Recherche dans la base PFC - Transcriptions
PFC database transcription search

[Enquêtes] [Transcriptions] [Liaisons] [Schwas]


Début First Aide Help

La recherche pour @locuteur ciafk1 a trouvé 409 réponses

Exporter toutes les réponses au format CSV
Info Locuteur Enquête TranscriptionEcoute
11038ciafk1AbidjanCIAFK1: Vingt-deux juin mille neuf cent soixante-quatre.
11040ciafk1AbidjanCIAFK1: Nlieu. Côte d'Ivoire.
11042ciafk1AbidjanCIAFK1: Bon, de, euh, j'allais dire de zéro an, hein, de (rires), euh, depuis la naissance jusque, euh, jusqu'à l'âge de dix-huit, dix-neuf ans, j'ai habité Nlieu.
11043ciafk1AbidjanCIAFK1: A partir de dix-huit, dix-neuf ans, je suis venu à Abidjan pour les études, euh, universitaires.
11044ciafk1AbidjanCIAFK1: Et j'ai, vécu à Abidjan jusqu'en mille neuf cent quatre-vingt-euh, treize.
11045ciafk1AbidjanCIAFK1: Et je suis allé à, Dabou, pour sept mois.
11046ciafk1AbidjanCIAFK1: Puis, je suis revenu à Abidjan pour, euh, deux ans à peu près.
11047ciafk1AbidjanCIAFK1: Et je suis reparti à Yamoussoukro pour y vivre pendant, quatre ans
11048ciafk1AbidjanCIAFK1: Et je suis revenu à Abidjan, où je suis jusqu'à présent.
11049ciafk1AbidjanE2: Euh, votre père, euh, les infor/, euh, les informations que vous allez nous donner maintenant, c'est, concernent votre père. Son année de naissance?
11050ciafk1AbidjanCIAFK1: Il est né en mille neuf cent trente-quatre.
11052ciafk1AbidjanCIAFK1: Il est de Nlieu, sous-préfect/. Euh, Nlieu qui est dans la, la Région du Centre.
11054ciafk1AbidjanCIAFK1: Il est, professeur de français à la retraite.
11056ciafk1AbidjanCIAFK1: Euh, ses études. Ca, j'allais dire, il fallait qu'on lui demande, hein, c'est. (rires).
11058ciafk1AbidjanCIAFK1: Bon, je sais qu'il a.
11059ciafk1AbidjanCIAFK1: Parce que là, il y a eu. Bon comme ils ont, ils ont commencé à étudier avant que l'Indépendance, euh,
11060ciafk1AbidjanCIAFK1: avant que la Côte d'Ivoire ne soit indépendante.
11061ciafk1AbidjanCIAFK1: Et ce qu'il a, bon, il a fait le, le cours normal.
11062ciafk1AbidjanCIAFK1: Ensuite il a, suivi des formations,
11063ciafk1AbidjanCIAFK1: au niveau de, euh, de l'E.N.S. ici
11064ciafk1AbidjanCIAFK1: pour pouvoir par/ pa/ passer le concours de professeur de Cafop et tout ça.
11065ciafk1AbidjanCIAFK1: Bon, mais je peux pas le dire avec précision, hein, c'est.
11066ciafk1AbidjanCIAFK1: Euh, j'avoue que, maintenant que vous le dites, il faut que je m'y intéresse,
11067ciafk1AbidjanCIAFK1: je lui ai jamais demandé, hein, (??).
11068ciafk1AbidjanCIAFK1: Bon, il en parle comme ça, mais, bon, euh.
11069ciafk1AbidjanE2: (inaiudible) OK. Ses, les langues qu'il parle?
11070ciafk1AbidjanCIAFK1: Euh, le français, hein, et, enfin, le français,
11071ciafk1AbidjanCIAFK1: l'anglais, je sais pas.
11072ciafk1AbidjanCIAFK1: Mais le français ça, c'est sûr, puisque, bon, il enseignait.
11073ciafk1AbidjanCIAFK1: Maintenant, les langues, euh, vernaculaires là,
11074ciafk1AbidjanCIAFK1: je crois il y a le baoulé qu'il parle.
11075ciafk1AbidjanCIAFK1: Les autres, je ne sais pas, je sais pas.
11076ciafk1AbidjanCIAFK1: Le dioula, un peu. Il parlait un peu le dioula. Voilà.
11078ciafk1AbidjanCIAFK1: Mille neuf cent quarante-sept.
11080ciafk1AbidjanCIAFK1: Euh, Nlieu auss/ également.
11082ciafk1AbidjanCIAFK1: Bon elle est mé/ sans profession.
11083ciafk1AbidjanCIAFK1: Bon, disons, ménagère, hein, parce que, bon,
11084ciafk1AbidjanCIAFK1: il y a toujours cette tendance à dire que les ménagères sont sans profession, alors que, bon, on sait.
11085ciafk1AbidjanCIAFK1: (rires).
11087ciafk1AbidjanCIAFK1: Non, non.
11089ciafk1AbidjanCIAFK1: Bon, euh, baoulé et dioula.
11090ciafk1AbidjanCIAFK1: Bon, français aussi, puisque, bon,
11091ciafk1AbidjanCIAFK1: même si elle n'a pas fait des études, bon, elle s'exprime en français, hein.
11093ciafk1AbidjanCIAFK1: Oui. Pas 'j'étais', hein, je suis.
11094ciafk1AbidjanE2: Que vous êtes marié. Je vous remercie (??) pour la précision. Euh, votre épouse, son lieu d'origine?
11095ciafk1AbidjanCIAFK1: Euh, Nlieu. Hum (oui).
11097ciafk1AbidjanCIAFK1: Vétérinaire.
11099ciafk1AbidjanCIAFK1: Euh, bon, elle a fait, les, études primaires, bien sûr, C.E.P.,
11100ciafk1AbidjanCIAFK1: études secondaires, B.E.P.C.,
11101ciafk1AbidjanCIAFK1: Euh, (?) second cycle, Bac, ensuite elle a fait C.B.G.
11102ciafk1AbidjanCIAFK1: Après C.B.G., elle est allée à l'Ecole Vétérinaire de Lyon,
11103ciafk1AbidjanCIAFK1: où elle a eu son Doctorat en, en Médecine vétérinaire,
11104ciafk1AbidjanCIAFK1: et puis tout récemment, je crois qu'elle a fait un Master,
11105ciafk1AbidjanCIAFK1: à l'Institut de Médecine Tropicale d'Anvers, en Belgique.
11107ciafk1AbidjanCIAFK1: Français. Et, elle apprend un peu le dioula,
11108ciafk1AbidjanCIAFK1: Et l'a/ l'anglais qu'elle pa/ bon, qu'on a appris tous, hein,
11109ciafk1AbidjanCIAFK1: l'anglais, et puis je crois qu'elle, elle a fait espagnol, espagnol.
11112ciafk1AbidjanCIAFK1: Les censeurs?
11114ciafk1AbidjanCIAFK1: Bon, euh, les censeurs, bon, il y a, il y a mon père, hein.
11115ciafk1AbidjanCIAFK1: Euh, mon père, puisque lui, il enseignait.
11116ciafk1AbidjanCIAFK1: Lui il a, au départ il était instituteur.
11117ciafk1AbidjanCIAFK1: Après il a été directeur d'établissement,
11118ciafk1AbidjanCIAFK1: avant de passer le concours pour être, euh, professeur de, de, de Cafop, de français, hein, de français.
11120ciafk1AbidjanCIAFK1: Comment il faisait, comment il jouait les censeurs?
11121ciafk1AbidjanCIAFK1: Bon, c'est que, euh, aussi loin que je m'en souvienne, hein, (rires), c'est, parce que c'est. (rires).
11122ciafk1AbidjanCIAFK1: Bon, je pense que, on n'avait pas comme ça de séance, euh, de français, de séances collectives, hein, de français.
11123ciafk1AbidjanCIAFK1: Mais j'imagine que, dans les conversations, euh, courantes,
11124ciafk1AbidjanCIAFK1: lorsqu'il détectait, quelques, quelques incorrections,
11125ciafk1AbidjanCIAFK1: hein, certainement que, il devait, euh, il corrigeait ça.
11126ciafk1AbidjanCIAFK1: Et puis lui il avait, comme il a toujours aimé enseigner.
11127ciafk1AbidjanCIAFK1: Même jusq'à présent, hein, il est à la retraite. Mais on a en/ j'ai encore des jeunes soeurs qui préparent.
11128ciafk1AbidjanCIAFK1: Euh, il y a une qui prépare le, le B.E.P.C. et d'autres qui sont à l'université, mais
11129ciafk1AbidjanCIAFK1: jusqu'à au/ quand je vais le voir, là.
11130ciafk1AbidjanCIAFK1: Parce qu'ils sont déplacés, là, à cause de la rebellion.
11131ciafk1AbidjanCIAFK1: Mais il a toujours son tableau et il est toujours en train de leur enseigner des choses, et tout ça, etc.
11132ciafk1AbidjanCIAFK1: Et donc, il a, il a toujours, euh, bon, euh, fait attention à ce qu'on disait
11133ciafk1AbidjanCIAFK1: Et puis à l'école, il y a des professeurs de français remarquables que j'ai eus.
11134ciafk1AbidjanCIAFK1: Il y a un, un Français, Monsieur B. (bERto)
11135ciafk1AbidjanCIAFK1: J'aurais bien voulu savoir ce qu'il ét/ ce qu'il est devenu maintenant, Monsieur (bERto)
11136ciafk1AbidjanCIAFK1: que j'ai eu en Sixième, qui a été, euh, qui m'a, beaucoup impressionné, hein, parce que, bon, il aimait ça, il, euh.
11137ciafk1AbidjanCIAFK1: Et il, il nous faisait, euh, bon, il nous poussait à bien parler cette langue là.
11138ciafk1AbidjanCIAFK1: Et puis, il y a, euh, un Grec, que j'ai eu en, au second cycle, Monsieur Constantin S. (subanuglu),
11139ciafk1AbidjanCIAFK1: hein, et lui aussi qui a joué un très grand, un très grand rôle parce que
11140ciafk1AbidjanCIAFK1: Il euh, il maî/ il parlait bien le français et en plus, euh,
11141ciafk1AbidjanCIAFK1: comme là, il fallait analyser les, les romans et tout ça, bon, il nous a beaucoup aidés, hein, dans.
11142ciafk1AbidjanCIAFK1: Et, et je garde même, euh, bon, avec la rebellion, peut-être que c'est perdu.
11143ciafk1AbidjanCIAFK1: Mais j'ai gardé mes vieux cahiers de Seconde, Première, Terminale,
11144ciafk1AbidjanCIAFK1: parce que, il arrivait à, à nous disséquer les, les, les ouvrages, euh, avec beaucoup de talents. Vraiment c'était, oui, oui.
11145ciafk1AbidjanE2: OK. Bon, donc, euh, nous y sommes. On peut parler en même temps de votre scolarité. Vos bons souvenirs comme vos mauvais souvenirs. Ou bien vos matières préférées, euh.
11146ciafk1AbidjanCIAFK1: C'est ça, c'est-à-dire qu'en fait les, les mauvais souvenirs, euh, bon, est-ce que je. (hésitations).
11147ciafk1AbidjanCIAFK1: Bon, les mauvais souvenirs c'est tout ce que les, tous les, tous les enfants ont eu, hein, c'est-à-dire, les di/ aller à l'école, au début, c'était pas évident.
11148ciafk1AbidjanCIAFK1: Parce que. (rires) Bon.
11149ciafk1AbidjanCIAFK1: C'est, mais souvent les bons souvenirs, euh. Evidemment, l'école, c'est bien.
11150ciafk1AbidjanCIAFK1: Hum, l'école c'est bien. On a eu, de, des camarades, on a appris beaucoup de choses.
11151ciafk1AbidjanCIAFK1: S/ sauf que, bo, il y avait beaucoup de matières,
11152ciafk1AbidjanCIAFK1: parce que de toutes façons, l'in/ comme l'in/ l'in/ l'instruction est progressive, depuis la, le C.P.1. jusqu'à, euh, jusqu'en Terminale, bon, on apprend beaucoup de choses.
11153ciafk1AbidjanCIAFK1: Et surtout ce qui est intéressant c'est les découvertes, progressives, hein, puisque chaque fois on apprenait des nouvelles choses.
11154ciafk1AbidjanCIAFK1: Mais, mes matières préférées, c'é/, bon, il y avait le, évidemment le, le, le français,
11155ciafk1AbidjanCIAFK1: et, bon, la philosophie, que j'ai beaucoup aimée.
11175ciafk1AbidjanE2: Dans une villa. (inaudible) Euh, votre relation avec votre voisinage. On voudrait savoir un peu votre .

PFC: Base de données sur le français oral contemporain dans l’espace francophone

Base de données sur le français oral contemporain dans l’espace francophone Le projet international PFC (Phonologie du Français Contemporain), codirigé par Marie-Hélène Côté (Université Laval), Jacques Durand (ERSS, Université de Toulouse-Le Mirail), Bernard Laks (MoDyCo, Université de Paris Ouest) et Chantal Lyche (Universités d'Oslo et de Tromsø), s’adresse à un triple public, susceptible de s’intéresser au français oral dans ses usages attestés et dans sa variation au sein de l’espace francophone : chercheurs, enseignants/apprenants de français et grand public.

Il offre une base de données qui, à terme, constituera la plus grosse base de données orales portant sur le français et l'une des plus grosses bases toutes langues confondues. Cette base peut être utilisée dans le cadre de la recherche (phonétique, phonologie, syntaxe, pragmatique, sociolinguistique, analyse conversationnelle, etc.), de l’enseignement / apprentissage du français (langue étrangère, maternelle ou seconde) et de la diffusion des savoirs (conservation du patrimoine linguistique francophone et présentation générale du français oral contemporain pour les non-spécialistes).

Il se pose comme projet-pilote, suivi par un projet similaire pour l’anglais, Phonologie de l’Anglais Contemporain (PAC), codirigé par Philip Carr (Université de Montpellier III) et Jacques Durand.

AVERTISSEMENT: Les données présentées sur ce site sont issues du projet PFC et restent la propriété exclusive des auteurs représentés par les directeurs du projet . Elles peuvent être reprises et utilisées dans le cadre de travaux scientifiques à visée strictement non commerciale. Toute utilisation des données PFC dans une publication doit obligatoirement faire référence au projet et à son site : http://www.projet-pfc.net et s'accompagner de la citation des deux publications suivantes:

Durand, Jacques, Bernard Laks & Chantal Lyche (2002). La phonologie du français contemporain: usages, variétés et structure. In: C. Pusch & W. Raible (eds.) Romanistische Korpuslinguistik- Korpora und gesprochene Sprache/Romance Corpus Linguistics - Corpora and Spoken Language. Tübingen: Gunter Narr Verlag, pp. 93-106.

Durand, Jacques, Bernard Laks & Chantal Lyche (2009).Le projet PFC: une source de données primaires structurées. In J. Durand, B. Laks et C. Lyche (eds)(2009) Phonologie, variation et accents du français. Paris: Hermès. pp. 19-61. Développement: Atanas Tchobanov Ingénieur de recherche CNRS

PFC Phonology of Contemporary French Corpus

Base de données sur le français oral contemporain dans l’espace francophone Le projet international PFC (Phonologie du Français Contemporain), codirigé par Marie-Hélène Côté (Université Laval), Jacques Durand (ERSS, Université de Toulouse-Le Mirail), Bernard Laks (MoDyCo, Université de Paris Ouest) et Chantal Lyche (Universités d'Oslo et de Tromsø), s’adresse à un triple public, susceptible de s’intéresser au français oral dans ses usages attestés et dans sa variation au sein de l’espace francophone : chercheurs, enseignants/apprenants de français et grand public.

Il offre une base de données qui, à terme, constituera la plus grosse base de données orales portant sur le français et l'une des plus grosses bases toutes langues confondues. Cette base peut être utilisée dans le cadre de la recherche (phonétique, phonologie, syntaxe, pragmatique, sociolinguistique, analyse conversationnelle, etc.), de l’enseignement / apprentissage du français (langue étrangère, maternelle ou seconde) et de la diffusion des savoirs (conservation du patrimoine linguistique francophone et présentation générale du français oral contemporain pour les non-spécialistes).

Il se pose comme projet-pilote, suivi par un projet similaire pour l’anglais, Phonologie de l’Anglais Contemporain (PAC), codirigé par Philip Carr (Université de Montpellier III) et Jacques Durand.

AVERTISSEMENT: Les données présentées sur ce site sont issues du projet PFC et restent la propriété exclusive des auteurs représentés par les directeurs du projet . Elles peuvent être reprises et utilisées dans le cadre de travaux scientifiques à visée strictement non commerciale. Toute utilisation des données PFC dans une publication doit obligatoirement faire référence au projet et à son site : http://www.projet-pfc.net et s'accompagner de la citation des deux publications suivantes:

Durand, Jacques, Bernard Laks & Chantal Lyche (2002). La phonologie du français contemporain: usages, variétés et structure. In: C. Pusch & W. Raible (eds.) Romanistische Korpuslinguistik- Korpora und gesprochene Sprache/Romance Corpus Linguistics - Corpora and Spoken Language. Tübingen: Gunter Narr Verlag, pp. 93-106.

Durand, Jacques, Bernard Laks & Chantal Lyche (2009).Le projet PFC: une source de données primaires structurées. In J. Durand, B. Laks et C. Lyche (eds)(2009) Phonologie, variation et accents du français. Paris: Hermès. pp. 19-61. Développement: Atanas Tchobanov Ingénieur de recherche CNRS