Recherche dans la base PFC - Liaisons
PFC database liaison search

[Enquêtes] [Transcriptions] [Liaisons] [Schwas]


Début First Aide Help

La recherche pour @locuteur ciasn1 a trouvé 119 réponses

Exporter toutes les réponses au format CSV
Info Locuteur Enquête Contexte Gauche Liaison EcouteContexte droit L1L2L3L4L5
14292ciasn1Abidjan estest [t] enen grand11t émoi1t
14293ciasn1Abidjan est11t en grandgrand [t] émoiémoi1t
14294ciasn1Abidjan enen [n] aa (silence) a en effet décidé de faire étape dans cette commune1nVO
14295ciasn1Abidjan en a (silence) a enen [n] effeteffet décidé de faire étape dans cette commune1nVN
14296ciasn1Abidjan ses chemiseschemises [h] enen soie0h
14297ciasn1Abidjan quatrième aux jeuxjeux [z] olympiquesolympiques de Berlin en dix-neuf cent trente-six1z
14298ciasn1Abidjan sonson [n] usineusine de pâtes10h italiennes1nVN
14299ciasn1Abidjan son usine de pâtespâtes [h] italiennesitaliennes0h
14300ciasn1Abidjan Qu'est-ce qui a donc valu à Beaulieu ce grandgrand [t] honneurhonneur1t
14301ciasn1Abidjan lassé des circuitscircuits [h] habituelshabituels qui tournaient toujours20h autour des mêmes villes0h
14302ciasn1Abidjan lassé des circuits20h habituels qui tournaient toujourstoujours [h] autourautour des mêmes villes0h
14303ciasn1Abidjan estest [t] enen revanche très11z inquiet1t
17218ciasn1AbidjanCIAS1: Il y a des méthodesméthodes [ ] aussiaussi pour compter0
17219ciasn1AbidjanCIAS1: Et ces méthodes pour compter onon [n] aa commencé par tout simplement nos matières nos matériels euh naturels E1: ui 1nVN
17220ciasn1AbidjanCIAS1: Devant les bars il y a plein Les gens boivent tellement E1: ui onon [n] aa plein de capsules 1nVN
17221ciasn1AbidjanCIAS1: Dès le premier jour de rentrée de classe on demande auxaux [z] enfantsenfants de nous11z apporter des capsules E1: ui1z
17222ciasn1AbidjanCIAS1: Dès le premier jour de rentrée de classe on demande aux11z enfants de nousnous [z] apporterapporter des capsules E1: ui1z
17223ciasn1AbidjanCIAS1: Donc on nousnous [z] apporteapporte des graines des capsules1z
17224ciasn1AbidjanCIAS1: Et pendant lesles [z] heuresheures de mathématique on fait un mélange de ces trois1z
17225ciasn1AbidjanCIAS1: Et puispuis [ ] onon demande à enfant de faire un tri0
17226ciasn1AbidjanCIAS1: Quand E1: ui on n'est pas enfant on se dit que mais ça c'est même paspas [h] unun exercice0h
17227ciasn1AbidjanCIAS1: Mais ce n'est pas facile pour unun [n] enfantenfant de E1: C'est pas facile pour un enfant quatre/1nVN
17228ciasn1AbidjanCIAS1: Surtout on reçoit des enfants même de quatre E1: ui à sixsix [z] ansans1z
17229ciasn1AbidjanCIAS1: Donc enfant commence à faire des tris SoitSoit [ ] ilil réussit0
17230ciasn1AbidjanCIAS1: Et ils le font rapidement E1: Il faut il faut qu'ils le fassent Il faut qu'ilsils [z] arriventarrivent vraiment20 à distinguer E1: ui un de autre E1: ui1z
17231ciasn1AbidjanCIAS1: Et ils le font rapidement E1: Il faut il faut qu'ils le fassent Il faut qu'ils11z arrivent vraimentvraiment [ ] àà distinguer E1: ui un de autre E1: ui0
17232ciasn1AbidjanCIAS1: Déjà quandquand [ ] ilil arrive à fixer ça c'est déjà une bonne chose0
17233ciasn1AbidjanCIAS1: Et puis maintenant on va alleraller [h] auxaux phases de décomposition E1: ui0h
17234ciasn1AbidjanCIAS1: () onon [n] estest très relax avec les enfants Bon aujourhui on va travailler avec quoi soit des cailloux ou bien des capsules 1nVN
17235ciasn1AbidjanCIAS1: Bon maîtresse c'est des cailloux euh des Bon la la plus grande majorité quandquand [t] ilsils décident alors on choisit1t
17236ciasn1AbidjanCIAS1: n prend soit des cailloux et puispuis [ ] onon fait des tris E1: Ah oui0
17237ciasn1AbidjanCIAS1: nOn [n] apprendapprend à écrire le nombre cinq dans ce cas E1: Ah oui1nVN
17238ciasn1AbidjanCIAS1: r euh laps de dans ce même euh temps là E1: ui onon [n] écritécrit cinq en lettres1nVN
17239ciasn1AbidjanCIAS1: onon [n] écritécrit cinq en chiffre E1: En chiffre1nVN
17240ciasn1AbidjanCIAS1: Voilà touttout [t] ensembleensemble Et toute la semaine on n'apprend que cette lettre-là1t
17241ciasn1AbidjanCIAS1: et sa décomposition sonson [n] écritureécriture E1: ui et tout E1: Hum1nVN
17242ciasn1AbidjanCIAS1: Au CP1 E1: ui onon [n] estest limité jusqu'à neuf E1: Ah oui1nVN
17243ciasn1AbidjanCIAS1: Voilà Au CP2 de de dix jusqu'à euh centcent [h] etet plus0h,
17244ciasn1AbidjanCIAS1: Et E1: ui puis bon ainsi de suite E1: ainsi de suite c'est progressif E1: Voilà c'est progressif nOn [n] arrivearrive doucement1nVN
17245ciasn1AbidjanCIAS1: donc dansdans [z] uneune seule matière on va doucement doucement E1; ui oui oui1z
17246ciasn1AbidjanCIAS1: Et puis euh il y a aussi pour les couleurs E1: Ah oui les couleurs nOn [n] apprendapprend les couleurs à partir de la mathématique1nVN
17247ciasn1AbidjanCIAS1: Tous les matins enfant comme étantétant [ ] àà la maison0
17248ciasn1AbidjanCIAS1: et puispuis [h] ilil aime (bruits de talons) vraiment amuser E1: ui0h,
17249ciasn1AbidjanCIAS1: Voilà Donc euh tous les matins on sort avec lesles [z] enfantsenfants se défouler un peu1z
17250ciasn1AbidjanCIAS1: Et avant que on ne fasse cette sortie lesles [z] enfantsenfants sont10 organisés par groupe E1: Ah oui de couleurs sept couleurs1z
17251ciasn1AbidjanCIAS1: Et avant que on ne fasse cette sortie les11z enfants sontsont [ ] organisésorganisés par groupe E1: Ah oui de couleurs sept couleurs0
17252ciasn1AbidjanCIAS1: Et il doitdoit [h] apprendreapprendre à se familiariser abord avec ces couleurs E1: ui les premières semaines E1: ui0h
17253ciasn1AbidjanCIAS1: Mais il n'arrive paspas [ ] àà fixer E1: ui Parce que quand11t il arrive à fixer c'est10h un automatisme E1: ui0
17254ciasn1AbidjanCIAS1: Mais il n'arrive pas10 à fixer E1: ui Parce que quandquand [t] ilil arrive à fixer c'est10h un automatisme E1: ui1t
17255ciasn1AbidjanCIAS1: Mais il n'arrive pas10 à fixer E1: ui Parce que quand11t il arrive à fixer c'estest [h] unun automatisme E1: ui0h
17256ciasn1AbidjanCIAS1: Voilà Donc E1: Après c'est un automatisme onon [n] apprendhapprend20h à fixer les couleurs abord1nVN
17257ciasn1AbidjanCIAS1: Voilà Donc E1: Après c'est un automatisme on apprendapprend [h] àà fixer les couleurs abord0h
17258ciasn1AbidjanCIAS1: et puispuis [h] àà se familiariser20 avec euh ses camarades avec son groupe0h
17259ciasn1AbidjanCIAS1: et puis10h à se familiariserfamiliariser [ ] avecavec euh ses camarades avec son groupe0
17260ciasn1AbidjanCIAS1: A voir E1: ui par rapport auxaux [z] autresautres groupes quelle couleur ils11z ont1z
17261ciasn1AbidjanCIAS1: A voir E1: ui par rapport aux11z autres groupes quelle couleur ilsils [z] ontont1z
17262ciasn1AbidjanCIAS1: Et il connaît les couleurs desdes [z] autresautres E1: Ah oui1z
22187ciasn1AbidjanCIAS1: Il y/ il y a une origine aussi hein Je peux expliquerexpliquer [ ] aussiaussi0
22188ciasn1AbidjanCIAS1: Parce que vous savez chez nousnous [ ] iciici c'est compliqué là-bas Moi je suis née au village0
22189ciasn1AbidjanCIAS1: Et quand je suis née onon [n] aa dit: 'ah voilà tiens il y a une deuxième femme1nVN
22190ciasn1AbidjanCIAS1: Et ilsils [z] ontont commencé à me doter Donc ils n'avaient même pas10h une idée de me mettre à école1z
22191ciasn1AbidjanCIAS1: Et ils11z ont commencé à me doter Donc ils n'avaient même paspas [h] uneune idée de me mettre à école0h
22192ciasn1AbidjanCIAS1: Donc j'étais vraiment vouée à resterrester [ ] auau village et au bon soin de tout le monde0
22193ciasn1AbidjanCIAS1: Et là euh c'est lui qui est venu me récupérerrécupérer [h] unun matin là 'Attendez je vais prendre ma nièce'0h
22194ciasn1AbidjanCIAS1: 'Et puis bon elle va resterrester [ ] unun moment avec moi'0
22195ciasn1AbidjanCIAS1: C'est là Euh chez nous c'est le matriarcat Donc côté maman ilsils [z] ontont la priorité sur tout1z
22196ciasn1AbidjanCIAS1: Donc sans demander même avisavis [ ] àà mon papa eux donc ils11z ont fait donc0
22197ciasn1AbidjanCIAS1: Donc sans demander même avis20 à mon papa eux donc ilsils [z] ontont fait donc1z
22198ciasn1AbidjanCIAS1: Voilà Pour expliquerexpliquer [ ] unun peu mon nom et puis ma date de naissance je maîtrise même pas0
22199ciasn1AbidjanCIAS1: C'estCest [ ] unun peu loin de tout dans la région de Sakassou E2: Sakassou Sakassou () Hum hum0
22200ciasn1AbidjanCIAS1: Bon euh comme je ai dit quand j'étais petite j'étaisjétais [ ] auau village jusqu'à âge de trois quatre ans0
22201ciasn1AbidjanCIAS1: Et là euh j'ai ma grand-mère la tante à ma maman qui est venue me récupérer pour m'amenermamener [h] àà Divo0h
22202ciasn1AbidjanCIAS1: Là E2: A Divo et en quatre ans troistrois [z] ansans quatre ans je peux pas maîtriser1z
22203ciasn1AbidjanCIAS1: Donc j'ai faitfait [ ] unun moment20 à Divo0
22204ciasn1AbidjanCIAS1: Donc j'ai fait10 un momentmoment [ ] àà Divo0
22205ciasn1AbidjanCIAS1: et oncle est venu me chercher pour m'amenermamener [h] àà Bouaké0h
22206ciasn1AbidjanCIAS1: nOn [n] estest resté à Bouaké Air France où on m'a scolarisée1nVN
22207ciasn1AbidjanCIAS1: et là onon [n] estest parti sur le ord à Ferkéssédougou1nVN
22208ciasn1AbidjanCIAS1: Donc de Ferké onon [n] estest resté un moment1nVN
22209ciasn1AbidjanCIAS1: Euh le quartier qu'onon [n] habitaithabitait c'était20 un quartier de fonctionnaires euh de Travaux Publics1nVN
22210ciasn1AbidjanCIAS1: Euh le quartier qu'on habitait c'étaitétait [ ] unun quartier de fonctionnaires euh de Travaux Publics0
22211ciasn1AbidjanCIAS1: Voilà AuxAux [z] alentoursalentours même de leurs services1z
22212ciasn1AbidjanCIAS1: Donc onon [n] étaitétait logés dans le ce cadre-là1nVN
22213ciasn1AbidjanCIAS1: Et là j'ai fait euh peut-être euh cinq à sixsix [z] ansans là1z
22214ciasn1AbidjanCIAS1: Et puis euh quand j'allaisjallais [h] auau CM20h
22215ciasn1AbidjanCIAS1: pour une petite punition on m'a envoyée un peu plusplus [z] auau ord encore1z
22216ciasn1AbidjanCIAS1: A uangolodougou onon [n] aa passé Entrée en Sixième et les ()1nVN
22217ciasn1AbidjanCIAS1: Hum Là c'étaitétait [ ] enen soixante-douze là0
22218ciasn1AbidjanCIAS1: Et puispuis [h] aprèsaprès la Sixième on a été affecté encore à Adzopé0h,
22219ciasn1AbidjanCIAS1: Et puis10h après la Sixième onon [n] aa été affecté encore à Adzopé1nVN
22220ciasn1AbidjanCIAS1: Et à Adzopé onon [n] étaitétait20 aussi dans le quartier des fonctionnaires1nVN
22221ciasn1AbidjanCIAS1: Et à Adzopé on étaitétait [ ] aussiaussi dans le quartier des fonctionnaires0
22222ciasn1AbidjanCIAS1: Puisque étant toujours aux TP il était euh le che/ onon [n] appelaitappelait en son temps Chef Secteur des TP1nVN
22223ciasn1AbidjanCIAS1: C'est lui qui occupait desdes [z] ouvriersouvriers qui nettoyaient les11z abords des routes20h en son temps1z
22224ciasn1AbidjanCIAS1: C'est lui qui occupait des11z ouvriers qui nettoyaient lesles [z] abordsabords des routes20h en son temps1z
22225ciasn1AbidjanCIAS1: C'est lui qui occupait des11z ouvriers qui nettoyaient les11z abords des routesroutes [h] enen son temps0h,
22226ciasn1AbidjanCIAS1: Là onon [n] estest resté de s/ soixante-douze soixante-douze soixante-treize à soixante-quinze1nVN
22227ciasn1AbidjanCIAS1: Et là encore euh onon [n] aa eu une affectation1nVN
22228ciasn1AbidjanCIAS1: Et là comme j'allaisjallais [ ] enen classe examen je suis restée à Adzopé avec euh maintenant un tuteur0
22229ciasn1AbidjanCIAS1: Euh il m'a laissé la petite voiture une 33 [,] avecavec laquelle je me débrouillais pour me déplacer4,

PFC: Base de données sur le français oral contemporain dans l’espace francophone

Base de données sur le français oral contemporain dans l’espace francophone Le projet international PFC (Phonologie du Français Contemporain), codirigé par Marie-Hélène Côté (Université Laval), Jacques Durand (ERSS, Université de Toulouse-Le Mirail), Bernard Laks (MoDyCo, Université de Paris Ouest) et Chantal Lyche (Universités d'Oslo et de Tromsø), s’adresse à un triple public, susceptible de s’intéresser au français oral dans ses usages attestés et dans sa variation au sein de l’espace francophone : chercheurs, enseignants/apprenants de français et grand public.

Il offre une base de données qui, à terme, constituera la plus grosse base de données orales portant sur le français et l'une des plus grosses bases toutes langues confondues. Cette base peut être utilisée dans le cadre de la recherche (phonétique, phonologie, syntaxe, pragmatique, sociolinguistique, analyse conversationnelle, etc.), de l’enseignement / apprentissage du français (langue étrangère, maternelle ou seconde) et de la diffusion des savoirs (conservation du patrimoine linguistique francophone et présentation générale du français oral contemporain pour les non-spécialistes).

Il se pose comme projet-pilote, suivi par un projet similaire pour l’anglais, Phonologie de l’Anglais Contemporain (PAC), codirigé par Philip Carr (Université de Montpellier III) et Jacques Durand.

AVERTISSEMENT: Les données présentées sur ce site sont issues du projet PFC et restent la propriété exclusive des auteurs représentés par les directeurs du projet . Elles peuvent être reprises et utilisées dans le cadre de travaux scientifiques à visée strictement non commerciale. Toute utilisation des données PFC dans une publication doit obligatoirement faire référence au projet et à son site : http://www.projet-pfc.net et s'accompagner de la citation des deux publications suivantes:

Durand, Jacques, Bernard Laks & Chantal Lyche (2002). La phonologie du français contemporain: usages, variétés et structure. In: C. Pusch & W. Raible (eds.) Romanistische Korpuslinguistik- Korpora und gesprochene Sprache/Romance Corpus Linguistics - Corpora and Spoken Language. Tübingen: Gunter Narr Verlag, pp. 93-106.

Durand, Jacques, Bernard Laks & Chantal Lyche (2009).Le projet PFC: une source de données primaires structurées. In J. Durand, B. Laks et C. Lyche (eds)(2009) Phonologie, variation et accents du français. Paris: Hermès. pp. 19-61. Développement: Atanas Tchobanov Ingénieur de recherche CNRS

PFC Phonology of Contemporary French Corpus

Base de données sur le français oral contemporain dans l’espace francophone Le projet international PFC (Phonologie du Français Contemporain), codirigé par Marie-Hélène Côté (Université Laval), Jacques Durand (ERSS, Université de Toulouse-Le Mirail), Bernard Laks (MoDyCo, Université de Paris Ouest) et Chantal Lyche (Universités d'Oslo et de Tromsø), s’adresse à un triple public, susceptible de s’intéresser au français oral dans ses usages attestés et dans sa variation au sein de l’espace francophone : chercheurs, enseignants/apprenants de français et grand public.

Il offre une base de données qui, à terme, constituera la plus grosse base de données orales portant sur le français et l'une des plus grosses bases toutes langues confondues. Cette base peut être utilisée dans le cadre de la recherche (phonétique, phonologie, syntaxe, pragmatique, sociolinguistique, analyse conversationnelle, etc.), de l’enseignement / apprentissage du français (langue étrangère, maternelle ou seconde) et de la diffusion des savoirs (conservation du patrimoine linguistique francophone et présentation générale du français oral contemporain pour les non-spécialistes).

Il se pose comme projet-pilote, suivi par un projet similaire pour l’anglais, Phonologie de l’Anglais Contemporain (PAC), codirigé par Philip Carr (Université de Montpellier III) et Jacques Durand.

AVERTISSEMENT: Les données présentées sur ce site sont issues du projet PFC et restent la propriété exclusive des auteurs représentés par les directeurs du projet . Elles peuvent être reprises et utilisées dans le cadre de travaux scientifiques à visée strictement non commerciale. Toute utilisation des données PFC dans une publication doit obligatoirement faire référence au projet et à son site : http://www.projet-pfc.net et s'accompagner de la citation des deux publications suivantes:

Durand, Jacques, Bernard Laks & Chantal Lyche (2002). La phonologie du français contemporain: usages, variétés et structure. In: C. Pusch & W. Raible (eds.) Romanistische Korpuslinguistik- Korpora und gesprochene Sprache/Romance Corpus Linguistics - Corpora and Spoken Language. Tübingen: Gunter Narr Verlag, pp. 93-106.

Durand, Jacques, Bernard Laks & Chantal Lyche (2009).Le projet PFC: une source de données primaires structurées. In J. Durand, B. Laks et C. Lyche (eds)(2009) Phonologie, variation et accents du français. Paris: Hermès. pp. 19-61. Développement: Atanas Tchobanov Ingénieur de recherche CNRS