Recherche dans la base PFC - Transcriptions
PFC database transcription search

[Enquêtes] [Transcriptions] [Liaisons] [Schwas]


Début First Aide Help

La recherche pour @locuteur ciaeo1 a trouvé 398 réponses

Exporter toutes les réponses au format CSV
Info Locuteur Enquête TranscriptionEcoute
24602ciaeo1AbidjanCIAAK1: Ou bien, comme elle aime le bois-l'eau, des choses comme ça. Comment elle fait son cours?
24603ciaeo1AbidjanCIAEO1: Tchè (tSE), on sent ça.
24604ciaeo1AbidjanCIAEO1: Ce qui est sûr, son cours, bon, c'est bien chic, quoi, mais,
24605ciaeo1AbidjanCIAEO1: elle crie crie trop trop sur les gens, souvent,
24606ciaeo1AbidjanCIAEO1: Quand on lui pose question là 'Ah (?????), toi là (????).
24607ciaeo1AbidjanCIAEO1: Ah quitte devant les gens. Ah tais-toi là-bas' les petites choses comme ça, quoi. Elle crie crie, bon.
24608ciaeo1AbidjanCIAEO1: C'est, elle, c'est pour s'amuser un peu, quoi.
24610ciaeo1AbidjanCIAEO1: Hum, elle aussi. Elle fait les trucs. (????) Elle fait 'oh, toi là-bas toi connais pas, oh, toi là-bas, toi aussi, toi aussi connais pas'.
24611ciaeo1AbidjanCIAEO1: Oh, (??) Moi aussi je connais pas aussi. Elle fait toujours les choses comme ça quoi. Toujours elle connaît pas.
24613ciaeo1AbidjanCIAAK1: Bon faut expliquer un peu.
24614ciaeo1AbidjanCIAEO1: Bon, lui, celui qui me suit là, lui il est un peu timide.
24616ciaeo1AbidjanCIAEO1: Hum, il s'appelle Npersonne.
24617ciaeo1AbidjanCIAEO1: Maintenant, le troisième, lui, il est un peu vivace, quoi.
24618ciaeo1AbidjanCIAEO1: Lui, il est beaucoup choc choc, non. Il a ses camarades. Ils sont troi/ il a trois camarades.
24619ciaeo1AbidjanCIAEO1: Maintenant, il y a un qui s'appelle Npersonne, puis il y a un qui s'appelle Npersonne.
24620ciaeo1AbidjanCIAEO1: Maintenant, Npersonne là, comme eux tous ils s'asseyent ensemble pour étudier.
24621ciaeo1AbidjanCIAEO1: Eux tous ont le même âge. Maintenant, Npersonne, lui vraiment, c'est un (tururu).
24622ciaeo1AbidjanCIAEO1: Lui, actuellement, là il est au C/ il est au C.M.1.
24623ciaeo1AbidjanCIAEO1: Maintenant tous ses amis, tous ses voi/ tous ses amis sont, sont en sixième.
24624ciaeo1AbidjanCIAEO1: Donc, quand ils se regroupent comme ça, quand c'é/ quand mes frères étaient en, étaient au C.M.2.
24625ciaeo1AbidjanCIAEO1: Donc, quand ils étudient comme ça avec la maman de Npersonne, la maman de Npersonne là demande,
24626ciaeo1AbidjanCIAEO1: Ah, Npersonne, je vais, je vais lire une phrase, tu répètes après moi'. Il dit: 'Oui'.
24627ciaeo1AbidjanCIAEO1: Et puis on dit, euh, sa maman dit, 'Mariam joue au bord d/ au bord du marigot'.
24628ciaeo1AbidjanCIAEO1: Maintenant, elle/ 'Npersonne, faut répéter là'.
24629ciaeo1AbidjanCIAEO1: 'Mariam joue au bord de la marigot'. (rires)
24630ciaeo1AbidjanCIAEO1: Sa maman le gifle en même temps, il tombe quelque part là-bas. (rires)
24631ciaeo1AbidjanCIAEO1: Souvent, donc, donc, c'est comme ça, quoi.
24632ciaeo1AbidjanCIAEO1: On lui dit de compter de un jusqu'à cinquante, il compte jusqu'à.
24633ciaeo1AbidjanCIAEO1: Maintenant, quand il arrive à quarante-neuf comme ça, il fait ça 'cinquante dix' (??) je suis fatigué'. (rires)
24634ciaeo1AbidjanCIAEO1: Bon, (??) autre comme ça, quoi.
24635ciaeo1AbidjanCIAEO1: Mais, ils s'amusent ensemble, ils font tout ensemble, quoi.
24637ciaeo1AbidjanCIAEO1: Hum. C'est pas trop comme ça, mais.
24638ciaeo1AbidjanCIAEO1: Bon, j'ai un.
24639ciaeo1AbidjanCIAEO1: Bon, si, lui qui me suit là.
24640ciaeo1AbidjanCIAEO1: Han. Il est b/ il est beaucoup comédien.
24641ciaeo1AbidjanCIAEO1: Il dit, son prof de français il était en train de faire cours.
24642ciaeo1AbidjanCIAEO1: Comme ils étaient fatigués son prof dit il va les amuser un peu.
24643ciaeo1AbidjanCIAEO1: Il dit, 'il y a un monsieur, il y a un vieux Bété,
24644ciaeo1AbidjanCIAEO1: il a pris son frère, et puis il lui a dit, 'Bon,
24645ciaeo1AbidjanCIAEO1: viens on va aller à Abidjan, on va aller voir mon f/ euh, mon, mon fils qui est à Abidjan, il travaille au Plateau.
24646ciaeo1AbidjanCIAEO1: Donc, les deux vieux sont venus à Abidjan.
24647ciaeo1AbidjanCIAEO1: Donc, ils sont arrivés à, à la Cité Administrative.
24648ciaeo1AbidjanCIAEO1: Maintenant, ils devaient prendre l'ascenseur.
24649ciaeo1AbidjanCIAEO1: Donc, Séry dit: 'Bon, Gnawa tu m'attends ici,
24650ciaeo1AbidjanCIAEO1: je vais prendre, comme a/ ascenseur là e/ est bourré là, donc tu vas monter au deuxième tour'.
24651ciaeo1AbidjanCIAEO1: Il dit, 'D'accord'.
24652ciaeo1AbidjanCIAEO1: Donc, Séry est monté.
24653ciaeo1AbidjanCIAEO1: Maintenant, l'ascenseur est redescendu.
24654ciaeo1AbidjanCIAEO1: Il voit, oh, c'est une femme qui descend.
24655ciaeo1AbidjanCIAEO1: Il est étonné. On dit, 'Ah, le vieux, c'est ton tour'. Il dit, 'Non, moi, je peux pas rentrer comme cela.
24656ciaeo1AbidjanCIAEO1: Affaire où, mon frère Séry monte et puis il redescend, c'est femme qui sort,
24657ciaeo1AbidjanCIAEO1: Moi, je monte pas dans les choses comme cela'. (rires)
24659ciaeo1AbidjanCIAEO1: Bon, il n'est pas monté jusqu'à. Séry est redescendu encore.
24660ciaeo1AbidjanCIAEO1: Il fait ça, 'Han, han, han, mais Séry tu as fort.
24661ciaeo1AbidjanCIAEO1: Séry est étonné il demande, 'Mais il y a quoi?'
24662ciaeo1AbidjanCIAEO1: Il dit, 'Non, Séry tu as fort, Séry tu as fort, Séry tu as fort.
24663ciaeo1AbidjanCIAEO1: Affaire où tu montes, dans ascenseur, tu redescends, c'est femme qui sort, vraiment, Séry tu as fort. (rires contenus)
24664ciaeo1AbidjanCIAEO1: Donc, c'est tout, quoi. (rires contenus)
24666ciaeo1AbidjanCIAEO1: (Han. oui) Au quartier, au quartier c'est bien, c'est l/ c'est ch/. Bon, il y a les petites choses.
24667ciaeo1AbidjanCIAEO1: Souvent, on s'assoit.
24668ciaeo1AbidjanCIAEO1: Bon, souvent quand il y a un peu, on s'assoit sous les lampadaires, on cause.
24669ciaeo1AbidjanCIAEO1: Ou bien chic, chic là. Tu vois, non?
24670ciaeo1AbidjanCIAEO1: Souvent, on s'assoit, on parle des, des camarades.
24671ciaeo1AbidjanCIAEO1: Souvent, de ce qu'on a fait dans la journée. Souvent, de ce qu'on va faire demain, bon.
24672ciaeo1AbidjanCIAEO1: Si il y a des fêtes, comment préparer les fêtes, tout ça là.
24673ciaeo1AbidjanCIAEO1: On cause, puis on, on se raconte des blagues.
24674ciaeo1AbidjanCIAEO1: Comme ça, un peu, un peu, un peu de tout, quoi.
24676ciaeo1AbidjanCIAEO1: Les fêtes de génération? Hum. Si il y a des fêtes?
24677ciaeo1AbidjanCIAAK1: Comment est l'ambiance, de la fête de génération? Ou bien le théâtre, ou bien des (???) comme ça.
24678ciaeo1AbidjanCIAEO1: Bon, quand vous préparez les fêtes de génération,
24679ciaeo1AbidjanCIAEO1: d'abord, on fait, on prépare la fête de génération un mois à l'avance.
24680ciaeo1AbidjanCIAEO1: Les jeunes de chaque catégorie, peut être, les jeunes qui ont quinze ans, ils se regroupent ils font leur, ils font des cotisations.
24681ciaeo1AbidjanCIAEO1: Ceux qui ont seize ans, dix-sept ans jusqu'à plus, ils font leurs cotisations aussi.
24682ciaeo1AbidjanCIAEO1: Chacun cotise,
24683ciaeo1AbidjanCIAEO1: pour pouvoir avoir une somme plus, euh, plus élevée.
24684ciaeo1AbidjanCIAEO1: par rapport aux autres, pour pouvoir montrer. On appelle ça la (démonstra), quoi.
24685ciaeo1AbidjanCIAEO1: Donc, pour pouvoir dire: 'Ah, c'est nous, nous no/, nous, notre génération, nous, on donne plus d'argent.
24686ciaeo1AbidjanCIAEO1: par rapport aux autres, tout ça là.
24687ciaeo1AbidjanCIAEO1: Donc, quand ils s'entraînent ils ont des cris de guerre.
24688ciaeo1AbidjanCIAEO1: Ils ont des manières de faire. Quand ils viennent, ils font ça, bon.
24689ciaeo1AbidjanCIAEO1: Peut-être si il y a une autre classe d'âge qui est assise comme ça, ils peuvent venir : 'Ah, nous là, euh.
24691ciaeo1AbidjanCIAEO1: Nous vous saluons. Bon, on dit (aereo)
24692ciaeo1AbidjanCIAEO1: Maintenant, d'autres répondent: '(aleo)'.
24693ciaeo1AbidjanCIAEO1: Maintenant, souvent ils font des cris de guerre comme: 'oh'.
24695ciaeo1AbidjanCIAEO1: Chez nous là-bas là, on mange, du riz avec, euh, bon, notre s/ euh, la sauce de chez nous, on appelle ça (kplé).
24696ciaeo1AbidjanCIAEO1: Maintenant, quand nos voisins veulent se moquer de nous là on appelle ça, ils appellent ça sauce longueur (kplé) (?) poulet parce qu'ils disent:
24697ciaeo1AbidjanCIAEO1: 'tellement la sauce là tire, on peut prendre pour, coller (rires)
24698ciaeo1AbidjanCIAEO1: le bas d'une chaussure qui est décollée' (rires). Parce que ça tire même.
24699ciaeo1AbidjanCIAEO1: Si tu sais pas manger là,
24700ciaeo1AbidjanCIAEO1: tu vas, tu vas te salir. Dès que tu prends un coup comme ça, tout te, ça te suit en même temps
24701ciaeo1AbidjanCIAEO1: (inaudible) (rires)
24702ciaeo1AbidjanCIAEO1: fil de rallonge. (rires)
24703ciaeo1AbidjanCIAEO1: Donc, souvent, c'est ce que on mange. Souvent, on mange le foutou.
24704ciaeo1AbidjanCIAEO1: Foutou avec manioc, ou bien foutou banane.
24705ciaeo1AbidjanCIAEO1: Mais foutou igname là, ça c'est pas chez nous.
24706ciaeo1AbidjanCIAEO1: On mange sauce graine, sauce arachide, sauce aubergine.
24707ciaeo1AbidjanCIAEO1: On mange plus sauce gombo avec sauce, feuille de euh, (clic labial) (djoungblé).
24708ciaeo1AbidjanCIAEO1: (????) appellent ça (inaudible)
24709ciaeo1AbidjanCIAEO1: On mange ça souvent.
25026ciaeo1AbidjanE1: D'accord. Donc, actuellement, il exerce cette profession là?

PFC: Base de données sur le français oral contemporain dans l’espace francophone

Base de données sur le français oral contemporain dans l’espace francophone Le projet international PFC (Phonologie du Français Contemporain), codirigé par Marie-Hélène Côté (Université Laval), Jacques Durand (ERSS, Université de Toulouse-Le Mirail), Bernard Laks (MoDyCo, Université de Paris Ouest) et Chantal Lyche (Universités d'Oslo et de Tromsø), s’adresse à un triple public, susceptible de s’intéresser au français oral dans ses usages attestés et dans sa variation au sein de l’espace francophone : chercheurs, enseignants/apprenants de français et grand public.

Il offre une base de données qui, à terme, constituera la plus grosse base de données orales portant sur le français et l'une des plus grosses bases toutes langues confondues. Cette base peut être utilisée dans le cadre de la recherche (phonétique, phonologie, syntaxe, pragmatique, sociolinguistique, analyse conversationnelle, etc.), de l’enseignement / apprentissage du français (langue étrangère, maternelle ou seconde) et de la diffusion des savoirs (conservation du patrimoine linguistique francophone et présentation générale du français oral contemporain pour les non-spécialistes).

Il se pose comme projet-pilote, suivi par un projet similaire pour l’anglais, Phonologie de l’Anglais Contemporain (PAC), codirigé par Philip Carr (Université de Montpellier III) et Jacques Durand.

AVERTISSEMENT: Les données présentées sur ce site sont issues du projet PFC et restent la propriété exclusive des auteurs représentés par les directeurs du projet . Elles peuvent être reprises et utilisées dans le cadre de travaux scientifiques à visée strictement non commerciale. Toute utilisation des données PFC dans une publication doit obligatoirement faire référence au projet et à son site : http://www.projet-pfc.net et s'accompagner de la citation des deux publications suivantes:

Durand, Jacques, Bernard Laks & Chantal Lyche (2002). La phonologie du français contemporain: usages, variétés et structure. In: C. Pusch & W. Raible (eds.) Romanistische Korpuslinguistik- Korpora und gesprochene Sprache/Romance Corpus Linguistics - Corpora and Spoken Language. Tübingen: Gunter Narr Verlag, pp. 93-106.

Durand, Jacques, Bernard Laks & Chantal Lyche (2009).Le projet PFC: une source de données primaires structurées. In J. Durand, B. Laks et C. Lyche (eds)(2009) Phonologie, variation et accents du français. Paris: Hermès. pp. 19-61. Développement: Atanas Tchobanov Ingénieur de recherche CNRS

PFC Phonology of Contemporary French Corpus

Base de données sur le français oral contemporain dans l’espace francophone Le projet international PFC (Phonologie du Français Contemporain), codirigé par Marie-Hélène Côté (Université Laval), Jacques Durand (ERSS, Université de Toulouse-Le Mirail), Bernard Laks (MoDyCo, Université de Paris Ouest) et Chantal Lyche (Universités d'Oslo et de Tromsø), s’adresse à un triple public, susceptible de s’intéresser au français oral dans ses usages attestés et dans sa variation au sein de l’espace francophone : chercheurs, enseignants/apprenants de français et grand public.

Il offre une base de données qui, à terme, constituera la plus grosse base de données orales portant sur le français et l'une des plus grosses bases toutes langues confondues. Cette base peut être utilisée dans le cadre de la recherche (phonétique, phonologie, syntaxe, pragmatique, sociolinguistique, analyse conversationnelle, etc.), de l’enseignement / apprentissage du français (langue étrangère, maternelle ou seconde) et de la diffusion des savoirs (conservation du patrimoine linguistique francophone et présentation générale du français oral contemporain pour les non-spécialistes).

Il se pose comme projet-pilote, suivi par un projet similaire pour l’anglais, Phonologie de l’Anglais Contemporain (PAC), codirigé par Philip Carr (Université de Montpellier III) et Jacques Durand.

AVERTISSEMENT: Les données présentées sur ce site sont issues du projet PFC et restent la propriété exclusive des auteurs représentés par les directeurs du projet . Elles peuvent être reprises et utilisées dans le cadre de travaux scientifiques à visée strictement non commerciale. Toute utilisation des données PFC dans une publication doit obligatoirement faire référence au projet et à son site : http://www.projet-pfc.net et s'accompagner de la citation des deux publications suivantes:

Durand, Jacques, Bernard Laks & Chantal Lyche (2002). La phonologie du français contemporain: usages, variétés et structure. In: C. Pusch & W. Raible (eds.) Romanistische Korpuslinguistik- Korpora und gesprochene Sprache/Romance Corpus Linguistics - Corpora and Spoken Language. Tübingen: Gunter Narr Verlag, pp. 93-106.

Durand, Jacques, Bernard Laks & Chantal Lyche (2009).Le projet PFC: une source de données primaires structurées. In J. Durand, B. Laks et C. Lyche (eds)(2009) Phonologie, variation et accents du français. Paris: Hermès. pp. 19-61. Développement: Atanas Tchobanov Ingénieur de recherche CNRS