (rire), donc je le comprends très bien.
308681afv1LacauneFV : Par contre j'ai plus de difficultés pour m'exprimer, c'est pas, c'est pas naturel quoi il faut que.
308781afv1LacauneE3 : Alors vous, vous ne pratiquez pas euh, le patois ?
308881afv1LacauneFV : Je dis quelques phrases par-ci par-là mais euh tenir une conversation de façon spontanée c'est, c'est plus difficile.
308981afv1LacauneE1 : Et parlez-vous patois avec votre soeur ?
309081afv1LacauneFV : Un petit peu, mais alors c'est pas la même chose parce qu'elle c'est vraiment de l'occitan normalisé.
309181afv1LacauneFV : Moi, c'est du patois avec euh des mots qui ont été un petit peu adaptés, qui reste local donc parfois.
309281afv1LacauneFV : On n'a pas les, /-fin euh.
309381afv1LacauneFV : Je comprends pas toujours ce qu'elle me dit quoi, elle emploie des termes que, qui sont pas euh naturels.
309481afv1LacauneE3 : Et est-ce que vous savez euh lire, le patois euh, est-ce que vous lisez parfois des livres, des journaux ?
309581afv1LacauneE3 : Des choses comme ça ?
309681afv1LacauneFV : Oui j'en ai fait quand même euh, au collège.
309781afv1LacauneFV : Et en terminale, avec Monsieur Npers oui (rires), en terminale également.
309881afv1LacauneE3 : Ben oui (rires).
309981afv1LacauneFV : Donc oui, j'avais lu un ouvrage de Joan Bodon.
310081afv1LacauneFV : Et, des articles, des.
310181afv1LacauneFV : Et bon encore je, je lis quelques, quelques papiers en occitan.
310281afv1LacauneE1 : Et écrivez-vous le patois aussi ?
310381afv1LacauneFV : Je l'ai eu écrit en terminale puisque ça faisait partie, mais là en fait il faudrait me remémorer toutes les règles grammaticales.
310481afv1LacauneFV : Là ce serait plus du phonétique que euh, que de l'occitan vraiment.
310581afv1LacauneFV : (E2 tousse) Avec l'orthographe.
310681afv1LacauneFV : Normalisée, à la Borde-Basse à Castres, oui.
310781afv1LacauneFV : Et c'est vrai que, en fait c'est un peu surprenant après au niveau de l'épreuve.
310881afv1LacauneFV : Puisque on nous a demandé seulement de lire, et de traduire euh quelques phrases du texte, /-fin j'ai trouvé.
310981afv1LacauneFV : (pause) C'était plus de la compréhension de l'occitan que de la pratique au niveau oral ou écrite.
311081afv1LacauneFV : Ça m'a surpris oui, oui. (rires)
311181afv1LacauneE3 : Est-ce que vous connaissez euh, quelques chansons, euh en occitan ?
311281afv1LacauneFV : (elle parle occitan:) Se canta.
311381afv1LacauneE3 : Ah (rires), on le connaît aussi (rires).
311481afv1LacauneE2 : Elles ont appris
311581afv1LacauneFV : /-fin des refrains qu'on entonne lors de fêtes et qui sont un /-tit peu grossières parfois.
311681afv1LacauneFV : (tousse) Voilà.
311781afv1LacauneE1 : Est-ce que cela vous arrive d'entendre des, des chansons à la radio, des chansons en occitan à la radio ? des émissions à la télé ?
311881afv1LacauneFV : Oui parfois, oui, oui, oui.
311981afv1LacauneFV : Oui des radios aveyronnaises, où il y a parfois des, des, des émissions, occitanes.
312081afv1LacauneFV : Puis il y a 'Viure Al Païs' sur euh, FR3 le dimanche, aussi.
312181afv1LacauneFV : Et après ben, chaque année on faisait une journée occitane, où il y avait des groupes folkloriques et où parfois, oui.
312281afv1LacauneFV : Il y avait des conteurs, enfin c'était plus du patois que de l'occitan hein.
1878981afv1LacauneFV : (rires) Allez, je vais le faire (pause).
1879081afv1LacauneE1 : Vous écrivez seulement euh, ce qu'on a à payer et euh, ce qu'on avait payé déjà alors euh, vous écrivez euh.
1879181afv1LacauneE1 : Qu'il y a. Alors, cent quinze euh, .
1879281afv1LacauneFV : (pause) Treize personnes, treize personnes, donc ça fait un total de, mille quatre cents quatre vingt quinze, (pause, elle écrit en même temps) euros.
1879381afv1LacauneE1 : Et voilà ce qu'on a déjà payé vous pouvez le mettre là aussi peut-être ?
1879481afv1LacauneE1 : (pause) C'est quatre cents.
1879581afv1LacauneFV : Versement chèque je l'ai marqué, (pause) je sais pas si ça va pour vous hein mais .
1879681afv1LacauneFV : Euh quatre cents deux, cinquante.
1879781afv1LacauneFV : (pause) Euh, reste du, je vais marquer.
1879881afv1LacauneE1 : (pause) Mille euh .
1879981afv1LacauneFV : (pause) Super, voilà, ça, ça va ?
1880081afv1LacauneE1 : Oui c'est très bien merci.
1880181afv1LacauneFV : Comme ça. Oui si vous voulez, (rires) si vous comprenez quelque chose, à ce niveau-là.
1880281afv1LacauneFV : Je suis désolée, mais les calculatrices c'est tellement pratique que quand on n'en a plus (rires), on est perdu.
1880381afv1LacauneE1 : Oui.
1880481afv1LacauneE2 : Vous n'avez pas sur l'ordinateur ?
1880581afv1LacauneFV : Si mais, très vieux.
1880681afv1LacauneE2 : Comme il n'est pas branché (XX).
1880781afv1LacauneFV : Votre séjour s'est bien déroulé ?
1880881afv1LacauneE3 : Oui.
1880981afv1LacauneE1 : Ouais.
1881081afv1LacauneFV : Excepté le temps qui était pas.
1881181afv1LacauneE2 : Le temps (XXX) .
1881281afv1LacauneE2 : On a fait une promenade ce matin, en ville.
1881381afv1LacauneFV : Et vous avez visité euh, Lacaune ou vous êtes restées sur Lacaune ou au-delà.
1881481afv1LacauneE3 : Oui, oui.
1881581afv1LacauneE3 : Tout près oui, on avait pas de voiture et pour ça il fallait qu'on reste ici (rires).
1881681afv1LacauneFV : D'accord.
1881781afv1LacauneFV : Mais c'était.
1881881afv1LacauneE1 : On a visité les écoles et on a fait des, des, des enregistrements et tout ça.
1881981afv1LacauneE3 : (XXXX) des musées et. on a été souvent invité à l'apéro, au repas. C'était bien.
1882081afv1LacauneE3 : On est bien accueilli ici hein, c'est ils sont très, très, très gentils les gens ici.
1882181afv1LacauneE3 : Il n'y a qu'une exception mais (rires).
1882281afv1LacauneE2 : Voilà, à la, à l'attitude là au Châlet on s'est fait virer (rires) .
1882381afv1LacauneFV : À quel moment c'était ?
1882481afv1LacauneE2 : Npers on l'appelle Barbichette parce qu'il a une petite barbe là, que je connais depuis euh, depuis le début quoi (un client, XX, arrive) .
1882581afv1LacauneE2 : (tout le monde dit bonjour). Et euh, bon on avait, on avait de/ demander à midi si on pouvait euh revenir le soir et se mettre là euh, euh, euh, euh sur la terrasse euh, au coin.
1882681afv1LacauneE2 : Et euh, et quand on a euh, a commencé là et euh, il est venu pour nous dire que ça va pas qu'il fallait prendre son autorité là le patron (rires) il nous a, il nous a mis à la porte, au début il était très gentil et puis il s'est énervé euh on, on ne sait pas pourquoi et euh on nous a mis dehors, il nous a mis dehors (rires).
1882781afv1LacauneE2 : Et euh.
1882881afv1LacauneFV : Et c'est vrai qu'on n'arrive pas à avoir des contacts euh, toujours faciles, excusez-moi je vais juste euh, bonjour.
1882981afv1LacauneXX : Bonjour euh hier mon papy est venu acheter un billet euh de (XXXXX).
1883081afv1LacauneFV : Oui ?
1883181afv1LacauneXX : Et euh j'aimerais bien lui prendre le billet parce qu'il l'a, il l'a pas pris.
1883281afv1LacauneFV : Il a pas pris le billet ?
1883381afv1LacauneXX : Non, parce qu'il était pas sûr qu'elle, qu'elle venait ?

PFC: Base de données sur le français oral contemporain dans l’espace francophone

Base de données sur le français oral contemporain dans l’espace francophone Le projet international PFC (Phonologie du Français Contemporain), codirigé par Marie-Hélène Côté (Université Laval), Jacques Durand (ERSS, Université de Toulouse-Le Mirail), Bernard Laks (MoDyCo, Université de Paris Ouest) et Chantal Lyche (Universités d'Oslo et de Tromsø), s’adresse à un triple public, susceptible de s’intéresser au français oral dans ses usages attestés et dans sa variation au sein de l’espace francophone : chercheurs, enseignants/apprenants de français et grand public.

Il offre une base de données qui, à terme, constituera la plus grosse base de données orales portant sur le français et l'une des plus grosses bases toutes langues confondues. Cette base peut être utilisée dans le cadre de la recherche (phonétique, phonologie, syntaxe, pragmatique, sociolinguistique, analyse conversationnelle, etc.), de l’enseignement / apprentissage du français (langue étrangère, maternelle ou seconde) et de la diffusion des savoirs (conservation du patrimoine linguistique francophone et présentation générale du français oral contemporain pour les non-spécialistes).

Il se pose comme projet-pilote, suivi par un projet similaire pour l’anglais, Phonologie de l’Anglais Contemporain (PAC), codirigé par Philip Carr (Université de Montpellier III) et Jacques Durand.

AVERTISSEMENT: Les données présentées sur ce site sont issues du projet PFC et restent la propriété exclusive des auteurs représentés par les directeurs du projet . Elles peuvent être reprises et utilisées dans le cadre de travaux scientifiques à visée strictement non commerciale. Toute utilisation des données PFC dans une publication doit obligatoirement faire référence au projet et à son site : http://www.projet-pfc.net et s'accompagner de la citation des deux publications suivantes:

Durand, Jacques, Bernard Laks & Chantal Lyche (2002). La phonologie du français contemporain: usages, variétés et structure. In: C. Pusch & W. Raible (eds.) Romanistische Korpuslinguistik- Korpora und gesprochene Sprache/Romance Corpus Linguistics - Corpora and Spoken Language. Tübingen: Gunter Narr Verlag, pp. 93-106.

Durand, Jacques, Bernard Laks & Chantal Lyche (2009).Le projet PFC: une source de données primaires structurées. In J. Durand, B. Laks et C. Lyche (eds)(2009) Phonologie, variation et accents du français. Paris: Hermès. pp. 19-61. Développement: Atanas Tchobanov Ingénieur de recherche CNRS

PFC Phonology of Contemporary French Corpus

Base de données sur le français oral contemporain dans l’espace francophone Le projet international PFC (Phonologie du Français Contemporain), codirigé par Marie-Hélène Côté (Université Laval), Jacques Durand (ERSS, Université de Toulouse-Le Mirail), Bernard Laks (MoDyCo, Université de Paris Ouest) et Chantal Lyche (Universités d'Oslo et de Tromsø), s’adresse à un triple public, susceptible de s’intéresser au français oral dans ses usages attestés et dans sa variation au sein de l’espace francophone : chercheurs, enseignants/apprenants de français et grand public.

Il offre une base de données qui, à terme, constituera la plus grosse base de données orales portant sur le français et l'une des plus grosses bases toutes langues confondues. Cette base peut être utilisée dans le cadre de la recherche (phonétique, phonologie, syntaxe, pragmatique, sociolinguistique, analyse conversationnelle, etc.), de l’enseignement / apprentissage du français (langue étrangère, maternelle ou seconde) et de la diffusion des savoirs (conservation du patrimoine linguistique francophone et présentation générale du français oral contemporain pour les non-spécialistes).

Il se pose comme projet-pilote, suivi par un projet similaire pour l’anglais, Phonologie de l’Anglais Contemporain (PAC), codirigé par Philip Carr (Université de Montpellier III) et Jacques Durand.

AVERTISSEMENT: Les données présentées sur ce site sont issues du projet PFC et restent la propriété exclusive des auteurs représentés par les directeurs du projet . Elles peuvent être reprises et utilisées dans le cadre de travaux scientifiques à visée strictement non commerciale. Toute utilisation des données PFC dans une publication doit obligatoirement faire référence au projet et à son site : http://www.projet-pfc.net et s'accompagner de la citation des deux publications suivantes:

Durand, Jacques, Bernard Laks & Chantal Lyche (2002). La phonologie du français contemporain: usages, variétés et structure. In: C. Pusch & W. Raible (eds.) Romanistische Korpuslinguistik- Korpora und gesprochene Sprache/Romance Corpus Linguistics - Corpora and Spoken Language. Tübingen: Gunter Narr Verlag, pp. 93-106.

Durand, Jacques, Bernard Laks & Chantal Lyche (2009).Le projet PFC: une source de données primaires structurées. In J. Durand, B. Laks et C. Lyche (eds)(2009) Phonologie, variation et accents du français. Paris: Hermès. pp. 19-61. Développement: Atanas Tchobanov Ingénieur de recherche CNRS