Recherche dans la base PFC - Transcriptions
PFC database transcription search

[Enquêtes] [Transcriptions] [Liaisons] [Schwas]


Début First Aide Help

La recherche pour @locuteur 13brp1 a trouvé 292 réponses

Exporter toutes les réponses au format CSV
Info Locuteur Enquête TranscriptionEcoute
748113brp1Aix-MarseilleE1: Et hum, donc quand,
748213brp1Aix-MarseilleE1: Quand vous s/enfin euh vos parents parlaient euh français euh ou ils parlaient Occitan ou,
748313brp1Aix-MarseilleRP1: Quand j'étais petit,
748413brp1Aix-MarseilleRP1: que ma grand-mère me gardait,
748513brp1Aix-MarseilleRP1: elle savait pas parler français, on parlait que l'Occitan,
748613brp1Aix-MarseilleRP1: Moi je parlais que l'Occitan,
748713brp1Aix-MarseilleRP1: et d'abord j'étais pas le seul tout le monde f/ parlait comme ça.
748813brp1Aix-MarseilleRP1: D'abord quand on allait à l'école,
748913brp1Aix-MarseilleRP1: on nous l'interdisait après c'était interdit,
749013brp1Aix-MarseilleRP1: de même dans la cour, entre collègues euh, petits on se parlait rien qu'en Occitan,
749113brp1Aix-MarseilleRP1: en patois on disait nous voilà ,
749213brp1Aix-MarseilleRP1: En patois, a maint/ après on nous l'a interdit.
749313brp1Aix-MarseilleRP1: Mais enf/ ça fait rien moi j'ai toujours parlé avec mes parents hein,
749413brp1Aix-MarseilleE1: Et vos parents avec vous ils euh (XXX)
749513brp1Aix-MarseilleRP1: Npersonne un peu moins parce que, lui il avait six ans de moins que moi tu vois,
749613brp1Aix-MarseilleRP1: mais avec mon frère on avait treize mois, on était comme jumeaux ah.
749713brp1Aix-MarseilleRP1: Alors à la chasse tous les chiens ils savaient pas parler français. (rires) Ils parlaient que patois (rires).
749813brp1Aix-MarseilleRP1: Viens ici viens (XXX) (rires),
749913brp1Aix-MarseilleE2: Et euh Npersonne il a pas ses,
750013brp1Aix-MarseilleE2: L'écart de six ans, c'est là que ça a été interdit de le parler à l'école et que c'est pour ça qu'il le parlait pas lui ?
750113brp1Aix-MarseilleRP1: Non, ça a été interdit, c'est, il le, il le, il le parlait lui aussi mais ah j/ je vais te dire, avec moi il le parlait pas parce qu'on est,
750213brp1Aix-MarseilleRP1: on sortait pas ensemble, non à la maison, il le parlait mais c/ quand même, ça se,
750313brp1Aix-MarseilleRP1: c/ça tendait à, à moins parler après les gens, même ma tante, pourtant c'est eux qui m'avaient élevé hein,
750413brp1Aix-MarseilleRP1: le petitou 'euh parlès pas prouvençau'
750513brp1Aix-MarseilleRP1: parle pas patois, il y a que les vieux qui parlent patois',
750613brp1Aix-MarseilleRP1: et c'est vrai hein, ils voulaient pas que tu parles,
750713brp1Aix-MarseilleRP1: et pourtant là-bas tu étais obligé tout le monde il te parlait en patois.
750813brp1Aix-MarseilleRP1: En plus quand tu es minot que tu as deux trois ans que tu sais à peine, que tu parl/,
750913brp1Aix-MarseilleRP1: c'est, c/c'est joli ça y plaisait à tous les vieux ça tu comprends,
751013brp1Aix-MarseilleRP1: ils faisaient parler hein.
751113brp1Aix-MarseilleE1: Et ouais. Mais c'est qui qui euh, qui vous a appris le français alors ?
751213brp1Aix-MarseilleRP1: Ah ben j'avais appris le français après.
751313brp1Aix-MarseilleRP1: Quand je suis allé à l'école tout on parlait bien,
751413brp1Aix-MarseilleRP1: mais même on parlait pas/ mais on parlait en français un peu aussi hein,
751513brp1Aix-MarseilleRP1: mais pas, on savait pas bien le parler hein, on en estropiait tous les mots.
751613brp1Aix-MarseilleRP1: Ma grand-mère elle essayait de me parler français, aussi,
751713brp1Aix-MarseilleRP1: mais euh par exemple pour dire le tablier elle disait 'le faudiéu (fodil)',
751813brp1Aix-MarseilleRP1: en patois on dit 'le faudiéu, le faudi/, donne-moi la garafe,
751913brp1Aix-MarseilleRP1: mets le pot à l'eau', autrement elle parlait comme ça tu vois.
752013brp1Aix-MarseilleRP1: 'On va faire une mélette', c'étaient tout des mots que ils av/, ils savaient pas bien les dire.
752113brp1Aix-MarseilleE1: Ils ont essayé de les franciser voilà.
752213brp1Aix-MarseilleRP1: Et voilà, après nous,
752313brp1Aix-MarseilleRP1: Ma foi ah les au/ parce que (X) ici.
752413brp1Aix-MarseilleRP1: Ici les jeunes il y en a pas beaucoup qui parlaient provençal hein.
752513brp1Aix-MarseilleRP1: Il y en avait quelques-uns, mais il y en avait pas beaucoup,
752613brp1Aix-MarseilleRP1: ça fait qu'ici tu étais obligé de parler français quand elle venait tu es obligé de,
752713brp1Aix-MarseilleE1: Et pour les devoirs de l'école et tout il y a quelqu'un qui vous aidait ?
752813brp1Aix-MarseilleRP1: Et non, ah je me débrouillais ah on se débrouillait.
752913brp1Aix-MarseilleRP1: C'était le, le, l'instituteur i/ il te, te dit, il avait un petit euh petit p/ bambou, un sillon de bambou là,
753013brp1Aix-MarseilleRP1: quand tu parlais provençal tchac il t'en tirait un coup sur les jambes, ou sur les bras sur les mains dans la cour là.
753113brp1Aix-MarseilleRP1: Ca fait que, il te parlait que, que le français, tu étais obligé de l'apprendre.
753213brp1Aix-MarseilleRP1: C'était pas comme l'allemand ou l'espagnol hein.
753313brp1Aix-MarseilleRP1: La lang/ l/ 'la linga de brès (buEs)' comme on dit,
753413brp1Aix-MarseilleRP1: Hein 'La linga de brès (buEs)', la langue du berceau, c'était, hum.
753513brp1Aix-MarseilleE1: Et euh sinon vous pouvez me parler un peu de ce que faisaient vos parents ?
753613brp1Aix-MarseilleRP1: Mes parents?
753713brp1Aix-MarseilleRP1: Ben ma foi va, ma mère c'était, une, u/ elle était au foyer elle a jamais travaillé c'était,
753813brp1Aix-MarseilleRP1: une femme comme l/ toutes les femmes de l'époque, elles travaillaient pas les femmes trop.
753913brp1Aix-MarseilleRP1: Eh ben hè mon père il était chemin, aux chemins de fer,
754013brp1Aix-MarseilleRP1: il a fait sa carrière dans les chemins de fer.
754113brp1Aix-MarseilleRP1: Il s/ il avait fait la guerre de quatorze enfin comme tout, après il est rentré aux chemins de fer.
754213brp1Aix-MarseilleRP1: Il a/ il avait fait dix ans dans la Marine, dans la marine nationale, et, il s'est fait embaucher, de suite ils l'ont pris.
754313brp1Aix-MarseilleRP1: Après il est allé sur les trains, là il travaillait à la gare de l'Estaque.
754413brp1Aix-MarseilleRP1: Tu te rends compte que de Nlieu, il fallait qu'il aille à l'Estaque à pied et revenait à pied, le soir, eh ouais c'était,
754513brp1Aix-MarseilleE1: pétard, oh
754613brp1Aix-MarseilleRP1: Eh c'était puis il y avait pas que lui qui faisait ça et il y avait pas, et ouais.
754713brp1Aix-MarseilleRP1: Ah il y a/, il y avait/, là ça c'est quand il travaillait, et après il a travaillé à, à chose c'était pas pareil alors, à Nlieu.
754813brp1Aix-MarseilleRP1: A Nlieu il avait le bus d'Aix, qui allait,
754913brp1Aix-MarseilleRP1: mais pour aller à Nlieu il fallait en prendre deux ou trois peut-être ça, et puis oh ils gagnaient guère ils étaient pas riches hè, ça fait que euh, et
755013brp1Aix-MarseilleE2: Il était ouvrier sur les chemins de fer il était ?
755113brp1Aix-MarseilleRP1: Ah il était le plus bas qu'il y avait il était chef d'équipe quand je te parle là, au début qu'il est rentré, après ça s'appelait conducteur.
755213brp1Aix-MarseilleRP1: C'est, c'est, c'est quelque chose qui semble pas euh, le conducteur c'est celui qui était dans le wagon de queue, dans le fourgon de queue,
755313brp1Aix-MarseilleRP1: je me demande pourquoi on les appelait les conducteurs hein,
755413brp1Aix-MarseilleRP1: et ouais. Ils étaient là pour la couverture comme on disait.
755513brp1Aix-MarseilleRP1: A l'époque si le train, était obligé de s'arrêter pour une cause ou pour une autre,
755613brp1Aix-MarseilleRP1: ils partaient avec la lanterne si c'était la nuit, avec les pétards,
755713brp1Aix-MarseilleRP1: et ils allaient mettre, à neuf cent mètres ou un kilomètre, sur la voie, ils mettaient les pétards, avec le feu rouge, pour que le train i/
755813brp1Aix-MarseilleRP1: i/ il ralentisse tu vois et qu'il aille pas te tamponner avec l'autre de devant.
2938413brp1Aix-Marseille1 roc
2938513brp1Aix-Marseille2 rat
2938613brp1Aix-Marseille3 jeune
2938713brp1Aix-Marseille4 mal
2938813brp1Aix-Marseille5 ras
2938913brp1Aix-Marseille6 fou à lier
2939013brp1Aix-Marseille7 des jeunets
2939113brp1Aix-Marseille8 intact
2939213brp1Aix-Marseille9 nous prendrions
2939313brp1Aix-Marseille10 fêtard
2939413brp1Aix-Marseille11 nièce
2939513brp1Aix-Marseille12 pâte
2939613brp1Aix-Marseille13 piquet
2939713brp1Aix-Marseille14 épée
2939813brp1Aix-Marseille15 compagnie
2939913brp1Aix-Marseille16 fête
2940013brp1Aix-Marseille17 islamique
2940113brp1Aix-Marseille18 agneau
2940213brp1Aix-Marseille19 pêcheur
2940313brp1Aix-Marseille20 médecin
2940413brp1Aix-Marseille21 paume
2940513brp1Aix-Marseille22 infect

PFC: Base de données sur le français oral contemporain dans l’espace francophone

Base de données sur le français oral contemporain dans l’espace francophone Le projet international PFC (Phonologie du Français Contemporain), codirigé par Marie-Hélène Côté (Université Laval), Jacques Durand (ERSS, Université de Toulouse-Le Mirail), Bernard Laks (MoDyCo, Université de Paris Ouest) et Chantal Lyche (Universités d'Oslo et de Tromsø), s’adresse à un triple public, susceptible de s’intéresser au français oral dans ses usages attestés et dans sa variation au sein de l’espace francophone : chercheurs, enseignants/apprenants de français et grand public.

Il offre une base de données qui, à terme, constituera la plus grosse base de données orales portant sur le français et l'une des plus grosses bases toutes langues confondues. Cette base peut être utilisée dans le cadre de la recherche (phonétique, phonologie, syntaxe, pragmatique, sociolinguistique, analyse conversationnelle, etc.), de l’enseignement / apprentissage du français (langue étrangère, maternelle ou seconde) et de la diffusion des savoirs (conservation du patrimoine linguistique francophone et présentation générale du français oral contemporain pour les non-spécialistes).

Il se pose comme projet-pilote, suivi par un projet similaire pour l’anglais, Phonologie de l’Anglais Contemporain (PAC), codirigé par Philip Carr (Université de Montpellier III) et Jacques Durand.

AVERTISSEMENT: Les données présentées sur ce site sont issues du projet PFC et restent la propriété exclusive des auteurs représentés par les directeurs du projet . Elles peuvent être reprises et utilisées dans le cadre de travaux scientifiques à visée strictement non commerciale. Toute utilisation des données PFC dans une publication doit obligatoirement faire référence au projet et à son site : http://www.projet-pfc.net et s'accompagner de la citation des deux publications suivantes:

Durand, Jacques, Bernard Laks & Chantal Lyche (2002). La phonologie du français contemporain: usages, variétés et structure. In: C. Pusch & W. Raible (eds.) Romanistische Korpuslinguistik- Korpora und gesprochene Sprache/Romance Corpus Linguistics - Corpora and Spoken Language. Tübingen: Gunter Narr Verlag, pp. 93-106.

Durand, Jacques, Bernard Laks & Chantal Lyche (2009).Le projet PFC: une source de données primaires structurées. In J. Durand, B. Laks et C. Lyche (eds)(2009) Phonologie, variation et accents du français. Paris: Hermès. pp. 19-61. Développement: Atanas Tchobanov Ingénieur de recherche CNRS

PFC Phonology of Contemporary French Corpus

Base de données sur le français oral contemporain dans l’espace francophone Le projet international PFC (Phonologie du Français Contemporain), codirigé par Marie-Hélène Côté (Université Laval), Jacques Durand (ERSS, Université de Toulouse-Le Mirail), Bernard Laks (MoDyCo, Université de Paris Ouest) et Chantal Lyche (Universités d'Oslo et de Tromsø), s’adresse à un triple public, susceptible de s’intéresser au français oral dans ses usages attestés et dans sa variation au sein de l’espace francophone : chercheurs, enseignants/apprenants de français et grand public.

Il offre une base de données qui, à terme, constituera la plus grosse base de données orales portant sur le français et l'une des plus grosses bases toutes langues confondues. Cette base peut être utilisée dans le cadre de la recherche (phonétique, phonologie, syntaxe, pragmatique, sociolinguistique, analyse conversationnelle, etc.), de l’enseignement / apprentissage du français (langue étrangère, maternelle ou seconde) et de la diffusion des savoirs (conservation du patrimoine linguistique francophone et présentation générale du français oral contemporain pour les non-spécialistes).

Il se pose comme projet-pilote, suivi par un projet similaire pour l’anglais, Phonologie de l’Anglais Contemporain (PAC), codirigé par Philip Carr (Université de Montpellier III) et Jacques Durand.

AVERTISSEMENT: Les données présentées sur ce site sont issues du projet PFC et restent la propriété exclusive des auteurs représentés par les directeurs du projet . Elles peuvent être reprises et utilisées dans le cadre de travaux scientifiques à visée strictement non commerciale. Toute utilisation des données PFC dans une publication doit obligatoirement faire référence au projet et à son site : http://www.projet-pfc.net et s'accompagner de la citation des deux publications suivantes:

Durand, Jacques, Bernard Laks & Chantal Lyche (2002). La phonologie du français contemporain: usages, variétés et structure. In: C. Pusch & W. Raible (eds.) Romanistische Korpuslinguistik- Korpora und gesprochene Sprache/Romance Corpus Linguistics - Corpora and Spoken Language. Tübingen: Gunter Narr Verlag, pp. 93-106.

Durand, Jacques, Bernard Laks & Chantal Lyche (2009).Le projet PFC: une source de données primaires structurées. In J. Durand, B. Laks et C. Lyche (eds)(2009) Phonologie, variation et accents du français. Paris: Hermès. pp. 19-61. Développement: Atanas Tchobanov Ingénieur de recherche CNRS