Recherche dans la base PFC - Transcriptions
PFC database transcription search

[Enquêtes] [Transcriptions] [Liaisons] [Schwas]


Début First Aide Help

La recherche pour @locuteur ciapa1 a trouvé 438 réponses

Exporter toutes les réponses au format CSV
Info Locuteur Enquête TranscriptionEcoute
13413ciapa1AbidjanCIAPA1: Bon, de la naissance à, en soixante-quatorze, j'étais à Adjamé,
13414ciapa1AbidjanCIAPA1: Puis de soixante-quatorze en, mille neuf cent quatre-vingt-dix-neuf, je crois, j'étais, euh, à Nlieu.
13415ciapa1AbidjanCIAPA1: Après, je suis allée à, Nlieu.
13417ciapa1AbidjanCIAPA1: De, (silence) mille neuf cent quatre-vingt-dix-neuf, je crois (silence)
13418ciapa1AbidjanCIAPA1: Enfin, j'ai fait quatre ans à Nlieu, et puis quatre ans à Nlieu, et puis je suis revenue à Abidjan.
13419ciapa1AbidjanCIAPA1: En mille neuf cent quatre-vingt-dix-sept.
13420ciapa1AbidjanE2: En mille neuf cent quatre-vingt-dix-sept.
13421ciapa1AbidjanE2: Donc depuis mille neuf cent quatre-vingt-dix-sept vous êtes. OK.
13422ciapa1AbidjanE2: à Abidjan. Donc, à Abidjan, vous habitez actuellement, dans quel à Nlieu. OK.
13424ciapa1AbidjanCIAPA1: J'ai toujours été médecin (rires)
13425ciapa1AbidjanE2: Juste après vos études, euh, vous étiez médecin. OK.
13427ciapa1AbidjanCIAPA1: Je suis célibataire.
13428ciapa1AbidjanE2: Vous avez des enfants? Sans enfant.
13431ciapa1AbidjanCIAPA1: L'école primaire, j'ai fait l'école primaire, Nlieu à Adjamé,
13432ciapa1AbidjanCIAPA1: ensuite, j'ai fait le Lycée Sainte Marie de la sixième à la terminale,
13433ciapa1AbidjanCIAPA1: ensuite la fac de médecine.
13435ciapa1AbidjanE2: Donc les études de médecine, à, à l'université .Quelles sont les langues que vous parlez?
13436ciapa1AbidjanCIAPA1: Français. L'ébrié.
13437ciapa1AbidjanCIAPA1: Et puis, je lis un peu l'espagnol.
13439ciapa1AbidjanCIAPA1: Pas bien. Je me débrouille. (rires)
13440ciapa1AbidjanE2: A part l'ébrié aussi, il n'y a pas d'autres langues que vous parlez, dans lesquelles vous pouvez vous exprimer?
13441ciapa1AbidjanCIAPA1: Je me débrouille en, en dioula. de
13442ciapa1AbidjanE2: Au marché? Oui, à l'hôpital.
13443ciapa1AbidjanCIAPA1: A l'hôpital pour les, parler avec les mamans, pour, pour interroger les mamans, quoi.
13445ciapa1AbidjanCIAPA1: Il n'est pas au point.
13446ciapa1AbidjanCIAPA1: C'est quelques mots juste pour savoir si l'en/ ce que l'enfant a.
13447ciapa1AbidjanCIAPA1: S'il fait la fièvre, ou bien s'il fait la diarrhée, c'est tout.
13448ciapa1AbidjanCIAPA1: Euh, jamais le baoulé?
13449ciapa1AbidjanCIAPA1: Le baoulé, c'est un peu plus difficile.
13450ciapa1AbidjanCIAPA1: Bon, je comprends, puisque j'ai fait, j'ai, j'ai vécu quand même quatre ans à Nlieu, un peu.
13451ciapa1AbidjanCIAPA1: Enfin, ce dont j'ai besoin pour tra/ dans le cadre du travail, c'est tout.
13452ciapa1AbidjanE2: Maintenant, on va passer à des informations qui concernent votre père. Euh, son année de naissance?
13453ciapa1AbidjanCIAPA1: Hum (étonnement). Je sais pas.
13454ciapa1AbidjanE2: Essayez. Oui.
13455ciapa1AbidjanCIAPA1: Hum hum (non) Vingt/. Enfin, je sais pas. Vingt et un ou bien je.
13456ciapa1AbidjanCIAPA1: Je sais pas.
13457ciapa1AbidjanCIAPA1: Mille neuf cent tren/. Je sais pas. Mille neuf cent trente.
13458ciapa1AbidjanCIAPA1: Oui, mille neuf cent trente, mille neuf c/.
13460ciapa1AbidjanCIAPA1: Non. L'aîné est né en mille neuf cent cinquante.
13461ciapa1AbidjanE2: Donc, votre père devait avoir quel, euh, euh, quel âge lorsqu'il a eu votre aîné? Pour essayer d'évaluer à partir de là.
13462ciapa1AbidjanCIAPA1: Je sais pas.
13464ciapa1AbidjanCIAPA1: Oui, je crois que c'est dans les années trente.
13466ciapa1AbidjanCIAPA1: C'est à Abidjan.
13467ciapa1AbidjanE2: Abidjan? Euh, Nlieu toujours? OK. Sa profession?
13468ciapa1AbidjanCIAPA1: Hum. A la fin de sa, enfin, quand il mourrait,
13469ciapa1AbidjanCIAPA1: il était direct/ directeur des af/, il était DAF à la, au ministère de la s/ de, euh, la Justice.
13470ciapa1AbidjanCIAPA1: Sinon, il a fait des études, euh, de comptabilité, je crois.
13472ciapa1AbidjanCIAPA1: Et puis il a fait aussi des études de Droit. Je sais pas jusqu'à quel niveau.
13474ciapa1AbidjanE2: Il a fait ses études de Droit?
13475ciapa1AbidjanCIAPA1: Non, je crois c'est des, la Capacité.
13476ciapa1AbidjanE2: La Capacité. Et les études de comptabilité, c'était, euh (inaudible) Vous savez pas
13477ciapa1AbidjanCIAPA1: Je crois pas.
13478ciapa1AbidjanE2: OK. Bon, c'est que c'est une formation peut-être technique qu'il a eu à faire? Formation technique, OK.
13480ciapa1AbidjanCIAPA1: Ebrié, français. Je crois, hein.
13481ciapa1AbidjanCIAPA1: Qu'il parlait, parce qu'il est décédé.
13482ciapa1AbidjanE2: Et, maintenant, on passe à votre mère. Son année de naissance, l'âge (inaudible). (rires).
13483ciapa1AbidjanCIAPA1: Trente, trente et un, enfin, c'est dans la même période, hein. Hum hum (oui).
13484ciapa1AbidjanE2: Donc, dans les années trente. OK.
13485ciapa1AbidjanE2: Son lieu d'origine? Nlieu aussi. OK (rires).
13487ciapa1AbidjanCIAPA1: Ménage. Oui.
13488ciapa1AbidjanE2: Elle a eu à faire des études? Jamais? OK.
13490ciapa1AbidjanCIAPA1: Ebrié, français, baoulé, dioula.
13492ciapa1AbidjanE2: Euh, donc, vous avez dit tout à l'heure que vous êtes, euh, célibataire, donc, je crois,euh, que, la question des époux et des épouses, vous ne savez pas. On passe.
13493ciapa1AbidjanE2: Maintenant, on va parler des personnes ayant joué un certain rôle, euh, dans votre apprentissage du français.
13495ciapa1AbidjanCIAPA1: A l'école, hein.
13496ciapa1AbidjanCIAPA1: A l'école et puis à la maison. A la maison aussi on parlait le français.
13497ciapa1AbidjanCIAPA1: On avait un répétiteur à la maison.
13499ciapa1AbidjanCIAPA1: Oui, oui, c'est avec, enfin, on étudiait.
13500ciapa1AbidjanCIAPA1: Mais c'est surtout à l'école, je pense, hein.
13503ciapa1AbidjanCIAPA1: A l'école.
13505ciapa1AbidjanCIAPA1: (soupir) A la maison, (rires) non.
13507ciapa1AbidjanCIAPA1: Les grands parents, on a pas vécu avec eux.
13508ciapa1AbidjanCIAPA1: Il y a, ils étaient dé/ ils étaient décédés quand on,
13509ciapa1AbidjanCIAPA1: Bon, moi, je sais pas, j'ai dû avoir deux ans quand j'ai perdu ma grand mère.
13510ciapa1AbidjanCIAPA1: Mais c'est la seule que j'ai. J'ai pas vu les autres. (bruit) (??).
13511ciapa1AbidjanCIAPA1: Donc, on a toujours vécu avec, entre frères et soeurs, donc.
13512ciapa1AbidjanE2: (silence) OK. Euh, maintenant, votre type de logement. Si (incertain) vous logez à Nlieu, vous avez dit?
13514ciapa1AbidjanCIAPA1: Dans une, une villa.
13516ciapa1AbidjanCIAPA1: C'est un c'est un village, hein. C'est un village en pleine ville.
13517ciapa1AbidjanCIAPA1: Bon, il y a les relations de villageois.
13518ciapa1AbidjanCIAPA1: Par exemple, on vous réveille à cinq heures du matin, avec la musique.
13519ciapa1AbidjanCIAPA1: Bon, c'est, c'est un village harriste, donc, ils vont à la messe à cinq heures du matin, donc, ils commencent à f/ faire,
13520ciapa1AbidjanCIAPA1: à faire du bruit, déjà à cinq heures du matin.
13522ciapa1AbidjanE2: Vous leur rendez visite? Ils viennent chez vous? Vous participez un peu à toutes leur cérémonies .
13523ciapa1AbidjanCIAPA1: Oui. A leur cérémonies, mais surtout, ils me, ils me sollicitent beaucoup quand les enfants sont malades.
13524ciapa1AbidjanCIAPA1: A toute heure, on vient me réveiller, c'est un peu le problème (rires).
13525ciapa1AbidjanE2: OK. Et, il n'y a pas de. Gé/ généralement, dans les quartiers on a des comités, des, des associations? Est-ce que il y en, il y en a dans votre quartier? Est-ce que?
13526ciapa1AbidjanCIAPA1: Sûrement, mais moi, je Non, j'ai pas le temps.
13530ciapa1AbidjanCIAPA1: Je sors, je me promène.
13533ciapa1AbidjanCIAPA1: Je suis pas allée au cinéma, . Oui, rarement, ces, ces, ces jours-ci.
13534ciapa1AbidjanCIAPA1: Avec la situation là, on préfère ne pas sortir le soir. Sinon, je partais au cinéma.
49434ciapa1AbidjanCIAPA1: Je sais, je, je comprends pas. Bon, c'est que, aussi, il y a beaucoup de, de choses qui manquent au C.H.U.
49435ciapa1AbidjanCIAPA1: Il y avait beaucoup de choses. Chaque fois on fermait, peut-être que ça qui les décourageait aussi.
49436ciapa1AbidjanCIAPA1: Mais, les autres C/ CHU aussi c'est pareil, hein. Donc, je sais pas, hum Je sais pas où ils vont.
49437ciapa1AbidjanCIAPA1: Peut-être il y a moins de naissances, malgré le couvre-feu. (rires)
49438ciapa1AbidjanCIAPA1: Peut-être qu'il y a moins de naissance, je sais pas. Mais on a remarqué qu'il y avait moins de malades.
49439ciapa1AbidjanCIAPA1: Mais c'est que les gens sont devenus très pauvres.
49440ciapa1AbidjanCIAPA1: Donc, euh. un/ une hospitalisation, ça coûte cher, donc il y a beaucoup de gens qui se soignent, euh, comme ils peuvent.
49441ciapa1AbidjanCIAPA1: De manière traditionnelle, je crois ça, ça explique le nombre de malades.
49443ciapa1AbidjanCIAPA1: Oui, des cas compliqués.

PFC: Base de données sur le français oral contemporain dans l’espace francophone

Base de données sur le français oral contemporain dans l’espace francophone Le projet international PFC (Phonologie du Français Contemporain), codirigé par Marie-Hélène Côté (Université Laval), Jacques Durand (ERSS, Université de Toulouse-Le Mirail), Bernard Laks (MoDyCo, Université de Paris Ouest) et Chantal Lyche (Universités d'Oslo et de Tromsø), s’adresse à un triple public, susceptible de s’intéresser au français oral dans ses usages attestés et dans sa variation au sein de l’espace francophone : chercheurs, enseignants/apprenants de français et grand public.

Il offre une base de données qui, à terme, constituera la plus grosse base de données orales portant sur le français et l'une des plus grosses bases toutes langues confondues. Cette base peut être utilisée dans le cadre de la recherche (phonétique, phonologie, syntaxe, pragmatique, sociolinguistique, analyse conversationnelle, etc.), de l’enseignement / apprentissage du français (langue étrangère, maternelle ou seconde) et de la diffusion des savoirs (conservation du patrimoine linguistique francophone et présentation générale du français oral contemporain pour les non-spécialistes).

Il se pose comme projet-pilote, suivi par un projet similaire pour l’anglais, Phonologie de l’Anglais Contemporain (PAC), codirigé par Philip Carr (Université de Montpellier III) et Jacques Durand.

AVERTISSEMENT: Les données présentées sur ce site sont issues du projet PFC et restent la propriété exclusive des auteurs représentés par les directeurs du projet . Elles peuvent être reprises et utilisées dans le cadre de travaux scientifiques à visée strictement non commerciale. Toute utilisation des données PFC dans une publication doit obligatoirement faire référence au projet et à son site : http://www.projet-pfc.net et s'accompagner de la citation des deux publications suivantes:

Durand, Jacques, Bernard Laks & Chantal Lyche (2002). La phonologie du français contemporain: usages, variétés et structure. In: C. Pusch & W. Raible (eds.) Romanistische Korpuslinguistik- Korpora und gesprochene Sprache/Romance Corpus Linguistics - Corpora and Spoken Language. Tübingen: Gunter Narr Verlag, pp. 93-106.

Durand, Jacques, Bernard Laks & Chantal Lyche (2009).Le projet PFC: une source de données primaires structurées. In J. Durand, B. Laks et C. Lyche (eds)(2009) Phonologie, variation et accents du français. Paris: Hermès. pp. 19-61. Développement: Atanas Tchobanov Ingénieur de recherche CNRS

PFC Phonology of Contemporary French Corpus

Base de données sur le français oral contemporain dans l’espace francophone Le projet international PFC (Phonologie du Français Contemporain), codirigé par Marie-Hélène Côté (Université Laval), Jacques Durand (ERSS, Université de Toulouse-Le Mirail), Bernard Laks (MoDyCo, Université de Paris Ouest) et Chantal Lyche (Universités d'Oslo et de Tromsø), s’adresse à un triple public, susceptible de s’intéresser au français oral dans ses usages attestés et dans sa variation au sein de l’espace francophone : chercheurs, enseignants/apprenants de français et grand public.

Il offre une base de données qui, à terme, constituera la plus grosse base de données orales portant sur le français et l'une des plus grosses bases toutes langues confondues. Cette base peut être utilisée dans le cadre de la recherche (phonétique, phonologie, syntaxe, pragmatique, sociolinguistique, analyse conversationnelle, etc.), de l’enseignement / apprentissage du français (langue étrangère, maternelle ou seconde) et de la diffusion des savoirs (conservation du patrimoine linguistique francophone et présentation générale du français oral contemporain pour les non-spécialistes).

Il se pose comme projet-pilote, suivi par un projet similaire pour l’anglais, Phonologie de l’Anglais Contemporain (PAC), codirigé par Philip Carr (Université de Montpellier III) et Jacques Durand.

AVERTISSEMENT: Les données présentées sur ce site sont issues du projet PFC et restent la propriété exclusive des auteurs représentés par les directeurs du projet . Elles peuvent être reprises et utilisées dans le cadre de travaux scientifiques à visée strictement non commerciale. Toute utilisation des données PFC dans une publication doit obligatoirement faire référence au projet et à son site : http://www.projet-pfc.net et s'accompagner de la citation des deux publications suivantes:

Durand, Jacques, Bernard Laks & Chantal Lyche (2002). La phonologie du français contemporain: usages, variétés et structure. In: C. Pusch & W. Raible (eds.) Romanistische Korpuslinguistik- Korpora und gesprochene Sprache/Romance Corpus Linguistics - Corpora and Spoken Language. Tübingen: Gunter Narr Verlag, pp. 93-106.

Durand, Jacques, Bernard Laks & Chantal Lyche (2009).Le projet PFC: une source de données primaires structurées. In J. Durand, B. Laks et C. Lyche (eds)(2009) Phonologie, variation et accents du français. Paris: Hermès. pp. 19-61. Développement: Atanas Tchobanov Ingénieur de recherche CNRS